26 ans déjà : Lancement du Renouveau Militant Mauricien

Zuhayr Dhunny

1 month ago - Last update:

Le meeting de lancement du RMM à Rose-Hill en 1994.

Le 26 juin 1994, à la rue Edward VII à Rose-Hill, s’était tenu un meeting pour annoncer le lancement du Renouveau Militant Mauricien (RMM). Ce nouveau parti, à l’époque, est survenu à la suite d’une cassure au sein du parti mauve, le Mouvement Mililant Mauricien (MMM) en octobre 1993. Ces militants, qui avaient des revendications à faire à Paul Bérenger, n’ont pas quitté la scène du MMM à cause de la révocation de ce dernier du gouvernement, qui était dirigé par Sir Anerood Jugnauth. Ils n’étaient pas d’accords sur plusieurs aspects et surtout sur la manière dont le parti était dirigé.

Feu Prem Nababsing, avait pris la parole lors de ce meeting de lancement du RMM. Il était, avant la cassure en octobre 1993, le leader du MMM. Prem Nababsing, décédé le 21 octobre 2017 à l’âge de 77 ans, a été tour à tour leader de l’opposition de 1987 à 1990, ministre de la Santé de 1990 à 1993 et Deputy Prime Minister et ministre du Développement économique de 1993 à 1995. Lors de ce meeting du 1994, il explique que ces militants qui se sont joints à lui et au RMM, constituaient une majorité au Bureau Politique et aussi au groupe parlementaire du parti.

Mais, le comité central a décidé de les exclure. Prem Nababsing avait même sollicité la Cour Suprême afin de prendre la décision sur lequel de ces deux partis, le MMM de Paul Bérenger et le RMM de Prem Nababsing, avait le droit d’utiliser le symbole du « Cœur » et de la couleur mauve. Mais la Cour Suprême ne s’était pas encore prononcée de façon définitive. Prem Nababsing avait alors annoncé que le RMM ne pouvait attendre plus longtemps la décision de la cour, d’autant que Paul Bérenger négociait une alliance avec le PTr de Navin Ramgoolam. Pour rappel, en 1993, l’alliance MSM-MMM connaît son premier soubresaut après dix-huit mois. En août 1993, Paul Bérenger est révoqué en tant que ministre des Affaires étrangères pour conflit de personnalités avec le Premier ministre de l’époque, ou, comme l’affirmait la presse de l’époque, suite à sa participation à un dîner, à River Walk, avec Navin Ramgoolam, le leader du PTr.

La cassure au sein du MMM était principalement dû au fait que Paul Bérenger voulait faire alliance avec Navin Ramgoolam.

Ce meeting de lancement avait attiré une foule de plus de 15 000 personnes. Cela est surtout dû aux orateurs lors de ce meeting de lancement. Prem Nababsing expliqua que la cassure au sein du MMM était notamment dû au fait que Paul Bérenger voulait faire alliance avec le Parti Travailliste de Navin Ramgoolam, et il y a eu plusieurs désaccords sur cela. Parmi les orateurs, on retrouve Jean-Claude de l’Estrac, Swaley Kasenally, Dharmanand Fokeer, Kailash Ruhee et Prem Koonjoo, entre autres. Tour à tour, ils ont déclaré que le nouveau parti, le RMM, restera fidèle au idéaux du MMM. Ces derniers étaient aussi accompagnés sur l’estrade par d’autres parlementaires dont Mathieu Laclé, Jérome Boulle, Noel Lee Cheong Lem, Bashir Khodabux, Osman Gendoo, Dharam Gokhool et Amédée Darga. Plus de sept mois après le lancement du RMM à Rose-Hill, le nouveau parti connaîtra sa première joute électorale. Une élection partielle y a lieu après la démission des députés Jean-Claude de l’Estrac et Paul Bérenger.

Le Renouveau Militant Mauricien va très vite commencer à se désagréger après la défaite du tandem de l’Estrac-Auymeeruddy-Cziffra, face à celui composé de Paul Bérenger et de James Burty David à la partielle de janvier 1995 à Rose-Hill/Stanley. C’est la partielle avant la générale qui se soldera par un 60/0 pour l’alliance PTr-MMM. La joute verra la défaite des candidats du RMM, Jean-Claude de l’Estrac et Shirin Aumeeruddy-Cziffra. Le RMM essuiera une autre défaite en alliance avec le Mouvement Socialiste Militant (MSM) aux élections générales de décembre 1995. Par la suite, les dirigeants du RMM décident de dissoudre

Zuhayr DHUNNY