April 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
International

Japon : le combat des femmes pour… porter des lunettes au travail

De nombreuses entreprises interdisent à leurs employées de porter des lunettes, s’appuyant sur des arguments sexistes ou absurdes, révèle Quartz.

Un combat après l’autre. Il y a quelques mois, au Japon, des salariées se rebellaient contre l’obligation mise en place par certaines entreprises de porter des chaussures à talons. Depuis le début du mois de novembre, ce sont les lunettes qui sont dans leur viseur. Elles souhaitent avoir le droit d’en porter, faisant fi des codes vestimentaires imposés, révèle Quartz.

Ainsi, ces derniers jours, le hashtag « Les lunettes sont interdites » se répand comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux. À l’origine de ce mouvement, une émission de télévision japonaise qui a listé les arguments de certaines entreprises pour interdire aux femmes de porter des lunettes de vue. Les compagnies aériennes prétextent ainsi des raisons de sécurité, l’industrie cosmétique juge de son côté que la monture empêcherait les clients de voir le maquillage des employées. Dans la grande distribution, on estime que les lunettes donnent une « impression de froideur » aux femmes. Pour les restaurants, c’est un problème de style : les lunettes ne se marieraient pas bien avec les kimonos traditionnels. Un gloubi-boulga mélangeant archaïsme et sexisme. Car, pour les hommes, aucun problème à porter des lunettes.

Un style féminin encadré

Les lunettes ne sont que le dernier symptôme d’un phénomène plus large, qui prend naissance dès l’école. Les écolières doivent ainsi teindre leurs cheveux s’ils ne sont pas assez noirs. Les couleurs de leurs sous-vêtements ou encore la longueur de leurs jupes sont aussi l’occasion pour certains établissements de mettre en place des règles.

En début d’année, les Japonaises avaient donné naissance au mouvement #KuToo, déclinaison locale du mouvement #MeToo. Il s’agissait alors d’un jeu de mots à partir des mots « kutsu » (chaussures) et « kutsuu » (douleur). Alors que ce mouvement « pro-lunettes » prend de l’essor, certaines femmes se demandent toutefois avec humour si elles ne devraient pas les enlever afin de « ne plus voir les hommes d’âge mur ».

SOURCE : lepoint.fr