February 9, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion Politique

PRB : et demain la compensation dans le privé ?

0 0
Read Time:4 Minute, 20 Second

Le paiement de la compensation aux employés de la fonction publique, de même que les arrérages, aussi justifiés soient-ils, soulève des attentes chez les employés du secteur privé. La réaction de ces derniers n’a pas tardé à se faire entendre. Il faut déjà souligner que certains fonctionnaires n’ont pas une bonne opinion au sein de la population, sans doute en raison de leur statut et des horaires de travail qu’ils jouissent, alors que le secteur privé réclame, lui, plus de productivité chez leurs salariés, leur exige de travailler les samedis et a réduit certains de leurs avantages, dont les heures supplémentaires. Deux questions se posent d’emblée à la suite de cette compensation salariale : est-ce que le gouvernement exigera-t-il plus de productivité des fonctionnaires et est-ce que le secteur privé, à son tour, réajustera-t-il le salaire de ses employés ?

Petits ‘arrangements’

Les horaires de travail des fonctionnaires, le manque d’assiduité de certains d’entre eux au travail ont toujours fait l’objet de critiques… Très soutenu par leurs syndicats, il est très rare d’apprendre que ceux trouvés coupables de grosses erreurs ont été sanctionnés. Il y a presque toujours des petits ‘arrangements’ entre leurs syndicats, chefs de services et ministres respectifs qui leur permettent d’échapper à des sanctions. Les seules (sanctions) qui les frappent sont des mutations d’un bureau de Port-Louis à un autre… Et souvent à Port-Louis. Certaines mauvaises langues se demandent même ce que font les fonctionnaires au travail – mais aussi des ministres et PPS -, au moment où les activités économiques du pays sont encore presque à l’arrêt : si le secteur privé roule lui au ralenti depuis le deuxième dé confinement, la situation ne peut qu’être semblable à l’Hôtel du Gouvernement. Mais rien ne s’est passé, il est question de la continuité des affaires de l’État et, mieux, le gouvernement a cédé sur tous les points du rapport du PRB. Comment un État déficitaire peut-il débourser quelques Rs 6 milliards afin de faire taire les revendications des fonctionnaires ? Sans oublier le trou de la sécurité sociale, la dette publique et les milliards – consentis nécessairement -, par la Mauritius Investment Corporation… Comment le gouvernement pourra-t-il éviter une grogne sociale au moment de déterminer le montant de la compensation salariale à attribuer dans le secteur privé ?

Fonds publics

Il n’est un secret pour personne que le secteur des PME est dans le rouge depuis le premier confinement, alors que le secteur privé a dû recourir aux fonds publics pour se maintenir en vie. Il est clair que la décision du gouvernement de respecter l’intégralité du rapport du PRB va ouvrir une succession de revendications – toutes justifiées -, le ministre des Finances pouvant difficilement refuser aux salariés du privé ce qu’il a concédé aux fonctionnaires. En quoi, son gouvernement est-il en meilleure position de ‘payer’ que le secteur privé ? Pourquoi les fonctionnaires seraient-ils de meilleurs salariés que ceux du privé ? Ces questions risquent de surgir l’année prochaine au moment des négociations tripartites pour déterminer le quantum de la compensation salariale. Car, s’il a mis toutes ses forces pour désarmer un conflit social, il lui aura aussi s’employer pour ne pas se trouver en face d’une crise sociale dans le secteur privé.

Balance électorale

Le PRB 2021 arrive à un mauvais moment, indépendant de toutes les volontés. Et le gouvernement ne pouvait pas jouer avec le feu, deux semaines après avoir sauvé Air Mauritius, l’enseigne emblématique de notre pays, avec un secteur qui pèse lourd dans la balance électorale. Même l’opposition ne pouvait qu’applaudir sachant que la fonction publique est aussi ce service qui a le même symbolisme que la compagnie d’aviation nationale. Grace à ces deux décisions majeures, l’une après l’autre, et avant la fête des fins d’année, le gouvernement se donne suffisamment d’air pour ajouter à la dynamique de relance née de la réouverture des frontières. Il fallait que Pravind Jugnauth fasse taire les potentielles poches de tensions sociales pour qu’il ait suffisamment de marge l’année prochaine lorsque se posera la question de la compensation salariale.

Arrivées touristiques

Dès le début de 2022, le Premier ministre aura pris la mesure des derniers mois de 2021 en termes d’arrivées touristiques, mais aussi des chiffres de l’exportation et d’importation. Le premier mois suivant l’ouverture totale de nos frontières a donné des motifs d’espérer à l’ensemble de nos opérateurs dans le secteur touristique. Les premiers touristes ont commencé à paraitre timidement dans nos rues, alors que les témoignages recueillis auprès de certains d’entre eux confirment le sentiment que c’est une clientèle fidélisée à la destination mauricienne qui posera les pieds à Plaisance. Toutefois, l’apparition du variant Delta n’est pas faite pour tranquilliser les esprits, car elle s’accompagne de décès, un sombre tableau qu’on n’avait pas connu l’année dernière. C’est sans doute ce défi qui s’impose au gouvernement et qui requiert une vigilance de tout instant de la part de la population.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %