QUE DES SLOGANS CREUX !

La Redaction

4 months ago - Last update:

« Pouri, Koripsion, Boufon, Leve Pake Ale, Manter, Zwiser, Metres pe fer majakaro, Met Minis dan Prizon et le fameux ou conne ki selna moi ! »

Et voilà à quoi se résume le débat politique à Maurice en 2020. On connait très bien les raisons derrière tous ces slogans, mais qu’en est-il exactement ? En vérité la panoplie de slogans que nous venons de mentionner en haut est une véritable campagne de « désinformation » que mène les partis de l’opposition dans le but unique de discréditer le gouvernement et son chef, Pravind Jugnauth. Les partis de l’opposition ont plein de ressources, on ne peut le nier, et monter les différentes communautés à Maurice les uns contre les autres fait partis de leurs Modus Operandi favoris. On ne peut aussi pas mentionner l’arrogance, l’intolérance et la stupidité qu’ils affichent en affirmant vouloir protester pacifiquement. Comment les partis de l’opposition arrivent-ILs à mener à bien leur campagne de désinformation contre le gouvernement ? Si on ouvre grand les yeux, nous trouverons la source de cette campagne infecte et nauséabonde ; les MEDIAS. Ces médias usent de leurs capacités à transformer des mensonges en faux-vérités, c’est un jeu qu’ils ont débutés depuis fort longtemps avec les soi-disant complots et « Gates » qu’ils inventent chaque semaine, et les nombreux éditoriaux qui se consacrent à comment Pravind Jugnauth trouble la paix sociale et attise le feu communal.

On nous demandera peut-être qui sont ces fouteurs de troubles, qui sont ces détracteurs qui usent de leur clavier pour discréditer le gouvernement ? Il serait inutile, dans la situation actuelle dans laquelle nous sommes, de citer les noms de ces personnes, et les relations, souvent intime, qu’ils entretiennent avec certains membres de l’opposition.

Vu les slogans qui poussent comme des champignons chaque semaine, nous nous attirerions sans la moindre doute des insultes infectes et écœurantes, tout à fait gratuites de part et d’autres, surtout sur les réseaux sociaux. Il nous suffirait seulement de dire telle ou telle personne firent preuve d’une arrogance incroyable, que telle ou telle personne se replie sur lui-même comme un vulgaire escargot, que telle ou telle personne se font des illusions, que des amis d’hier se transforment en des ennemis.

Les politiciens, notamment du PTR/ PMSD et du MMM, c’est-à-dire ceux qui dirigeaient le pays de 2005 à 2014 furent emportés comme des moucherons dans un véritable maelström lors des législatives de 2014 qui donnèrent au MSM pleins pouvoirs. Nous estimons, avec bien des raisons, qu’ils furent tous, sans exceptions, des victimes, dans une grande mesure, d’une campagne de désinformation, qui avait été délibérément et astucieusement menée. Même certaines presses et journalistes n’ont pas été épargnés par ce raz-de-marée.

Si les choses continuent d’évoluer de la sorte, il se pourrait qu’on s’engouffre dans un processus irréversible, où le peuple mauricien et le pays tout entier souffriront, d’une manière ou d’une autre. Rien ne pourra arrêter cela. L’arrogance aux pouvoirs est un danger mortel pour la démocratie. De même, ce repli sur soi-même de certains, ce mur d’incompréhension qui s’érige entre les uns et les autres.

Aucune de ces attitudes chez nos leaders de l’opposition ne favorisent la paix sociale. Au contraire, ces meneurs d’hommes d’hier attisent la tension communale sur l’échiquier politique. À la longue, le tissu démocra- tique mauricien ne peut qu’en souffrir. Où se terrent-ils aujourd’hui ? Un lion édenté qui a été balayé en deux reprises aux élections générales de 2015 et 2019, ne peut plus protéger sa meute. Il devra tôt ou tard s’isoler pour panser ses blessures. Le débat politique, les congrès qui sont organisés, ne sert plus à débattre sur comment mieux avancer dans le développement de notre pays, mais servent plutôt à jeter tous les maux du monde sur le dos de son opposant. C’est pour cela que nous affirmons que l’opposition se trouve actuellement dans un véritable bourbier, enfoncé à un tel point qu’ils ne pourront plus s’extraire de là, même s’ils ralentissent leur descente aux enfers en se servant de la démagogie. Nous avons déjà mentionné le fait que l’opposition n’a pas encore un projet alternatif concret, sauf l’utilisation de la démagogie.

Le gouvernement, quant à lui, a pris beaucoup de mesures, malheureusement nous croyons tous que tous les maux de la société vont disparaitre en quelque jours. Quelles que soient les réalités économiques, le chef du gouvernement a la volonté d’améliorer la situation économique de l’île et de booster le développement coûte que coûte. Pravind Jugnauth a les compétences nécessaires pour permettre le pays à rattraper graduellement le retard que nous avons pris pendant le confinement, durant les prochaines années, particulièrement dans les domaines cruciaux de l’informatique, des technologies, et la biotechnologie.

Il faut penser que d’autres domaines méritent des personnes ayant des compétences et des bonnes volontés au-delà de tout esprit partisane, pour se mettre complé- tement au service des mauriciens à l’avenir. Or, ce genre d’effort, à terme, couvrira les frais si chaque politicien assume leurs responsabilités qui lui revient afin de donner une autre dimension au débat politique. Il existe à Maurice suffisamment d’instances, en vertu de la constitution et de lois antérieures pour permettre à la justice de suivre son cours, au parlement de fonctionner convenablement au lieu de faire des « walkouts » inutile sans fondement, et que certaines presses se conforme à suivre une ligne vraiment indépendante, sans des prises partisanes. Faut-il qu’un tel ou un tel, dans l’opposition, s’érige en accusateur et prenne les devants pour juger tel ou tel au gouvernement et de trainer son nom dans la boue avant même d’avoir suivi les procédures légales déjà existantes de la justice et de « fair play » ?

Et puis même, s’il y a des failles dans l’un ou l’autre camp, pourquoi faut-il que ce genre d’échanges, « pouri, manter, koripsion,… » continuent-elles ? Pourquoi faut-il s’attaquer à la personnalité des parlementaires quand tous le parlementaires bénéficient des mêmes privilèges ; salaires, voyages, voitures hors taxe. On ne trouvera jamais un membre de l’opposition qui viendra de l’avant pour annoncer qu’il refuse les privilèges qui lui sont accordés car le pays est en difficulté économiquement. (Par contre, ils ont tous échangés leurs voitures pour une autre)

Il est choquant que certains membres de l’opposition affirment que l’île Maurice n’a pas d’autres choix que de vivre avec les gros problèmes actuels pendant longtemps encore. Le Premier ministre a fait comprendre, et nous le répétons, et cela, à contre-courant de tout ce qui a été affirmé par les protagonistes sur l’échiquier politique, qu’il nous faudra nous concentrer sur des projets auto alimentaires solides, et qui seront des projets phares en matières de « know how » pour l’augmentation la capacité de production pour notre propre consommation.

Il y a également un autre projet d’élevage de bovins (bœufs, cabris, moutons et autres) qui sans aucun doute créera un bon nombre d’emplois, mais qui sera peut-être sous-payés, mais permettra de soulager la misère extrême de nos compatriotes les plus défavorises. Les industries technologiques alimentaires solides, qui ne fermeront pas leurs portes du jour au lendemain, pourront s’implanter durant le prochain demi-siècle si nous mettons le paquet pour rattraper notre retard en matière de consommation. On peut faire appel aux éminents scientifiques en matière de technologie Agricole.

C’est pour toutes ces raisons que Pravind Jugnauth exhortent depuis quelques semaines, la classe politique à œuvrer vers la décrispation du climat, or que, voyons-nous ? Des insultes quotidiennes de la part de l’opposition à chaque reprise de notre l’assemblée nationale, des allégations à caractère personnel, rien concret pour améliorer la situation économique du pays.

Certes, le gouvernement est là pour gouverner, et l’opposition pour critiquer. Mais ce qui est sûre, c’est que l’opposition a deux agendas : l’une totalitaire et l’autre déstabilisatrice, chacune agissant sur l’autre. Pravind Jugnauth a la capacité et sait résister contre toutes les fausses propagandes de l’opposition et fait d’immenses efforts et d’une grande maîtrise de soi, pour le bien du pays.

DHUNNY CASSAM