May 17, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
International

Le chef de la CIA assassiné en Afghanistan devait épouser une Mauricienne

     

Selon les services secrets russes et la télévision nationale iranienne, l’avion furtif sur lequel se trouvait Michael D’Andrea, chef de la Central Intelligence Agency (CIA) en Iran, aurait été abattu le lundi 27 janvier par les Talibans alors qu’il survolait l’Afghanistan. L’espion américain devait se marier cette année avec sa fiancée qui est une riche héritière mauricienne.

Michael D’Andrea, le responsable des services secrets américains en Iran a été assassiné le lundi 27 janvier en Afghanistan. L’avion à bord duquel il se trouvait aurait été abattu par les talibans, qui sèment toujours la terreur dans les régions tribales. Selon certains médias du Moyen Orient, Michael D’Andrea aurait joué un rôle dans l’assistanat du général iranien Qassem Soleimani par l’armée américaine le 3 janvier à Bagdad, Irak. L’information qui a été relayée par plusieurs médias du Golf, n’a toujours pas été confirmée par les américains.

Michael D’Andrea se serait également convertit à l’Islam dans le but d’épouser une riche héritière mauricienne. Il aurait fait la connaissance de sa fiancée lors d’une opération secrète en Afrique de l’Est. L’un des proches de la Mauricienne en question serait un directeur d’une importante compagnie basée à Maurice qui fournirait de l’aide à la CIA lors de ses opérations clandestines en Afrique et au Moyen Orient. Plusieurs agents secrets auraient utilisé la compagnie comme couverture lors de leurs déplacements dans ces régions.

Certaines images sur lesquelles on peut voir des corps calcinés et déchiquetés par la violence du crash circulent actuellement sur la toile. Des images qui sont utilisées par des extrémistes comme outil de propagande.

Michael D’Andrea avait été nommé à la tête des services de renseignements en Iran au cas où les Etats-Unis entreraient en guerre contre ce pays. D’Andrea était décrit comme quelqu’un de froid qui est l’origine des «signatures strikes», ces attaques de drones qui éliminent ceux ayant un comportement suspect. Des exécutions sans enquêtes ni procès qui violent toutes lois concernant l’engagement militaire.