July 12, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

Des dettes impayées de Rs 575 000 à Ritoodoise Daby – Rama Valayden arnaqueur ou mauvais payeur ?

Il est un avocat Avengers et il se prend pour le plus grand justicier des temps modernes. Sa mission : rendre justice à tous ceux ayant été victimes d’une quelconque injustice. L’ironie veut que dans tout ce que dit l’avocat-politicien Rama Valayden, ce soit tout le contraire qu’il fait. Nous vous présentons le cas de Ritoodoise Daby. Depuis 8 ans, cet homme de 88 ans arpente les cabinets d’avocats, les cours de justice, et plus important, il croit dans les paroles d’un arnaqueur. L’homme a vieilli. Il n’a plus le courage et les armes pour se battre contre l’avocat. Et celui-ci joue sur le temps pour ne pas honorer ses dettes. Pourtant, il a donné sa parole en Cour.

C’est connu de tous que Rama Valayden se contemple à dire qu’il est un défenseur, un saint homme et qu’il est aussi un homme féru de justice. Mais, ce que Rama Valayden n’a jamais avoué à ce jour, c’est qu’il est aussi un mauvais payeur, pour ne pas dire arnaqueur. En effet, le Petit Larousse définit le mot « arnaqueur » comme une personne qui utilise des méthodes malicieuses et trompeuses. C’est effectivement ce qui s’est passé avec Ritoodoise Daby qui a eu le malheur d’avoir cru en la bonne foi de Rama Valayden, alors que ce dernier cherchait une maison à louer dans la région de Curepipe.

Mais Ritoodoise Daby ne savait pas que cet acte de bonne foi de sa part allait se transformer en véritable cauchemar. Un cauchemar qui dure depuis 8 ans, puisque depuis 2013, ce retraité qui a passé une bonne partie de sa vie en Angleterre, réclame ses Rs 575 000.

En effet, Ritoodoise Daby, qui vivait en Angleterre à l’époque des faits, avait confié la transaction de location de sa maison à Rama Valayden, à son neveu. En 2005, c’est ce dernier qui a signé le contrat de location avec François Gilles Ecroignard ou celui qui a été en 2005 l’attaché de presse de Rama Valayden. Ce dernier occupait, alors, les fonctions d’Attorney General et ministre de la Justice. Une location qui s’élevait à Rs 15 000 par mois. « J’ai donné mon aval pour louer ma maison, car il était question que Rama Valayden et sa famille qui allaient y habiter », raconte Ritoodoise Daby.

Dans la vidéo qui suit, ce dernier explique qu’il a très vite constaté que ce n’était pas Rama Valayden et sa famille qui avaient pris leurs quartiers dans la maison de Curepipe. « Six familles, soit quelque 33 personnes se sont installées dans la maison. Par la suite, je devais apprendre que ce sont des SDF qui occupaient un terrain de football à Rose-Hill et que Rama Valayden voulait les reloger tranquillement», poursuit l’octogénaire.

Après un premier paiement de Rs 15 000 effectué par un garagiste, Ritoodoise Daby devait, par la suite, rester sur sa faim. Car les trois années durant lesquelles ces familles ont occupé sa maison à Curepipe, il n’a reçu aucun paiement pour le loyer. Plus grave, dira-t-il, il a dû, par la suite, dépensé plus de Rs 500 000 pour remettre sa maison aux normes et pour le rendre habitable à nouveau. « Son premier loyer a été payé par une personne qui a un garage mécanique à Curepipe. Au départ, j’avais fait des réclama- tions devant la justice, de l’ordre de Rs 5 millions à Rama Valayden. Car ma maison était dans un état pas possible», explique-t-il encore.

Du reste, Ritoodoise Daby n’est pas allé de main morte contre Rama Valayden qu’il a qualifié être un homme « sans parole et tapageur alors qu’il se dit être un Avengers ». Ritoodoise Daby, a expliqué, qu’il a dû poursuivre Rama Valayden en justice plusieurs fois, pour qu’il honore des dettes impayées. « Mais depuis 2013, j’ai essayé de le voir pour trouver des arrange- ments, mais il n’a jamais voulu me rencontrer et c’était difficile de le voir en raison de la présence de ses gros bras », se rappelle-t-il.

Depuis, Ritoodoise Daby dit vivre un véritable calvaire. Après avoir entré une affaire en justice, il devait finalement réclamer que Rs 800 000 après un arrangement devant la Mediation Court. En effet, selon le jugement rendu par la Mediation Division de la cour Suprême, le 15 juillet 2013 (SN : 100116-1-739-07), il est écrit que « Pursuant to a Judgment delivered by the Mediations Division of the Supreme Court of Mauritius on the 15th July 2013 (bearing serial number 100116-1/739/07) you the Hereundername Party – (Judgment Debtor) were indebted to the Judgment Creditor (Ritoodoise Daby) in the sum of Rs 785 000/plus interest and cost ».

« Là aussi li pas oulé payé », pleure Ritoodoise Daby. C’est la raison pour laquelle Ritoodoise Daby a engagé des procédures de Bankrupcy contre Rama Valayden. Le 11 octobre 2017, en effet, l’avocat mauvais payeur a reconnu avoir des dettes de l’ordre de Rs 700 000 auprès de Ritoo- doise Daby et il avait, de ce fait, pris l’engagement de régler son ardoise d’ici juin 2018 par le biais des paiements par « instalment ». Lorsque ce Writt of Injunction a été porté en cour le 29 octobre 2018, Rama Valayden n’avait remboursé à Ritoodoise Daby que Rs 75 000. Il a remboursé Rs 75 000 en deux fois, soit Rs 50 000 et Rs 25 000 respectivement, par virement bancaire sans même le prévenir.

Mais les Rs 575 000 qui restent, c’est toujours Anne ma sœur Anne ne vois-tu rien venir. « Lorsque j’ai téléphoné pour réclamer mon argent, c’est sa femme qui a répondu. Elle m’a insulté et a dit qu’elle fera tout ce qui est possible pour que je n’obtienne pas mon argent », peste Ritoodoise Daby.

Entre temps, Me Selven Murday, a décidé de prendre cette affaire en main dans un esprit de solidarité envers Ritoodoise Daby. Interrogé, pour sa part, le président du Bar Council, Me Yatin Varma a expliqué qu’il est pleinement informé de cette affaire et des engagements pris par l’homme de loi envers Ritoodoise Daby. Mais il a souligné que le Bar Council ne peut s’ingérer dans cette affaire. D’autant, dira-t-il, que le plaignant a eu un jugement en sa faveur. Depuis le mercredi 1er décembre, ce qu’on appelle désormais l’affaire Ritoodoise Daby a pris une nouvelle tournure. C’est le moins que l’on puisse dire puisqu’un nouveau Bankuptcy Notice a été servi à Rama Valayden pour la réclamation de la dette de Rs 575 000.

C’est un vol de la part de Rama Valayden, qui a été un ministre de la Justice

Se disant sur les nerfs et stressé en raison de cette situation, Ritoodoise Daby se plaint qu’en raison du fait que Rama Valayden soit à la tête d’un groupe d’hommes de loi, les Avengers, aucun avocat ne se bousculait au portillon pour essayer de défendre son cas. « Mo fine dépense beaucoup cas avec ban avoué pour capave récupère mo cash, mais jamais mo pas fine gagne résultat. J’ai aussi écrit au Bar Council pour agir, mais ce dernier a répondu que le conseil n’est pas un debt collector. Je me sens abandonné, seul et surtout désemparé face à cette injustice. C’est un vol de la part de Rama Valayden, qui a été un ministre de la Justice. Aujourd’hui, je suis malade, j’ai besoin de me faire soigner à la clinique et je n’ai pas d’argent pour cela. Ki Rama valayden comprend ene bonne fois pour tout qui mo bizin mo cas », dira notre interlocuteur.

Jaya Rama Valayden… Avengers ou Dalton ?

L’appel de Ritoodoise Daby à Rehana Mungly-Gulbul, première femme chef juge, « Mo ena beaucoup d’espoir dans sa madame là. Mo aussi croire dans le judiciaire et mo espéré que la Cheffe Juge apporte ene éclairage dans mon case. Mon ena confiance dans sa madame là. Je vais l’écrire pour lui expliquer mon cas et la demander d’agir», les propos de Ritoodoise Daby à l’égard de la nouvelle Cheffe Juge Rehana Gulbul, témoignage dans une très large mesure de la détresse de cet homme, 88 ans, retraité et qui cherche depuis 8 ans à récupérer Rs 575 000 à Rama Valayden.