Une amende de Rs 50 000 en cas de pollution sonore

Zuhayr Dhunny

4 weeks ago - Last update:

En ces temps festifs, il est commode que la police intensifie sa présence, et aussi sa vigilance, dans les rues des quartiers fréquentés, des villes et des villages, pendant les heures de pointe, afin de traquer ceux qui enfreignent la loi. Mais la police de l’Environnement a pris l’initiative de faire des visites surprises pour réprimander les individus qui poussent à fond le volume de leur « sono ». C’est-à-dire, ceux qui poussent les décibels trop forts créant de la pollution sonore et qui en même temps rend la vie difficile pour leurs voisins.

L’inspecteur Jean Nobin Brasse demande à ce qu’on respecte le volume autorisé par la loi

Traditionnels repas de familles, soirées arrosées, soirée dansantes entre amis, les fêtes de fin d’année seront agrémentées de musique, qui quelques fois monte en crescendo jusqu’à devenir intolérable pour les voisins. Certains préfèrent alerter les autorités, d’autres préfèrent des querelles verbales… mais il est évident que la pollution sonore est un problème en ces temps-ci.

Si la police s’occupe des voleurs, des fauteurs de troubles, des automobilistes imprudents ou qui conduisent trop vite, la police de l’Environnement quant à eux surveille de près les fêtards qui oublient facilement le savoir-vivre en communauté. De ce fait, afin d’éviter des problèmes de pollution sonore, la police de l’Environnement surveilleront notamment les bungalows qui accueilleront les fêtards, mais aussi les régions urbaines où il n’est pas rare d’avoir des complaintes pour pollution sonore. Lors de leurs visites surprises, il se pourrait que les officiers de la police de l’Environnement ne verbalisent pas uniquement le propriétaire, mais aussi les occupants des lieux. Selon une source à la police de l’Environnement, durant la période festive l’on recense un plus grand nombre de plaintes.

Les officiers de la Police de l’Environnement seront équipés du sonomètre de la Health Engineering Unit de la Santé, et ces derniers travailleront en collaboration avec les officiers du ministère de la Santé, qui ont été formés pour pouvoir mesurer le niveau sonore. Selon l’Environment Protection (Control of Noise) Regulations de 2008, le volume autorisé pour tout type de bruit est de 60 décibel entre 7 heures jusqu’à 18 heures. Passée cette heure, le volume autorisé est de 55 décibels jusqu’à 21 heures et de 21 heures jusqu’à 6 heures le volume autorisé est de 50 décibels.

Selon l’inspecteur Jean Nobin Brasse de la police de l’Environnement, il est normal de s’amuser et d’écouter de la musique un peu plus fort que d’habitude, mais il y a des lois et il faut surtout respecter les autres. Certains bruits sont quasi insupportables au point de faire vibrer les vitres des maisons, et cela est d’autant plus agaçant pour ceux qui ont des animaux de compagnie, qui deviennent souvent très agités et certains chiens aboient plus que d’habitude. Selon l’inspecteur, il ne s’agit pas de ne pas faire de bruit, mais de faire attention à ne pas faire du bruit qui dérange les autres.

Dans un premier temps, étant donné que nous nous retrouvons dans une période festive, la police de l’Environnement donnera un premier avertissement aux contrevenants, et si ces derniers ne respectent toujours pas la limite de décibels autorisés, la deuxième visite des officiers de la police de l’Environnement équivaudra à une amende ne dépassant pas Rs 50 000, et aussi d’une peine d’emprisonnement n’excédant pas un an. La police de l’Environnement prévient qu’aucun acte de pollution sonore ne sera toléré et qu’en cas de récidive, cette amende de Rs 50 000 peut doubler et passer à Rs 100 000.

Extrait du Environment Protection (Noise Control) Regulations 2008

Il faut aussi noter que l’Environment Protection (Noise Control) Regulations de 2008 permet à n’importe quel policier affecté à n’importe quel département de faire appliquer la loi et d’agir s’il estime qu’il y a pollution sonore.

En cas d’abus, il est possible de reporter le cas sur la hotline de la police de l’Environnement, le 210 5151 et le 210 5252. Vous pouvez aussi appeler l’Information room de la police sur le 468 0035, ou s’adresser au poste de police de votre localité.

Zuhayr Dhunny