Read Time:5 Minute, 56 Second

Changement de chef de file chez le PTr ?
Paul Bérenger veut revoir son grand MMM

Sommes-nous loin des clameurs des élections générales du novembre dernier ? Sont-ils prêts à faire un trait sur le dénouement final du scrutin de 2019 ? Quelles sont les ambitions de nos leaders politiques locaux pour 2020? Sont-ils prêts à faire face à certaines vérités ? Sont-ils suffisamment équipés moralement et physiquement pour affronter l’avenir ? Sont-ils prêts à se réinventer pour se repositionner sur l’échiquier politique ? Ce sont là autant de questions que doivent certainement se poser les observateurs politiques ou tous ceux qui aiment la politique tout simplement.

Les clameurs de l’évènement phare du novembre 2019 ne se sont pas tus. Les gagnants continuent à surfer sur la vague du succès. Pour certains, les festins et les rassemblements populaires sont toujours à l’ordre du jour alors que pour d’autres, l’heure est toujours à la contestation des chiffres qui ont donné gagnant l’Alliance Morisien de Pravind jugnauth. Ce dernier a bien des idées en tête pour continuer ce qu’il a accompli depuis qu’il est à la tête du pays. Ses projets d’envergure ont vu le jour et après quelques moments de balbutiements et de légères incertitudes, tout est rentré dans l’ordre. C’est le cas de le dire pour le métro léger.

Certes, il y a eu des moments de doute. Mais une fois ces moments dissipés,le voilà sur les rails au plus grand bonheur des heureux qui ont eu leur ticket au bout des doigts pour une expérience dont ils se souviendront à tout jamais. Les autres projets dont ceux des drains et la construction des bâtiments à vocation sociale sont sur la bonne voie. L’exemple le plus flagrant demeure le drain de Fond du Sac, qui serait en phase terminale dans quelques semaines bien que le calendrier des travaux risque de connaître des chamboulements avec la saison cyclonique. D’autres projets d’envergure sont déjà annoncés et certains sortiront des terres incessamment.

À l’instar de cet hôpital avec 500 lits à Flacq pour le plus grand bien des patients de cette partie de l’île. Ont aussi été annoncés des mediclinics dans cette même partie de l’île dont un à Bel Air, au no. 10. Ce projet serait d’un avantage certain pour ceux de cette partie de l’île qui ont besoin d’une unité de santé publique plus proche de la région. Quid des autres secteurs qui font bouger le pays ? L’Agriculture continuera à subir des secousses vu que nous sommes un pays tropical mais des accompagnements financiers aident toujours les planteurs à se relever.

Avec une équipe qui le soutient comme son ombre, le leader du MSM n’a pas à se soucier de sa majorité. Celle-ci est intouchable. Pravind Jugnauth peut dormir tranquille et qu’il vaque à son calendrier de travail pour mener à bon port son pari de faire de Maurice un pays où il
fait bon vivre.

Par contre, serait-ce le cas chez l’opposition ? Certes, les différentes forces de l’opposition essayent de se fédérer pour démontrer qu’elles comptent jouer pleinement leur rôle. Cependant, les échos qui nous arrivent à l’oreille ne sont pas si sains pour les partis d’opposition.À commencer par le Parti travailliste. Déjà,un bruit court à l’effet que les « Ramgoolamistes » ne sont pas en faveur de la nomination d’Arvin Boolell au poste du leader des Rouges parlementaires.

Ils s’appuient sur l’hypothèse que l’actuel leader de l’opposition serait trop complaisant avec le Premier ministre. Ils ont développé cette idée suite à la rencontre qu’Arvin Boolell aurait eue avec Pravind Jugnauth tout juste à sa nomination au poste de leader de l’opposition. Ils laissent entendre qu’ils n’ont pas confiance en Arvin Boolell. D’où, après avoir analysé et pesé le pour et le contre, il semblerait que Navin Ramgoolam serait arrivé à une décision cruciale. Selon une source non confirmée mais qui a fait son chemin chez les Rouges pur-sang, Navin Ramgoolam aurait pris la ferme décision de procéder à un remplacement d’Arvin Boolell au poste de leader de l’opposition par Ritesh Ramphul. En initiant une telle démarche, Navin Ramgoolam compte vendre son projet de renouvellement et de rupture envers les jeunes et les anciens

Mais à quel prix ? Serait-il prêt à céder son leadership pour plaire à ses détracteurs, à l’intérieur et à l’extérieur de son parti ? À se conformer à sa dernière prise de position publique, Ramgoolam ne cèderait point. Il jouera la carte du jeune Ritesh Ramphul. Primo, pour faire revenir les Vaishs au PTr, secundo, pour amadouer la tranche jeune de l’électorat mauricien. Quelles seront les retombées de cette tentative et de cette stratégie de Navin Ramgoolam ? Seul le temps nous le dira. C’est bel et bien le thème principal de l’agenda du PTr de Navin Ramgoolam pour 2020.

Pour finir, qu’en-est-il du MMM de Paul Bérenger en 2020 ? Déjà, des secousses sont ressenties avec l’absence des cadors mauves pour la rentrée politique à la rue Ambrose. Ces absences furent mises sur le compte des certificats médicaux pour certains et des séjours à l’étranger pour d’autres. Mais les « writings are on the wall ». Le MMM est loin d’être un parti stable, une stabilité que la forteresse mauve a perdue depuis belle lurette avec ses défaite en 1983. Des victoires éphémères en 1991, 1995 et 2000 qui n’ont rien apporté de concret aux Militants « koltar ». Seuls le totem et son groupe de « blue-eyed boys » ont engrangé des dividendes.

Info ou intox, une chose est sûre : Paul Bérenger n’a pas baissé les bras. Comme il avait été si bien décrit par les Anglais dans un de leurs documents secrets déclassifiés, Paul Bérenger serait un homme politique intelligent mais très difficile à cerner, allant jusqu’à même s’emmêler les crayons pour se retrouver au pied du mur. Dans cette optique, il nous revient que suite à la dernière prise de position officielle de Navin Ramgoolam concernant son avenir politique, Paul Bérenger aurait mis en veilleuse son projet de se rapprocher d’Arvin Boolell.

Contre toute attente, bien que cela fasse de la place pour un feuilleton de politique fictive, le grand chef des Militants aurait caressé l’idée de faire revenir ses anciens lieutenants au bercail. Ce n’est aucunement pour les caresser dans le sens du poil en annonçant son retrait et leur « take over » des affaires du parti mais plutôt pour préparer la prise du pouvoir et du leadership du MMM pour sa fille Joanna.Qui vivra verra !

Une chose est sûre. Maurice est devenu une plaque politique en effervescence toute une année durant. Il n’y a pas un seul jour où un heading politique n’occupe la Une de la presse écrite ou parlée. Et ce depuis des lustres. Ainsi, 2020 n’échappe pas à la règle.

Sen. Krisnah GOOJHA

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post WW3: La troisième guerre mondiale est-elle sur le point de se produire? Y aura-t-il une autre guerre?
Next post Météo : Un dimanche ensoleillé
Close