July 16, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Politique

Le Premier ministre défend Maneesh Gobin bec et ongle

Alors que le leader du Parti Travailliste, le Dr Navin Ramgoolam, déclarait vendredi, à l’issue d’une réunion du bureau politique de son parti, que le remaniement ministériel effectué récemment par le Premier ministre avait pour but de protéger le ministre Maneesh Gobin, Pravind Jugnauth lui a donné la réplique, le même jour, en défendant son ministre bec et ongle.

C’est la première fois que le Premier ministre défend Maneesh Gobin avec tant d’ardeur et qu’il allait aussi loin dans ses propos depuis l’éclatement de l’affaire dite «stag party», dans laquelle ce dernier serait impliqué, et qui a coûté à Rajanah Dhaliah son poste de Private Parliamentary Secretary (PPS).

La prise de position du Premier ministre a de quoi suscité des interro- gations compte tenu de la gravité des allégations faites contre l’ancien ministre de l’Agro-in- dustrie, aujourd’hui détenteur du portefeuille des Affaires étrangères. Il est reproché à ce dernier d’être impliqué dans une affaire de corruption pour la location à bail d’un terrain de l’Etat dans les environs de Grand Bassin. Le Premier ministre, qui était, l’invité d’honneur à la cérémonie de pose de la première pierre du projet de construction de 200 logements sociaux à Camp Levieux, Rose Hill, a été jusqu’à dire qu’il n’est pas intéressé à savoir qui sont ceux qui étaient présents à cette fameuse «stag party», où l’alcool aurait coulé à flots et où des carcasses de cerfs auraient été distri- buées aux invités dont le ministre Gobin.

Satisfait des réponses données à l’Assemblée nationale

Le Premier ministre a insisté sur le fait que si, à ce jour, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) n’a pas jugé nécessaire de convoquer le ministre Gobin c’est parce qu’il n’y a aucune allégation de corruption contre ce dernier. «Pourquoi voulez-vous que l’ICAC convoque un ministre contre lequel il n’y a pas d’allégation de corruption. Cela ne m’intéresse pas de savoir qui étaient présents à cette fête, je ne suis intéressé que quand il y a une allégation de corruption contre un ministre», a répondu Pravind Jugnauth, d’un ton irrité, aux journalistes qui l’interrogeaient.

Le Premier ministre s’est dit également satisfait des réponses données par Maneesh Gobin à l’Assemblée nationale lors de la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’Opposition sur ce sujet. Auparavant, le Premier ministre s’était expliqué sur l’absence du ministre Gobin à ses côtés, en tant que ministre des Affaires étrangères, lors du sommet du G-20 à New Delhi.

« Quand je pars en mission, je ne dois pas absolument me faire accompagner par le ministre des Affaires étrangères. Ce n’est pas automatique qu’il doit obligatoirement m’accom- pagner. Ce n’est pas comme ça que les choses se passent. Je m’assure que la délégation qui m’accompagne en mission soit composée d’un minimum de personnes car je m’intéresse au coût de déplacement d’une délégation gouverne- mentale à l’étranger », a dit le Premier ministre.

Son absence est-elle une forme de sanction ? «Absolument pas. S’il s’agissait de le sanctionner, je ne lui aurai pas confié un portefeuille aussi important que celui du ministère des Affaires étrangères», a répondu Le Premier ministre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.