Read Time:8 Minute, 21 Second

Le 7 décembre 2012, Pravind Jugnauth leader du MSM et qui avait plaqué le gouvernement de Navin Ramgoolam, accordait à Raschid Meerun (pour le compte de Sunday Times) une longue interview. Jugeant la justesse et la pertinence des propos de l’actuel Premier Ministre et ses prévisions avérées, nous voyons l’immense utilité de reproduire l’entrevue. En sus d’être révélateurs, les paroles de P. Jugnauth pèsent de tout leur poids, avec les certitudes qu’il oppose à l’immobilisme de N. Ramgoolam. Déjà en cette année de 2012, P. Jugnauth annonçait que c’était le commencement de la fin pour Navin. Un document exceptionnel, dans la mesure où durant sa carrière politique, le Premier Ministre n’a donné que peu d’interviews. D’un calme olympien et sûr de lui, il prend de la hauteur pour affirmer le commencement de la fin pour Navin Ramgoolam et son gouvernement. Il évoque tous les sujets brûlants, y compris le rôle des musulmans au sein du MSM. Il n’hésite pas à répliquer à ceux qui parlent de «clan Jugnauth» et confirme ses certitudes quant à la prise du pouvoir par son parti, en alliance.
Voici des larges extraits de l’interview.

« Je dois être là où il le faut. Je suis un leader qui est à l’écoute de tous.
Il faudrait que je sois Inconscient pour ne pas être proche du peuple. »

Il apparait que les fondations du PTR ont tremblé avec les résultats des élections villageoises. Honnêtement, quelle est la vérité exacte.?
Pourquoi Navin Ramgoolam s’est-il précipité pour venir dire que la majorité des villages ont voté en faveur des tendances pro-travaillistes? Le subterfuge n’est pas difficile à débusquer: ayant eu connaissance de la raclée; mais en état de choc en son for intérieur, il a pensé que son coup de bluff passerait chez un peuple qu’il prend pour des incrédules. Malheureusement, pour lui, ses ‘spin-doctors’ lui ont servi un mauvais exercice de «com’’ qui a eu l’effet d’un boomerang. Les gens ont vite compris que le PM et son parti ont subi une déroute.. Car, quand le peuple souffre, il n’y a plus de décalage dans sa façon de réagir, qu’ils soient en ville ou dans les villages. C’est bel et bien, le commencement de la fin pour un homme qui ne dirige plus les affaires du pays et qui se fiche complètement des tribulations et des misères des Mauriciens.

Les «rouges» affirment que SAJ est retourné en politique pour sauver votre peau. Y-a-t-il vraiment quelque chose à sauver?
Si SAJ voulait vraiment œuvrer pour que je réalise quelque chose de suprême en politique, il aurait agi autrement. Il n’y a aucune peau à sauver. En tant qu’un ancien premier ministre, qui a conduit le pays vers le succès économique, il ne pouvait plus rester longtemps assis au Réduit et assister au massacre. Son indignation a atteint un paroxysme qui l’a fait sortir de ses gonds. Son bilan est si flatteur pour son pays qu’il ne s’embarrasse d’aucune initiative pour sauver le pays. En ce qu’il s’agit d’une quelconque accession au poste de premier ministre, s’il est vrai que toute ambition est légitime, il est aussi vrai que le moment n’est pas propice pour penser à une telle perspective. L’état délabré et inquiétant du pays et les misères du peuple sont les uniques considérations qui me motivent.

Mon père est un homme profondément juste et droit. Il n’a jamais eu d’animosité ou de rancœur envers aucune communauté. »

Pravind Jugnauth n’est pas un leader de proximité. Qu’avez-vous à retorquer à ces critiques?
Pour assumer un rôle de leader digne de ce nom, il faut savoir manier la politique autant avec rigueur et souplesse. En aucun cas, nos activistes ne m’ont reproché un manque de proximité. Je dois être là où il le faut et de ne pas être là où il ne le faut pas. J’ai beaucoup appris de mon père et beaucoup retenu de ses œuvres et cela me permet de maîtriser les données et les situations. Et surtout, être à l’écoute de tous. Il faudrait que je sois un inconscient pour ne pas être proche de mes gens et du peuple. J’ai eu du mal à comprendre certaines critiques, mais j’ai fini par tout comprendre, sauf ce qu’il ne fallait pas comprendre.

Pourquoi ne parle-t-on que du clan Jugnauth. Pourquoi pas le clan Duval et surtout la clique Ramgoolam? Il parait que le MSM n’est pas assez percutant dans ses répliques à ce sujet?
Il n’y a pas lieu de se montrer percutant, puisque  ce genre de remarques de mauvaise foi, je les soigne avec le mépris et le silence. Que chacun fasse son examen de conscience et sache ce qu’il représente au juste. Les Jugnauth ont servi le pays avec les bénéfices que toutes les composantes de la population en ont tirés indistinctement. Nous sommes toujours engagés dans cette mission avec la même verve et énergie. Ce sont les autres (qui ont tout torpillé et qui incarnent l’énorme gâchis qui disloque ce pays) qui doivent se poser cette question.

Que répondrez-vous à ceux qui disent que le MSM ne fait pas assez d’efforts pour conquérir la communauté musulmane. Hormis Soodun, il n’y a point d’autres figures musulmanes qui sont projetées à l’avant-plan  pour convaincre les musulmans qu’ils doivent soutenir le MSM pour leur propre bienfait ?
Shawkatally Soodun a fait preuve d’une fidélité sans failles et s’est toujours acquitté de ses tâches nationales avec la conviction et l’esprit de sacrifice qu’on lui connaît. Mais, il n’est pas juste de dire qu’il n’y a pas d’autres musulmans au sein du parti pour donner la pleine mesure de leur sincérité et de leur savoir-faire. Tous ensembles, ils abattent un travail de sape qui porte ses fruits. Mais, nulle part ils brillent, mais partout ils sont efficaces. Le MSM prône une politique équilibrée qui ne favorise aucune communauté au détriment d’une autre. Toutes sont sur le même pied d’égalité. Moi je vois l’avenir au sens large et pas en compartiment. Ma devise est d’être un leader qui fédère et qui honore chaque citoyen.  Voilà ce à quoi je me prépare et je sais que c’est un concept qui attire les jeunes, qui ne veulent plus être embrigadés dans des complications sectaires et communautaristes. J’ai trois filles et je voudrais que la politique soit à leurs yeux quelque chose de noble et que c’est le mérite qui prime sur toutes autres considérations. 

Notre sondage a indiqué que 83 % des musulmans sont déçus par Navin Ramgoolam. De plus, les ministres musulmans sont devenus impopulaires, d’après le même sondage. Pour vous, quels signes sont indicateurs que c’est le commencement de la fin pour Navin Ramgoolam?
Je crois sincèrement qu’il n’y a pas que les musulmans qui sont déçus de la mauvaise gestion et l’absence de direction du gouvernement de Navin Ramgoolam. La population dans son ensemble en a ras le bol. Sept ans aux commandes avec rien de concret en termes de réalisations mais, avec en revanche,  une myriade de scandales. Je crois que les signes sont plus que visibles. Ils sont même ostentatoires, je dirais. C’est un gouvernement qui mérite un vote-sanction pour avoir berné et soumis la population à un sort qu’elle ne mérite pas. 
Le MSM a vu juste et est sorti de cette coalition parce qu’il ne pouvait pas cautionner de telles entorses. Trop c’est trop!  Ce gouvernement pêche par corruption, par abus de pouvoir et par un copinage éhonté qui favorise des pratiques illicites. Regardez ce cas Bangaleea, l’affaire Gro Derek, le ‘sex scandal’ au MITD, les abus au TEC, l’affaire de Roches Noires, la liste est trop longue et si avec tout ça, on ne réagit pas, eh bien c’est triste à dire mais  on se rendrait complice de tels abus. Mais je suis confiant que les écrits sont sur les murs pour eux et ils vivent leurs derniers moments aux pouvoir. 

Il y a encore des détracteurs qui se plaisent à déterrer le passé pour mettre en doute le bon-vouloir de SAJ à l’égard des  musulmans. S’il y a une garantie de la part des Jugnauth, à donner à la communauté musulmane, quelle serait-elle?
Anerood Jugnauth n’a jamais eu d’animosité ou de rancœur à l’encontre de quelque communauté. Il y a eu des circonstances malheureuses qui ont conduit à ses propos diversement interprétés, mais mon père est un homme profondément juste et droit.  Il a un franc parler c’est sûr, mais je crois que la population sait à quoi s’en tenir avec lui  et on le respecte énormément pour cela. Les Jugnauth sont à priori de vrais Mauriciens qui ne sont dictés que par le devoir et le service. La communauté musulmane si elle s’est sentie ostracisée sous un régime plus qu’un autre, c’est parce qu’elle a été conditionnée à penser dans cette direction. Mais je suis sûr que la réalité n’est pas généralisée. Au MSM il y a de la place pour toutes les composantes de la population. Je vous ai dit, Pravind Jugnauth est un leader fédérateur et ouvert à tous les Mauriciens de bonne foi et qui sont animés d’une flamme patriotique pour mener ce pays vers une véritable révolution culturelle, économique, sociale et sportive. Je me bats pour une Ile Maurice plurielle et diversifiée et unie dans une vraie démocratie. Voilà ce que je veux incarner pour la jeunesse mauricienne et qui dépasse toutes les frontières et inclut les jeunes musulmans en quête d’un repère en politique.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Afghanistan.
Next post JOINDRE L’UTILE À LA LOGIQUE
Close