Read Time:4 Minute, 13 Second

Le ministre de la Santé et du Bien-être, le Dr Kailesh Kumar Singh Jagutpal, a lancé hier matin une série de 180 directives cliniques couvrant 35 pathologies spécifiques. Des copies du document ont été remises aux Regional Health Directors. Dr Catherine Gaud, senior advisor auprès du ministère de la Santé et du Bien-être, était également présente. Le ministre a aussi procédé au lancement de ces directives cliniques sur la bibliothèque virtuelle du Mauritius Institute of Health. Tous les médecins auront, avec une authentification appropriée, un accès 24h/7 à partir d’aujourd’hui, à la version en ligne du document qui a été élaboré par le ministère de la Santé et du Bien-être.

Dans son allocution, Dr Jagutpal a félicité l’équipe de médecins spécialistes du ministère qui a travaillé sur le projet. Il a déclaré que ces directives cliniques sont des recomman- dations sur la façon dont les professionnels de la santé devraient prendre en charge les patients présentant des conditions spécifiques dans le contexte local. Elles sont basées sur les meilleures données disponibles et le consensus d’experts, et définissent les soins médicaux qui conviennent à la plupart des patients atteints d’une pathologie spécifique, a-t-il souligné.

Dr Jagutpal a réitéré l’engagement du ministère à promouvoir la qualité des soins ainsi que l’égalité de traitement pour les patients. Il a ajouté que ces directives cliniques sont plus consultatives qu’obligatoires et qu’elles devraient être prises en compte par les professionnels de santé lors de la planification des soins pour les patients individuels. Il a souligné qu’il y aura des moments où les recommandations ne seront pas appropriées pour un patient en particulier.

De plus, Dr Jagutpal a fait ressortir que les directives cliniques ne doivent pas outrepasser la responsabilité des médecins de prendre des décisions appropriées dépendant des circonstances de chaque patient et que leurs décisions devraient être prises en consultation avec l’accord du patient ou de ses proches. Il serait important que les raisons du non-respect des directives soient intégralement enregistrées dans le dossier du patient, a-t-il dit.

En outre, il a souligné que ces directives cliniques devront être revues et mises à jour au fur et à mesure des besoins, en parti- culier lorsque de nouveaux médicaments et services seront disponibles et que davantage de directives cliniques devront être élaborées pour d’autres nouvelles pathologies.

Selon le ministre, ces directives cliniques contribueront à avoir une approche harmonisée vis-à-vis des patients concernant leur traitement dans les hôpitaux. En offrant le même traitement aux patients souffrant de pathologies courantes, cela permettra à éliminer toutes les perceptions d’inégalité de traitement dans l’esprit des patients, a-t-il déclaré.

Contrat de bail signé entre la Santé et Landscope

Par ailleurs, un contrat de bail a été signé, aujourd’hui, entre le ministère de la Santé et du Bien-être et Landscope (Mauritius) Ltd pour la mise en œuvre de plusieurs projets à Côte d›Or. Le ministre de la Santé et du Bien-être, Dr Kailesh Kumar Singh Jagutpal, était présent lors de la signature du bail. Les signataires étaient la Chief Executive Officer de Landscope (Mauritius) Ltd, Naila Hanoomanjee, et la Senior Chief Executive du ministère de la Santé et du Bien-être, Dalida Allagapen.

Dans une déclaration, le ministre Jagutpal a fait ressortir que l’accord signé permettra à son ministère de bénéficier de quelque 30 arpents de terrain pour mettre en œuvre plusieurs projets qui étaient en préparation depuis un certain temps. Les projets comprennent : un entrepôt médical moderne pour assurer un meilleur suivi du stockage ; un service central de laboratoire de santé ; un nouveau centre cardiologique ; ainsi que la mise en œuvre du projet Ayush.

Pour sa part, Naila Hanoomanjee a rappelé que Landscope (Mauritius) Ltd est propriétaire de quelque 2 000 arpents de terrain à Côte d›Or. Elle a indiqué qu›une demande a été faite par le ministère de la Santé et du Bien-être il y a quelque temps pour y établir un Health Hub. En outre, elle a fait ressortir qu’un plan directeur, qui a été conçu à cet effet, comprend également l’établissement d’un Education Hub. Le Health Hub, selon elle, sera situé face au Complexe sportif national de Côte d’Or et le bail s’étendra sur une période de 90 ans.

Par ailleurs, elle a affirmé qu’avec la mise en œuvre de plusieurs projets, Côte d’Or se transformera progressivement en ville. Elle a précisé que pour ce projet, le ministère de la Santé et du Bien-être prendra en charge tous les coûts d’infrastructure tout en ajoutant qu’il sera de même pour le ministère de l’Education, de l’Enseignement supérieur, de la Science et de la Technologie en ce qui concerne la mise en œuvre de l’Education Hub. Nalia Hanoomanjee a également rappelé qu’une première phase, c’est-à-dire la mise en œuvre du Data Technology Park de Côte d’Or, a récemment été lancée.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Hippisme – Training 8 juin : G I Joe de mieux en mieux
Next post Vallée-Pitot : les barrages policiers rétablis
Close