Read Time:4 Minute, 1 Second

Intelligent, généreux, efficace, mais discret: Jean-Michel Lee Shim  n’hésite jamais à mouiller sa chemise pour une bonne cause. Qu’il s’agisse de vaincre la disette des gens infortunés et en proie aux vicissitudes de la vie impitoyable, de livrer des masques et sanitizers aux premiers jours effrayants de la pandémie, de faire prodiguer des soins et traitements médicaux liés au cancer, aux carences dentsires et autres urgencies médicles ou de reconstruire le chancelant système social de certains quartiers, cet entrepreneur fortuné ne se contente pas de donner de l’argent, il s’implique pour changer. Improbable mélange de générosité, d’altruisme et de volonté, ce personnage n’en est pas moins un vrai « nouveau » philanthrope, engagé et sans calcul.

Oubliez les bonnes œuvres des institutions caritatives et la charité de grand-père. À l’heure où les gouvernements se serrent la ceinture, Jean-Michel Lee Shim a fait le monde de la bienfaisance à accomplir une véritable révolution. Il veut en avoir pour son argent: soit des résultats philanthropiques concrets, mesurables et durable. Il applique le modèle de l’entreprise privée à ses actions de bienfaisance, investissant des centaines de milliers en santé, en approvisionnement ou en donations  pour réduire la pauvreté.

 Figure de proue du monde hippique, désormais philan­thrope à temps plein, il se veut un « acteur de changement et d’influence ». Il s’attaque au problème de l’accès très difficile aux nécessités sociales. Il confie volontiers que tout ce qu’il a appris dans le monde capitaliste lui sert dans celui de la philanthropie.


Et la crise financière avec le Covid-19 dans tout ça ?  Jmls n’a pas réfréné ses ardeurs philanthropiques, esti­mant même que la crise a accru sa responsabilité sociale. Si bon nombre de nouveaux philan­thropes se retrouvent aujourd’hui devant un dilemme [ ils ont vu fondre leur fortune avec la crise et seraient tentés de moins donner], en revanche avec Jean-Michel Lee Shim, la certitude est que ses largesses vont durer. Cela en sachant que s’il donne moins, ceux et celles qu’il aide vont en souffrir. oeuvres

Alors que d’autres se soucient de collectionner les millions et sont réputés chiches en la matière de donner [ parce qu’ils considérent que la charité est du ressort de l’Église ou de l’État ou des institutions de bienfaisance] , JMLS donne sans calculs et se consacre de plus en plus aux œuvres de bienfaisance. Notre philanthrope a le goût de s’impliquer activement. Tandis que d’autres se donnent les moyens d’accroître leurs profits et réduisent la philanthropie à une vulgaire transaction commerciale.

 La philanthropie stratégique telle que JM Lee Shim la pratique aujourd’hui s’opère sans qu’il soit à l’avant-plan. JMLS s’efface sans fausse humilité et sa discrétion est absolue. Pourtant, la plupart des philanthropes veulent que leur nom soit reconnu et bien mis en évidence. Pour la majorité, c’est de la philanthropie intéressée, ils s’enorgueillissent d’accom­plir des gestes purement altruistes. C’est là où réside la vraie force de JM Lee Shim: s’oublier, rester loin de ses actes de générosité. Il incarne ainsi la philosophie telle que le Tout-Puissant préconise: donner avec sa main droite sans que la main gauche en soit avertie.  Avec JMLS, pas question de rechercher l’image flatteuse que sa philanthropie lui procure. Jean-Michel Lee Shim a fait des choix personnels et n’a de comptes à rendre à personne. Il n’est pas un élu politique, il n’est donc redevable qu’à lui-même.

Les domaines du mécénat de JMLS sont très divers : social, culturel, patrimonial, santé, éducation ou sport. Les activités caritatives peuvent soutenir plusieurs causes dans plusieurs domaines selon des modalités différentes. Autant sa Fondation de JMLS CANCER SUPPORT et sa  politique de dons nécessitent la mise en place d’une structure dédiée, autant l’existence de structures de gouvernance au sein même de ses structures de bénévolat et caritatifs indiquent la prise en compte des nécessités quotidiennes des défavorisés et des démunis. 

Comme on peut le constater, le capital humain et le leadership philanthropique de JMLS sont inattaquables. Contrairement à ses détracteurs [ qu’il s’agisse de R. Valayden, R. Bhagwan, R. Bhadain ou à un autre niveau B. Delaitre] dont les agendas occultes éclatent au grand jour. Clairement, leurs actes ont un caractère ostentatoire et impliquent des retombées politiques [donc la lâche manipulation de la population]; et dans le cas de Bernard Delaitre des intentions racistes. Leurs manoeuvres à caractère propagandiste sont un moyen de détourner l’attention de l’opinion publique et cachent un comportement non vertueux. 

Mais, ce qui est bien dans la vie est que tout finit par être sanctionné. On n’a qu’a voir leurs échecs et leur sort pour s’en rendre compte.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post (PDF) KICKOFF du 2 Janvier 2022 – Erling Haaland, c’est £400 million. Et Mbappe… ?
Next post Vivement d’autres philanthropes de la trempe de Michel Lee Shim !
Close