Budget 2021-22 – Relance économique et protection sociale

La Redaction

4 months ago - Last update:

Dans son summing-up lundi à l’Assemblée nationale le ministre des Finances et du Planning Economique, le Dr Renganaden Padayachy a estimé que le Budget 2021-2022 sous le titre « Mieux Ensemble » est un budget ambitieux qui ouvre la voie à des jours meilleurs. Le Grand Argentier, qui est à son 2e budget depuis qu’il a été nommé ministre des Finances a estimé de par la réaction de la population, des opérateurs et des commentateurs, il ne fait aucun doute que le gouvernement a su répondre à leurs attentes.

En effet, dans son intervention où le Grand Argentier cite François Mitterrand, ex-président socialiste de la France, a indiqué que c’est avec le même sens du devoir, qu’il se présente devant cet auguste Assemblé pour clôturer plus d’une semaine de débats autour de la présentation du Budget 2021-2022. Un budget préparé suivant la vision de Premier Ministre pour le développement socio-économique inclusif de Maurice, ce Budget 2021-2022 constitue aussi la feuille de route pour une sortie de crise rapide et réussie.

Comme indiqué depuis vendredi dernier croissance économique, résilience sociale et développement durable sont les trois mots qui sont au cœur de la matrice budgétaire. « Nous sommes en effet rassemblés derrière un même objectif, celui de la relance économique, de la justice sociale et du verdissement de notre écosystème », a rappelé le ministre des Finances dans son intervention.

Pour réussi, dira le ministre Padayachy, le gouvernement se donne les moyens de ses ambitions. Pour atteindre le but fixé, qui est celui d’une reprise robuste et inclusive. « Nos concitoyens ont largement pris la mesure du défi auquel notre pays est confronté. Ils ont, sans le moindre doute, saisi les enjeux et le caractère exceptionnel de la situation. Ce faisant, les mesures annoncées dans le Budget 2021-2022 ont été comprises et favorablement reçues. Pour cela nous remercions les Mauriciens pour leur appui indéfectible. Nous devons, maintenant et tous ensemble, travailler à la mise en oeuvre de cette stratégie. Il s’agit de continuer à soutenir la population, à protéger les vies, à préserver les moyens de subsistance et surtout à relancer la machine économique pour se remettre au plus vite du choc de la pandémie », a expliqué le ministre des Finances.

Ce sont les grandes périodes qui font les grands hommes

Selon le Dr Padayachy les Mauriciens peuvent être fiers de se tenir aux côtés du Premier ministre pour traverser cette tempête et entrevoir la lumière au bout de ce long tunnel que nous avons parcouru ensemble. En effet, si le volontarisme du Gouvernement et le soutien de la population constituent l’assise du solide partenariat qui assurera notre réussite, il est regrettable dira-t-il encore, d’observer comment l’Opposition se renferme dans toujours plus de médiocrité.

« S’opposer pour briser la chaîne de confiance. Contredire pour immiscer le doute. Telle est leur projet démoniaque. Ils s’enlisent dans un statu quo démagogique et destructeur. Ce Gouvernement a fait des 3 « R » Redressement, Renaissance et Résilience son crédo pour restaurer la confiance. Eux, ils se sont armés des 3 «D» Démoniaque, Démagogue et Destructeur pour installer la défiance. Mais soyez rassurés, les Mauriciens ne sont pas dupes », a renchéri le ministre des Finances.

N’en déplaise aux détracteurs de la patrie, le Gouvernement se montre progressiste, au service de l’intérêt de la population face à une grande responsabilité. Notamment celle de protéger les intérêts économiques et sociaux de tous nos concitoyens en veillant tout particulièrement à améliorer les conditions de vie des plus vulnérables.

« Ce n’est pas pour rien que nous avons pris la décision d’étendre le Wage Assistance Scheme et le Self-Employed Assistance Scheme pour le secteur du tourisme et les PME. Ou encore, que nous continuerons à prendre en charge la compensation salariale d’un montant mensuel de Rs 375 pour les PME », dira-t-il.

Le Budget 2021-2022 a été préparé suite à la tenue d’amples consultations avec l’ensemble des parties prenantes. S’en est dégagé un large consensus autour de l’impor- tance d’un plan de sortie de crise et de la réouverture. Il s’agissait de formuler les politiques publiques adéquates pour relancer les secteurs productifs de notre économie, créer de nouveaux axes de croissance et s’assurer d’une plus grande résilience dans notre économie, notre société et notre environnement. Les trois R – Redressement, Renaissance et Résilience – constituent le trio gagnant qui empêchera notre pays de sombrer dans le marasme.

Ce marasme, affirme le ministre des Finances c’est le chômage, les faillites et la misère économique et sociale. Tels sont les écueils dans lesquels Maurice aurait pu tomber: 100 000 chômeurs et 30 % des entreprises en faillite. C’est exactement l’essence du Budget 2021-2022, et cela au service de la relance économique selon une stratégie bien calculé. Notamment autour de la création des emplois qualifiés pour les jeunes ; contribué durablement à la baisse du taux de chômage ; augmenté le revenu par habitant d’une manière significative et inclusive ; amélioré la compétitivité de notre économie ; et diversifié encore davantage notre base économique en mettant l’accent sur une production qui se substitue aux importations, sur la promotion de l’économie verte et des nouvelles technologies.

Le ministre a évoqué le grand projet des 1 500 drains à travers l’île ainsi qu’à Rodrigues que le gouvernement lancera eu regard des récents épisodes de crues soudaines, ce projet est d’une importance capitale pour le pays pour un montant de Rs 11,7 milliards.

En plus des Rs 4 milliards de l’Economic Recovery Programme qui serviront à la modernisation des routes, des infrastructures d’éducation et de santé, des équipements communautaires ainsi que des réseaux d’égouts, l’approvisionnement régulier en eau est un engagement que nous avons pris pour le bénéfice de la population et de notre économie. Pour y parvenir, trois grands projets seront engagés. Il s’agit premièrement de la construction du barrage de Rivière-des-Anguilles et de son usine de traitement des eaux.

Ce projet qui permettra d’assurer un approvisionnement fiable en eau dans la région du sud, le pays investira quelque Rs 9,4 milliards. Deuxièmement, un grand plan d’investissement public comprend le déboursement de pas moins de RS 3,2 milliards au cours des trois prochaines années pour mettre à niveau et étendre les installations de stockage et de traitement de l’eau. Enfin, et comme également annoncé dans le Budget 2021-2022 de Rodrigues, un projet d’approvisionnement en eau pour Rodrigues est en marche, pour un montant d’un milliard de roupies.

«Ce Gouvernement est convaincu que notre reprise économique passe par un rebond de l’investissement privé. C’est bien pour cela que le Budget 2021-2022 fait la part belle aux opportunités dans le secteur de la construction. L’accès à la propriété pour tous les Mauriciens est l’une des priorités de nos priorités. Nous voulons que l’immobilier soit le secteur annonciateur de la réussite de notre relance économique. Une stratégie de « gagnant-gagnant » qui portera ses fruits dès les prochains mois. Pour y parvenir, nous avons alloué un montant de Rs 2 milliards. Le Gouvernement s’engage ainsi à rembourser 5 % du coût d’acqui- sition d’une propriété́ ou d’un terrain résidentiel ainsi que du coût de la construction d’une résidence dans le pays. Jusqu’à un montant maximum de Rs 500 000 », a indiqué le ministre des Finance.

Alors que la principale source d’énergie utilisée pour la production d’électricité à Maurice provient du fioul et du charbon, le Gouvernement s’engage à inverser la tendance. Il est question de revoir complétement le mix énergétique pour atteindre un objectif de 60 % d’énergies renouvelables d’ici 2030, au lieu des 40 % fixés précédemment. L’utilisation du charbon sera progressivement remplacée jusqu’à son élimination complète dans moins de 10 ans. C’est à dire avant 2030. Ce Budget prévoit également un certain nombre de mesures pour faciliter l’intégration de projets d’énergie verte, combinant l’utilisation de l’énergie éolienne, de l’énergie solaire et de la biomasse. D’autre part, accélérer la transformation numérique du Secteur Public pour améliorer les services rendus aux citoyens et aux entreprises. Pour parvenir à accomplir ce double objectif, le Mauritius Research and Innovation Council (MRIC) aura des mandats plus larges pour encourager la recherche et l’innovation. Ainsi, le MRIC, en plus de son rôle actuel de promotion de la recherche appliquée, entreprendra des recherches sur les domaines priori- taires nationaux identifiés. L’ambition est grande, les opportunités sont là Pour assurer notre relance économique et faire face aux défis démographiques, notre pays doit maintenir et accélérer sa politique d’ouverture sur le monde. Dans cette perspective, le Budget s’attaque à l’une des contraintes les plus sévères à l’investissement, à savoir la pénurie de certaines compétences sur le marché du travail. « Nous avons l’ambition d’attirer des investisseurs de renom ainsi que les compétences et les talents nécessaires pour transformer notre économie. Dans ce contexte, nous avons revu les critères pour l’octroi des Occupation Permit. Ainsi, la durée de validité de l’Occupation Permit pour les professionnels passera de 3 à 10 ans. Les épouses des détenteurs d’un Occupation Permit qui souhaitent investir ou travailler à Maurice n’auront plus à faire une demande d’un Occupation Permit ou d’un Work Permit. Il est certain que cette politique d’ouverture nous permettra d’attirer plus d’investis- seurs étrangers, de professionnels et de talents », explique-t-il.

Cela ne peut que booster l’activité économique, créer la dynamique nécessaire à l’investissement. Le Budget 2021-2022 apporte également les ajustements nécessaires pour continuer à améliorer notre climat des affaires, qui est déjà reconnu internationalement. Les PME font l’objet d’une attention particulière car elles jouent un rôle essentiel dans la création d’emplois et la résilience sociale. C’est pour les accompagner dans ces temps difficiles, que le gouvernement introduit une batterie de mesures d’assistance à leur égard.

L’ensemble de ces mesures va se déployer parallèlement à la réouverture des frontières par phase, à partir du 15 juillet prochain a insisté le ministre des Finances. Les attentes à ce sujet sont énormes et les protocoles nécessaires pour assurerla reprise du secteur touristique ont été mis en place alors que le programme de vaccination se poursuit dans le pays. « Au fur et à mesure que les investissements croissent et que nous procédons à l’ouverture de nos frontières, je ne doute pas que l’économie puisse atteindre un taux de croissance du PIB de 9 % au cours de l’exercice 2021-2022, comme nous l’avons annoncé dans le Budget », a rappelé celui qui est responsable des finances du gouvernement. « L’approche que ce Gouvernement a toujours adoptée en matière budgétaire est celle de la responsabilité et de l’équité, envers les contribuables mais aussi entre les générations. Je me dois ici de réitérer notre objectif de mettre le niveau du déficit budgétaire et de la dette du secteur public sur une trajectoire descendante. Notre but, du point de vue de la consolidation fiscale, est d’améliorer la soutenabilité de notre dette à mesure que nous avançons sur le chemin de la reprise économique. Je souligne également que malgré ce qui a été faussement soutenu par les membres de l’opposition, notre dette est en, TRÈS, grande majorité domestique. A hauteur de 79 % pour être très précis », ajoute encore Renganaden Padayachy.

Selon le ministre la mise en application des mesures budgétaires annoncées permettra d’atteindre une croissance économique de 9 % pour l’année fiscale 2021-2022. Cela signifie que notre PIB atteindra le seuil de Rs 500 milliards. L’autre grand axe du Budget 2021-2022 concerne la cohésion sociale. Les politiques publiques que nous prônons et qui visent à améliorer notre résilience sociale témoignent de l’engagement puissant et intact de ce Gouvernement à préserver l’harmonie de la société mauricienne et à réduire les inégalités parmi ses membres constitutifs.

Accès à une éducation de qualité

La Covid-19 a mis en lumière l’impératif de renforcer les mailles de notre tissu social. Les mesures sociales introduites au travers du Budget 2021-2022 sont fondées sur les valeurs et les principes que nous partageons tous en tant que Nation d’espoir et d’avenir. Car lorsque chaque Mauricien est pris en considération à sa juste valeur, c’est là que nous construisons une société plus solidaire, plus juste, plus inclusive. C’est pourquoi le gouvernement a mis l’accent sur l’accès, la qualité et l’inclusion dans notre politique d’éducation, non seulement à court et moyen terme, mais aussi à long terme.

« Nous veillons à ce que notre système éducatif corresponde à notre vision à long terme. Il en va de même pour la formation et les compétences. Pour le développement personnel de nos jeunes, j’ai eu le plaisir d’annoncer que le Gouvernement donnera à chaque enfant âgé de 15 à 18 ans un bon de Rs 500 pour qu’il puisse découvrir ou renforcer son goût pour la lecture », a souligné a avec force le ministre des Finances.

Tandis que dans le domaine de la santé aussi, le budget reste fidèle à ses valeurs. Mais il est bon de souligner que le Grand Argentier a indiqué que plusieurs centres de soins de santé spécialisés seront édifiés au cours des prochaines années. Notamment au nouveau centre de cardiologie qui sera prochainement construit pour fournir des traitements de pointe aux malades. En termes d’équipements et d’offre de services, le Gouvernement est déterminé à poursuivre son effort de modernisation et de diversification. Les hôpitaux seront pourvus en équipements médicaux modernes et de haute technologie, tels que le CT Scan, le système de radio-chirurgie robotique Cyberknife pour traiter le cancer, et des dispositifs d’hémodialyse.

Un plus grand nombre de patients pourront également bénéficier des aides du Gouvernement dans le cadre de l’Overseas Treatment Scheme puisque le critère d’éligibilité du revenu du ménage passe de Rs 50 000 à Rs 100 000. C’est une avancée sociale majeure pour les Mauriciens. Grace au rehaussement du seuil, ce sont désormais 83 % des ménages mauriciens qui deviennent éligibles à ce programme d’aide.

Les patients pourront également bénéficier de traitements adéquats dans les établissements privés si ces derniers ne sont disponibles dans les hôpitaux publics. Le Gouvernement œuvre enfin pour faciliter la venue de médecins étrangers à Maurice pour prodiguer les soins nécessaires.

« Monsieur le Président, notre politique envers les plus vulnérables est ce qui guide l’action de ce Gouvernement. L’Humain est la pierre angulaire de toutes nos prises de décision », je l’ai dit et je le répète.

Sous le Leadership de notre Premier ministre, il est question selon le ministre des Finances que personne ne sera laissé pour compte. C’est dans cette optique que le gouvernement apportera tout son soutien aux enfants issus de familles inscrites au Social Register of Mauritius, en les exemptant du paiement des frais d’examen du MITD pour l’année financière 2021-2022. En mettant gratuitement à la disposition des jeunes filles des grades 6 à 13 des serviettes hygiéniques et en fournissant sans frais des lunettes de vue pour les enfants âges jusqu’à 18 ans.

Cette résilience sociale n’est pas fortuite. Elle est le résultat des efforts constants et cohérents entrepris par ce Gouvernement depuis son élection en décembre 2014 pour combattre la pauvreté et améliorer les conditions de vie des plus vulnérables – que ce soit par le biais du Negative Income Tax, du salaire minimum, du rehaussement du Basic Retirement Pension, des subventions sur les biens de nécessité et de la gratuité de l’éducation tertiaire, entre autres. La cohésion sociale est essentielle à la croissance, car sans progrès social, il n’y a pas de progrès économique.

Le ministre des Finances a évoqué le fait que le gouvernement parle le langage de la vérité. A ce titre le ministre Padayachy a rappelé les chiffres notamment les Rs 23,5 milliards pour le paiement du Wage Assistance Scheme, du Self-Employed Assistance Scheme et du One-Off grant. Rs 11,3 milliards pour l’augmentation du Basic Retirement Pension de Rs 6 210 à Rs 9 000 depuis décembre 2019. Rs 8,8 milliards déboursées dans le cadre de quelque 43 programmes de soutien aux entreprises en difficulté. Rs 7 milliards pour les dépenses de santé et la fourniture de colis alimentaires aux personnes dans le besoin et Rs 395 millions déboursées pour les Frontliners.

Peut-on décemment appeler cela du gaspillage ?

« Ces dépenses ont été effectuées dans le but de protéger les moyens de subsistance de notre force vive, de sauvegarder les emplois et de maintenir la continuité des activités. Notre consi- dération pour tous les Mauri- ciens n’est à l’évidence pas au goût de tout le monde. Il y en a même un qui a affirmé que ce Budget lui a donné envie de vomir. Soutenir les plus vulnérables, lui donne envie de vomir. Une telle violence envers les plus faibles n’a pas sa place, ici, dans le temple de notre démocratie », a souligné le ministre.

Pour conclure, le ministre Padayachy a insisté sur le mot confiance : « La confiance du Premier ministre à travers son soutien indéfectible. La confiance de mes collègues ministres, PPS et parlementaires au travers de leur engagement sans pareil. La confiance des équipes de mon ministère au travers de leur dévotion sans faille et last but not least la confiance des Mauriciens au travers de leur soutien inestimable ».