À Franco Quirin, le suiveur déjà promis à courir sans fin…

La Redaction

3 weeks ago - Last update:

Pour ne pas déplaire à son colosse (pourtant aux pieds d’argile) et surtout pour ne pas s’attirer son courroux, Patrick France Quirin 3ème député de rang au no.20, s’est lui aussi embourbé dans le marécage du dénigrement et d’allégations gratuites contre Jean-Michel Lee-Shim, hier, au Parlement. Nous n’allons pas entrer dans ces vomissures dont la puanteur se répand toujours sur les auteurs. Mais, nous devons au niveau quelconque du quotient d’intelligence du suiveur de Bérenger et de Bhagwan pour lui dire certaines choses dont sans nul doute il n’en a pas flairé la perfidie, le double-face.

Les multiples victoires du MMM comme les trois entrées de France Quirin au Parlement ont été favorisées par une certaine lassitude, voire une franche aversion d’une partie de l’opinion publique à l’égard des pouvoirs en place successifs. L’épisode Bhagwan & Co. (y compris Quirin) avait cristallisé ce rejet et précipité les gens défavorisés dans leurs bras. Ce n’est pas une gloire que de se faire élire de cette piètre façon; au contraire c’est à la fois honteux et lâche de toucher de gros salaires après avoir obtenu des votes en miroitant des électeurs déses- pérés, jouant sur leur misère et leur candeur naïve. Il y aura des comptes à rendre que ce soit devant la Providence et au tribunal de l’opinion. Là, c’est un autre débat et revenons aux réalités de notre temps.

Tous ceux qui prétendent savoir quelque chose sont généralement les moins bien informés, et tous ceux qui jurent ne rien savoir cachent bien souvent leur jeu”, devrions-nous ironiser. Un personnage politique d’une rare médiocrité au début de sa carrière, incapable d’aligner deux mots sans être ridiculisé, notre cher PFQ aurait fait le miel des humoristes dans d’autres sociétés plus avancées. En voyant des personnes pareilles être propulsées au Parlement, on s’interroge davantage comment on en est arrivé à ce point de nullité semblable et on pleure ces personnalités politiques de la stature de ROBERT REY (tenez-vois bien, élu en candidat indépendant, sans béquilles de parti, sans corrompre les mandants).

En vérité la politique relève autant de la manipulation que du rêve. Elle emprunte beaucoup à Machiavel et très peu à Robert Rey. Les cyniques manipulent à leur profit les rêves des naïfs, comme Paul Bérenger le fait avec Quirin depuis sa première élection en 2010. Le pouvoir politique est toujours entre les mains de manipulateurs et marionnettistes qui savent faire rêver pour arriver à leurs fins. Avec Bérenger, on est là dans la quintessence de la manipulation. Cela fait plus de dix ans que PRB a enrobé l’esprit de Franco avec le rêve du maroquin de ministre des Sports. Et, monsieur est chargé du dossier des sports. La belle affaire !

Ce dont F. Quirin n’en a aucune notion, [ou s’il le sait, cela lui fait pondre des niaiseries, absurdités dans l’hémicycle], c’est que Rajesh Bhagwan lui a concocté un bien mauvais destin politique. Non content de certaines libertés de Quirin, qui a commencé à voler de ses propres ailes, le gros bouledogue sans dents a entrepris de débarquer notre pauvre Franco, sans plus de déménagement. Et, le stratagème de RB porte déjà ses fruits: Bhagwan est parvenu à faire la novice Karen Foo Kune devancer l’expert en sports aux dernières élections.

Ce qui attend Quirin dans les années à venir est encore plus sérieux: En réussissant à mettre Karen devant Franco, Bhagwan a déjà fait comprendre que le prochain Ministre des Sports (si jamais le MMM accède au pouvoir,ce qui demeure et restera dans les imaginaires collectifs des mauves) , ce sera Karen. Quand on connaît la proximité de Rajesh avec Paul, ce n’est pas peu dire.

Alors Franco, au lieu de te faire piéger avec des discours qui n’ont rien à faire le calvaire de tes mandants, ajuste ton tir dans l’autre direction, plus près de toi. Sinon, tu finiras tel un frustré, dans l’échec et comme un simple député. Si ce n’est pas sans strapontin.

CASSAM DHUNNY