May 17, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Lifestyle

A ‘Lakaz Flamboyant’, Bambous : Jessie Gooriah entre déchirures et réconciliations

Les deux ans de pandémie, qui ont mis notre île à terre, a sévèrement touché la communauté des artistes. Néanmoins fidèles à leur mentalité de résilience, ils ont surmonté cette souffrance pour continuer à créer. C’est le cas de Jessie Gooriah, aussi enseignante au Mootoocomaren Sangeelee SSS. Prise entre les feux du Covid 19, elle aurait pu se décourager, baisser les bras mais elle a résisté. « Durant ces deux années de Covid, il y a eu beaucoup de souffrances et les artistes ont été parmi les plus touchés. Je ne me suis pas laissé abattre et mon premier solo ‘Lakaz Flamboyant’ est le résultat de cette détermination. »

Le coût des matériaux ayant grimpé et le confinement gardant pratiquement les artistes en otage, il fallait faire preuve d’intelligence. Jessie a une idée : transformer tout ce qui est jeté en travail artistique. Elle récupère alors des vieux magazines, soit en allant les chercher, soit en les faisant livrer chez elle. Dans ces magazines, elle trouve matière à la réflexion qu’elle se fait sur son île. Chaque tableau en est le fruit. « Je me suis penchée sur ce qui nous est arrivé et puisque je suis dans le domaine de l’éducation, cela a beaucoup influencé mon travail artistique. »

Son premier solo

Elle remercie Malenn Oodiah. « Il m’a ouvert les portes de ‘Lakaz Flamboyant’, me permettant ainsi de partager cette réflexion avec les Mauriciens. » Ce que je Jessie Gooriah souhaite surtout, c’est que les parents viennent à l’expo en compagnie de leurs enfants. « Il y a tout un travail à faire pour éduquer les enfants sur la nécessité de la culture, et il faut qu’ils soient «aware» très tôt concernant l’importance de l’art. »

Après des participations à des expositions collectives, elle en est à son premier solo. Une étape que la plasticienne aborde avec sérénité. Elle se projette aussi sur ce qu’elle fera après cette exposition. Dont une autre participation, à une prochaine expo, pour le compte de ZeeArts en collaboration avec le British Council.

Si vous avez du temps libre, allez faire un tour dans ‘Lakaz Flamboyant’. Vous aurez la chance d’admirer la virtuosité de Jessie Gooriah dans l’art de la récupération. Car à défaut d’avoir fait la Une des magazines, elle en a utilisé leurs pages pour mettre son talent en exergue. Et aussi pour montrer que la résilience est aussi une qualité du peuple mauricien !