Les anciens présidents s’accrochent

La Redaction

3 months ago - Last update:

Si beaucoup de jeunes se sont manifestés pour les élections villageoises, des anciens présidents de conseils du village et de district ne comptent pas, pour autant, leur laisser une marge de manoeuvre. Ils entendent bien conserver la confiance de l’électorat.

Les revoilà. Malgré plusieurs mandats, pour certains, des anciens présidents de village se présentent de nouveau au scrutin du 22 novembre prochain. Bien qu’ayant connu la gloire en tant que présidents de conseils de district, ils refusent, semble-t-il, de céder la place aux jeunes et aux nouveaux candidats. Mazavaroo a rencontré quelques-uns d’entre eux. Ils partagent leur bilan et leur manifeste pour les élections villageoises.

«From national platform to village platform»

Dans l’est, soit à Camp-deMasque, nous avons rencontré Narainduth Ramgoolam. Ancien président du conseil des districts de Moka — Flacq au palmarès éloquent, il brigue le suffrage avec son groupe, le Mouvement Camp-de-Masque, Unité et Balance John, dont le symbole est une bougie. Narainduth Ramgoolam s’est aussi frotté aux privilégiés de la politique sur le plan national. Après un passage infructueux, parsemé de coups sous la ceinture de la part de ses propres collègues de parti, il est retourné à ses anciens amours, la politique sociale au niveau du village. Nous parlant de son groupe, il dit avoir eu le soutien de plusieurs anciens qui se sont ralliés à sa cause. Le Mouvement Camp-deMasque, Unité et Balance John, qui a pour adversaires cinq autres groupes et un candidat indépendant, entend défendre bec et ongles son manifeste auprès des quelque 2 350 électeurs du village.

Et Narainduth Ramgoolam n’y est pas allé de main morte pour appâter les votants. Hormis les traditionnelles propositions de ré-asphaltage des rues, la construction des infrastructures sociales et populistes, il propose aux familles frappées par la perte d’un proche les services d’une «Mortuary Freezer Box». Selon lui, les gens modestes n’ont pas les moyens de s’offrir un tel service pour faire dignement le deuil de leur proche, d’où cette facilité que propose son groupe. Narainduth Ramgoolam se dit conscient que la victoire n’est pas acquise. Il compte néanmoins sur le bon sens des électeurs pour que son équipe soit victorieuse.

Le pur-sang du MSM, Subiraj Ellayah, répond present

Subiraj Ellayah est le président sortant du conseil de district de Rivière-du-Rempart. Ce pur-sang du MSM, domicilié à Cottage, est à la tête du Groupement civique de Cottage dont le symbole est le cheval. Avec ses pairs, il a bien l’intention d’amadouer les 3 510 électeurs de la localité et réduire au silence ses trois adversaires, tous des groupes pro-travaillistes selon lui.

Pour réussir dans sa quête d’un retour au premier plan, Subiraj Ellayah affirme avoir un double calendrier à offrir aux habitants. Le premier demeure les projets qu’il a réalisés durant son mandat en tant que président du conseil de district de Rivière-du-Rempart, mais aussi en tant que membre du conseil du village de Cottage. Les projets à vocation sociale qu’il a réalisés durant ces quatre dernières années sont la construction des drains, d’un futsal, la distribution de vivres, de matelas et de vêtements aux sinistrés des «flash floods» qui avaient frappé le village et aussi la célébration de la fête Divali. Il compte continuer sur sa lancée pour maintenir le tempo. Dans son manifeste pour les présentes élections villageoises, Subiraj Ellayah a identifié d’autres projets infrastructurels d’envergure qui se lisent comme suit : provision d’un réservoir d’eau au crématoire de Caro Accacia, construction de drains d’absorption pour davantage sécuriser les habitants, d’un trottoir le long de la route de Beau-Plateau, trois abribus et l’élargissement de la route de Cottage à Goodlands. Au sujet des projets ayant trait à la jeunesse, il caresse le rêve de sortir de terre un terrain de football à Forbach, un boulodrome et un terrain de volley-ball et de futsal. Pour allier le sport à la famille, sont également à l’agenda l’organisation de sorties en famille, des cours et un salon culinaire pour les femmes avec le soutien des instances telles que le National Women Entrepreneur Council et SME Mauritius. Au niveau de la santé, Subiraj Ellayah a prévu une caravane de la santé avec un carnet de santé pour chaque habitant du village. Des projets, les candidats en ont plein la tête pour épater la galerie. Sauf que c’est une chose de les proposer et c’en est une autre de les concrétiser. C’est aussi sur ce plan que ce jouera la bataille. Le verdict sera rendu dans la nuit du dimanche 22 novembre.