July 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

L’après Batsirai … l’heure de se retrousser les manches

C’est connu : chaque gros cyclone apporte son lot de dégâts. Ce n’est qu’après son passage qu’on peut en constater l’ampleur. Que ce soit sur le plan humain, matériel, environnemental, etc. Durant le passage de Batsirai, l’île Maurice entière a ressenti les effets cycloniques dont des vents violents et des pluies diluviennes. Dans pratiquement toutes les régions, des maisons ont été inondées et des arbres se sont retrouvés à terre.

Cependant et comme à l’accoutumé, les Mauriciens ne restent jamais à genoux à se lamenter voire s’apitoyer sur leur sort. Bien au contraire, ils n’attendent que le retour du beau temps pour commencer le grand nettoyage. A l’instar de Sandrine, de La Tour Koenig, qui a passé ces derniers jours au chaud chez elle avec sa mère et ses deux enfants.

Vivement le soleil !

Par contre, l’extérieur de la maison est dans un piteux état. Elle confie : « Puisque nous sommes encore en alerte de vents forts et que la pluie continue, je n’envisage pas de nettoyage avant le retour du soleil. Ce serait inutile. » Il n’en est pas de même pour les Mawlonah de Beau-Bassin. Et pour cause ! La chute des arbres dans leur cour a complètement obstrué leur entrée. « Qu’il pleuve ou qu’il vente, je vais devoir les déblayer afin de pouvoir sortir et aller travailler », indique le chef de famille.

Plus de peur que de mal !

Mme Lim Chong, 88 ans et habitant Coromandel, est clouée au lit depuis trois ans. Elle dort sur un matelas anti-escarres électrique et elle a besoin d’une alimentation en oxygène au quotidien. Sa plus grande peur, lors du passage de Batsirai, était une coupure de courant. « J’étais angoissée à l’idée qu’il n’y ait pas d’électricité. J’aurais été privée d’oxygène mais heureusement, j’ai eu plus de peur que de mal. »

Mireille Taylor habite Calodyne dans le Nord pris de plein fouet. La soixantaine, flamboyante, elle lance dans un grand rire : « Je suis une ‘célibattante’, un terme inventé par une amie, et cela veut dire ce que cela veut dire… Dès que j’ai pu sortir de chez moi, j’ai vu mes fleurs écrabouillées et mes arbres dont plusieurs palmiers qui n’avaient pas tenu le coup ». Prenant ses gants et ses cisailles, elle a coupé certaines branches « pour faciliter la tâche des éboueurs. Cela ne me gêne pas de mettre la main à la pâte ou même dans la terre ». Sexe faible, dit-on ?

Par ailleurs, les pompiers, les policiers, les employés des collectivités locales et les travailleurs de la Central Electricity Board (CEB) sont à pied d’œuvre pour permettre aux Mauriciens de reprendre une vie normale. Les arbres qui obstruent les rues sont enlevés petit à petit et les forces de l’ordre sont présentes sur nos routes pour prévenir les automobilistes des dangers éventuels et des déviations. Pendant ce temps, les techniciens du CEB tentent d’achever les travaux pour rétablir la fourniture d’électricité chez les abonnés qui en sont encore privés.

Les pieds dans la mare

Triste scène quand les planteurs se sont rendus dans leurs champs après le passage de Batsirai. Avec désolation, ils n’ont pu que constater des cultures de légumes et autres fruits sévèrement endommagées et des serres en piètre état. Ainsi, ils demandent l’aide des autorités dans ces moments difficiles. « Sa mem nou di pain sa, nou fer sakrifis, nou lev bonere, nou okip nou plantasyon. Be si li pa raporte, kouma nou pou swayn nou fami ? » Cris du cœur qui ne laisseront pas insensibles. Du moins ils l’espèrent !

Rehabilitation du Loan Scheme de la DBM

Leur appel à l’aide n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! Le ministre des Finances a annoncé lors du Conseil des ministres qui s’est tenu vendredi soir que la Banque de Développement étendra le Rehabi- litation Loan Scheme aux planteurs de légumes, de fruits, de fleurs ainsi qu’aux planteurs de canne à sucre, touchés par le cyclone Batsirai.

A cet effet, Rs 600 millions ont été mobilisées pour aider les planteurs non sucriers enregistrés auprès du Small Farmers Welfare Fund et les familles touchées par le cyclone sur la base d’une enquête de police. Une partie de ce budget sera utilisée pour les réparations urgentes des infrastructures et des équipements publics endommagés par le cyclone.

Les pêcheurs n’ont pas été oubliés car le Fonds de bien-être des pêcheurs a été activé pour apporter un soutien particulier aux pêcheurs affectés par le cyclone.