October 7, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

Le fardeau du mal de dos – DR NADIA ANCHARUZ « DES POSSIBILITÉS SANS LE RECOURS MÉDICAL »

0 0
Read Time:9 Minute, 48 Second
LE DR NADIA ANCHARUZ

Souvent qualifié de « mal du siècle », les douleurs dorsales, ou « dorsalgies » sont très fréquentes : plus de 8 adultes sur 10 déclarent avoir déjà eu mal au dos. Pour près d’un tiers d’entre eux, ces douleurs sont régulières. Dans leur immense majorité, les dorsalgies sont d’origines fonctionnelles. Elles ne néces- sitent donc pas de grandes investigations ni de traitements lourds. Cependant, il existe des possibilités pour soulager les patients et surtout prévenir ces douleurs afin d’éviter d’avoir recours à une consultation médicale. Eléments de réponse avec Dr Nadia Ancharuz.

Les douleurs dorsales sont souvent associées à une limitation des mouvements ou des activités physiques, ce qui peut provoquer une détresse psychologique, qui peut à son tour aggraver la douleur. Par conséquent, la force « mentale » et les capacités d’adaptation d’une personne peuvent également influencer son niveau de détresse et l’évolution de la douleur ; dans ces cas, une thérapie psychologique peut également être utile. « L’exercice physique et l’alimen- tation contribuent dans une certaine mesure, à la prévention et à la gestion des douleurs dorsales, car certains exercices spécifiques aident à renforcer les muscles centraux de l’abdomen, des cuisses et du dos, et à améliorer l’équilibre pendant le régime alimentaire, en particulier ceux qui sont riches en certaines vitamines et minéraux comme le calcium, la vitamine D, l’oméga 3, le potassium qui sont nécessaires aux os et aux muscles », explique Dr Nadia Ancharuz

Selon le médecin, les douleurs dorsales peuvent être aiguës si elles durent moins de 6 semaines, et chroniques si elles durent plus de 3 mois. La majorité des cas de douleurs dorsales, dit-elle, sont autolimités, c’est-à-dire qu’elles disparaissent en quelques jours à quelques semaines si on leur donne un repos approprié, un traitement conservateur comme des analgésiques et des relaxants musculaires, et de la physiothérapie si nécessaire. Toutefois, dans les cas de douleurs dorsales chroniques, les analgésiques ne soulagent que temporairement la douleur et, à moins que la cause de la douleur dorsale ne soit pas identifiée et traitée, le patient se plaindra toujours de douleurs dorsales.

L’efficacité du traitement chiropratique

Dr Nadia Ancharuz estime que le traitement chiropratique peut être utile dans certains cas à l’instar des douleurs musculaires ou les douleurs dorsales inexpliquées, mais pas pour certaines causes chroniques comme l’arthrose. Au cours du traitement, le chiropraticien applique une force soudaine et contrôlée avec sa main ou un instrument sur un point précis de la colonne vertébrale. « Tant que le patient va chez un chiropraticien dûment formé et agréé, tout va bien, car un chiropraticien non qualifié peut blesser le patient en utilisant de mauvaises méthodes ou en exerçant une force excessive », souligne la doctoresse. Cela, poursuit-elle, peut provoquer une lésion des vaisseaux sanguins (pouvant entraîner un accident vasculaire cérébral) ou blesser le disque, aggravant l’état. Par exemple, si la cause du mal de dos est un disque glissé, la manipulation de la colonne vertébrale peut aggraver les choses si elle n’est pas effectuée correctement.

Si la personne présente un engourdissement ou des picotements, une perte de fonction intestinale ou vésicale ou des affections telles que le syndrome équin de cauda, le cancer, une anomalie osseuse connue dans la partie supérieure du cou, une infection ou une ostéoporose grave, il est préférable de ne pas faire d’ajustement chiropratique et de consulter un médecin ou de suivre un traitement. « Cependant, tout le monde ne répond pas bien ou de la même manière à un traitement chiropra- tique, car cela dépend de la cause du mal de dos. Si les symptômes ne s’améliorent pas après plusieurs semaines, le traitement chiropratique peut ne pas être la meilleure option. Il est donc préférable de consulter un médecin avant ou pendant le traitement chiropra- tique », avise notre interlocutrice.

En général, les personnes en surpoids risquent beaucoup plus de souffrir de maux de dos ou de problèmes musculaires ou articulaires. Les personnes qui souffrent d’obésité ont un risque accru de problèmes spécifiquement liés à la région lombaire, car le surpoids entraîne un déplacement du centre de gravité de la personne. « Ce décalage tire le corps vers l’avant et risque d’entraîner une tension dans le dos, ce qui amène le corps à adopter une posture non naturelle, ce qui entraîne des douleurs dorsales », explique Dr Nadia, L’obésité provoque également une tension supplémentaire sur les muscles, les articulations, les ligaments, les os et les organes du corps, qui doivent travailler plus dur pour supporter le poids du corps, ce qui entraîne également des douleurs dorsales.

Un plan de traitement efficace

La plupart des gens pensent que le fait d’avoir mal au dos ou au cou signifie qu’il s’agit d’un cas de hernie discale. Cependant, la majorité des cas de douleurs dorsales ou la cause la plus fréquente est un spasme musculaire – qui est dû à certains mouvements maladroits ou à de mauvaises postures (par exemple, lorsqu’on est assis pendant de longues heures devant l’écran). « Ces spasmes sont généralement autolimités et disparaissent après quelques jours de repos et un traitement conservateur avec des médicaments antidouleur comme le paracétamol ou les AINS, ou relaxants musculaires », dit-elle. Cependant, Dr Nadia décon- seille de prolonger la période de repos sans faire d’exercice, car cela entraîne une faiblesse musculaire. Le mieux est d’éviter les activités ou les travaux pénibles, mais ils sont également encouragés à faire des exercices physiques légers comme la physiothérapie

Si un patient ressent des douleurs intenses, il peut recevoir des médicaments contre la douleur par voie intraveineuse ou intramusculaire. Pour les patients qui ont des douleurs persistantes depuis plus de 4 à 6 semaines, votre médecin peut envisager une infiltration épidurale. Il peut également envisager de procéder à des examens complémentaires comme une IRM, une scintigraphie osseuse. « Si la douleur ne s’atténue toujours pas, votre médecin ou votre chirurgien orthopédique peut vous proposer une intervention chirurgicale, qui dépendra de la cause de la douleur dorsale, mais en général l’objectif de l’opération est de supprimer toutes les compressions sur le nerf et de le stabiliser pour soulager la douleur », explique-t-elle.

Par la suite, lorsque la douleur dorsale s’est atténuée, il est bon de rester actif. La pratique d’autres formes d’exercices comme le tai-chi, le yoga ou le cyclisme peut aider à stabiliser la zone affectée et à renforcer les muscles centraux.

Les sports souples et le mal au dos

Le yoga est une pratique douce qui implique une série de postures et de techniques de respiration, qui aident à maintenir la force et la souplesse du dos ainsi qu’à réduire les douleurs dorsales. Le yoga et le tai-chi contribuent tous deux à renforcer les muscles centraux de l’abdomen et des régions pelviennes qui aident à soutenir le bas du dos, en aidant à réduire le stress et les tensions musculaires, à améliorer l’équilibre ainsi que la force physique et mentale.

Cependant, comme pour tout autre sport ou forme d’exercice, des blessures peuvent se produire si elles ne sont pas faites correctement. « Il est donc préférable de discuter avec votre médecin ou votre kinésithérapeute pour savoir s’il est conseillé de faire du yoga ou du tai-chi », dit Dr Acharuz. Elle souligne toutefois que certaines postures ou certains mouvements doivent être évités dans certains cas comme les fractures vertébrales ou l’ostéoporose. « Une fois que votre médecin vous a donné la permission ou vous a encouragé à le faire, vous devez parler à votre instructeur de yoga ou de tai-chi de votre état et de vos limites, afin d’apporter des modifications à certaines postures ou de guider le patient à travers les différentes poses pour s’assurer que cela est fait correctement sans “stresser” le dos », avise la doctoresse. En d’autres termes, la séance de yoga ou de tai-chi doit être adaptée aux besoins et aux limites du corps du patient.

*—*

The Economist : des recherches surprenantes

Un excellent rapport publié dans « The Economist » de l’édition du 18 janvier 2020, approfondit le sujet et en fait une lecture instructive. Le mal de dos coûte 88 milliards de dollars par an, soit presque autant que le traitement du cancer (115 milliards de dollars) et, bien qu’il ne soit pas une maladie mortelle, il peut être source de biens de désagréments.

Tout d’abord, la gestion de la douleur. Les chercheurs découvrent que le mécanisme par lequel les patients ressentent la douleur peut être lié au fait que les voies de la douleur sont endommagées et restent « activées », auquel cas la prise d’un plus grand nombre de comprimés n’aide pas. Les analgésiques simples comme le paracétamol et l’ibuprofène sont souvent inutiles. Même les opioïdes comme la codéine, la morphine et le fentanyl se sont révélés inefficaces. Ils n’améliorent pas le fonctionnement, n’accélèrent pas le retour au travail, peuvent entraîner une dépendance et, pire encore, la mort.

Les dommages liés aux opioïdes sont devenus une crise de santé publique australienne et internationale. En Australie, on a constaté une augmentation de 25 % des hospitalisations liées à un empoisonnement aux opioïdes et trois personnes meurent chaque jour d’une overdose d’opioïdes. Aux États-Unis, le nombre atteint le chiffre stupéfiant de 130 décès par jour. La plupart de ces décès sont dus à des opioïdes pharmaceutiques prescrits, et non à la consommation de drogues illicites. Il est prouvé que plus tôt un patient se voit prescrire des opioïdes, plus le risque d’abus chronique n’est élevé.

Qu’en est-il de la chirurgie ? Moins de 5 % des patients ont un problème pouvant être corrigé chirurgicalement ; malgré leur abondance, les interventions sur les vertèbres et les disques n’ont pas démontré qu’elles amélioraient les résultats à long terme. The Economist cite une étude américaine qui a révélé que deux ans après la fusion vertébrale, 87 % des patients ont décrit des douleurs suffisamment graves pour nécessiter des médicaments. Les boulons, les appareils orthopédiques et autres surfaces étrangères risquent de causer plus d’inconfort et d’infection difficile à traiter. La chirurgie pour les douleurs dorsales, et son précurseur fréquent, les injections de stéroïdes, sont désormais considérés comme des interventions de faible valeur

Après la gêne occasionnée par la dissimulation des médicaments, les patients détestent qu’on leur dise qu’ils n’ont pas besoin d’un test pour élucider la cause d’une douleur dorsale non spécifique, ce qui représente près de 95 % des présentations. (Les douleurs dorsales dues à une tumeur, une infection ou une compression des racines nerveuses sont généralement accom- pagnées de “signaux d’alerte”). Les experts conseillent de ne pas effectuer jusqu’à 80 % des scanners, ce qui entraîne des coûts énormes et l’anxiété de découvrir des résultats fortuits qui déclenchent d’autres tests. Mais les patients qui s’attendent à subir des examens à l’hôpital ont l’impression d’être floués lorsqu’on leur présente les preuves

Le problème des douleurs dorsales chroniques est que les opioïdes ne fonctionnent pas et ne doivent pas être pris. La chirurgie et les injections sont rarement efficaces, et les scanners sont inutiles. Chacune de ces interventions comporte un risque de préjudice et, dans le cas des opioïdes, le traitement, plutôt que la maladie, peut être fatal. Le problème est que les patients se sentent trompés lorsque « tout le monde », y compris le voisin, le collègue et le conjoint, semble obtenir une IRM immédiate, une prescription de morphine et une orientation vers la neurochirurgie. Et pourtant, comme tout clinicien honnête pourrait l’attester, cette situation malheureuse n’a eu pour résultat qu’une éducation médicale déficiente, un marketing agressif des opioïdes, des incitations perverses aux assurances et la pression exercée sur les médecins pour qu’ils fassent quelque chose. Il faut 30 secondes pour commander de la morphine et une IRM, mais 30 minutes pour expliquer (souvent sans succès) pourquoi il faut éviter les deux. Enfin, à l’ère de la médecine défensive, il est beaucoup plus facile pour les médecins de surtraiter que de suivre des principes.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %