June 19, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
International

L’impressionnante éruption volcanique du dangereux volcan philippin Taal

L’impressionnante éruption du volcan Taal aux Philippines, le deuxième volcan le plus actif du pays a entraîné l’annulation de centaines de vols et l’évacuation de 10 000 personnes. Les soubresauts du volcan sont étroitement surveillés alors qu’une phase explosive pourrait bien se déclencher… à quelques dizaines de kilomètres de la capitale, Manille.

Le volcan Taal (Bulkang Taal en philippin) est un volcan complexe situé à environ 50 kilomètres au sud de la capitale Manille, sur la plus grande et la plus peuplée des îles des Philippines, Luçon ou Luzon.

Le volcan lui-même est situé au centre d’un lac, sur une île d’environ 23 kilomètres carrés qui se compose de plusieurs stratovolcans, de collines coniques et de cratères de toutes formes et tailles.

Le centre de cette île est occupé par le cratère principal d’environ 1,5 km de diamètre formé avec l’éruption de 1911 et qui lui-même inondé, ce qui en fait un nouveau lac.
Enfin, à l’intérieur de ce lac, se trouve une île volcanique appelée “Vulcan Point”.

Cette singularité géographique fait de l’île de Taal l’une des plus grandes îles du monde situées à l’intérieur d’un lac lui-même situé sur une île. La plus grande est une île sans nom de l’île Victoria dans le territoire du Nunavut au Canada.

Le volcan Taal fait partie d’une chaîne de volcans qui a été formée par la subduction significative (près de 10 cm par an) de la plaque de la sonde sous la ceinture mobile philippine.

Si le volcan Taal a l’une des plus faibles altitudes au monde, c’est le deuxième volcan le plus actif des Philippines avec 34 éruptions historiques. A cause de la proximité des installations humaines, ce volcan a engendré plusieurs éruptions meurtrières dans l’histoire qui ont coûté la vie à environ 6 000 personnes.

Outre ses éruptions notables entre 140 000 et 5 380 BP (Before Present = avant 1950), le volcan Taal a connu une violente éruption en septembre 1965 (environ 200 morts), puis des plus modestes dans les années 1970, en 2008, 2010 et 2011 selon l’Institut philippin de volcanologie et de sismologie.

Eruption de janvier 2020

Dimanche 12 janvier 2020, une série de dizaines de séismes a précédé l’éruption du volcan Taal qui a débuté par une explosion phréatique (vapeur d’eau sous pression) et de roches puis magmatique avec l’émission d’une spectaculaire colonne de fumée de 15 kilomètres de haut avec une intense activité électrique.

Lundi matin, des dizaines de secousses sismiques (trémors volcaniques) de faible intensité secouent l’île volcanique, signe que le magma remonte dans la cheminée volcanique tandis que des fontaines de lave étaient visibles. C’est pourquoi, une éruption explosive pourrait survenir même si il est impossible de le prévoir.

Le principal aéroport international de Manille a été fermé dimanche et 240 vols ont été annulés en raison du risque que constituent pour les avions les cendres projetées dans l’air.

Au moins 10 000 personnes se sont réfugiées dans des centres d’évacuation alors que les autorités préconisent l’évacuation totale de l’île du volcan et des zones à haut risque dans un rayon de 14 kilomètres.

Cendres volcaniques : recommandations pour la santé et la sécurité

Alors que les émissions de fines cendres volcaniques ont recouvert les maisons et les rues jusqu’à 65 km du volcan, le PHIVOLCS précise dans ses bulletins d’alerte les précautions à prendre : “les cendres dispersées par le volcan peuvent provoquer des irritations et des problèmes respiratoires, en particulier chez les personnes âgées et les enfants. Une exposition à long terme peut être nocive pour la santé respiratoire. Il est conseillé aux populations affectées d’éviter l’inhalation de cendres et d’utiliser des masques respiratoires ou un chiffon ou une serviette mouillée lorsqu’ils sortent. Il est conseillé aux automobilistes de conduire avec une extrême prudence car les cendres peuvent entraîner une mauvaise visibilité et, lorsqu’elles sont mouillées, rendre les routes glissantes”.

Source : notre-planete.info