Read Time:2 Minute, 4 Second

L’histoire d’un journal (papier ou en ligne) est toujours celle d’une aventure. Beaucoup ont la vie courte et ne dépassent pas les premières livraisons ou les premières semaines (quand il est en ligne). C’est pourquoi la trajectoire de MAZAVAROO ne sera pas une simple péripétie.

Aucune profession, encore moins le journalisme ne peut plus ignorer ce qui est contrainte, mais aussi une opportunité. Et dans une île Maurice où la nécessité de se définir comme un journal d’intérêt général, se fait de plus en plus pressant, tenir la route n’est pas une mince affaire.  Les contraintes financières seront toujours à l’ordre du jour.

 Nous comprenons et admettons qu’il est du défi d’un journal qui vient de paraître, considéré d’emblée comme « petit », de faire ses preuves. Mais, que fait-on de ces titres de presse dont la vente a chuté sensiblement, au point de descendre à 50 % (et même plus) de leur vente d’il y a 20 ans ? Ayant été partie prenante de l’émergence et du développement de certains journaux, l’auteur de ces lignes estime  pouvoir trouver avec MAZAVAROO le juste milieu  entre le cloisonnement et l’ouverture.

Certes, MAZAVAROO s’engagera dans une quête renouvelée de dénoncer, mais nous le ferons avec comme première exigence le credo « d’informer sans déformer ». MAZAVAROO n’a pas d’autres ressources que de monter au créneau pour affirmer certaines obligations et c’est une façon de faire les Mauriciens prendre conscience que, face à la corruption gangrénée, l’injustice, l’ostracisme, l’incompréhension et face aux préjugés, il faudra opposer des idées, et s’astreindre à un devoir de clarification.

Dans cette quête, donner la primeur aux tribulations de la population indistinctement restera notre principal objectif. MAZAVAROO aura toujours le mérite de ne jamais abdiquer cette mission. Quelles que soit les contraintes et les pressions, IL ne saurait renier ce rôle.

Sensible au fait que des batailles décisives sont engagées dans le domaine proliférant de la communication, MAZAVAROO devra augmenter sa capacité à créer, à juguler ses manques et à orienter ses recherches, pour mieux assurer ce service qu’il doit à ses lecteurs. Sans nul doute, dans cet univers impitoyable, MAZAVAROO se trouvera dans le besoin urgent de renforcer son assise commerciale et économique, ses perspectives de développement et ses mécanismes.

Cependant, contre vents et marées, une chose est sûre : MAZAVAROO s’érigera en rempart contre le mal-vouloir des pourfendeurs de la cohésion sociale et la confiscation de l’opinion publique par certains et ne déposera jamais la plume.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Barrack Street en quête de revanche
Next post 93 : le chiffre qui fait pâlir.
Close