November 27, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Lifestyle

Shikha Bhatoolaul – la fonceuse

0 0
Read Time:4 Minute, 27 Second
Shikha Bhatoolaul est la présidente du conseil du village de Roche-Terre

Ne vous fiez pas à son jeune âge. Ce n’est aucunement un frein à la détermination de la présidente du conseil de village de RocheTerre. Féministe dans l’âme, elle entend bien montrer de quoi est capable une femme. Rencontre.

«Peprésenter son village, c’est aussi quelque chose qu’une femme peut faire.» A 25 ans, Shikha Bhatoolaul n’a pas peur de faire entendre sa voix. Présidente du village de Roche-Terre, cette jeune ambitieuse entend bien démontrer de quoi est capable une femme. Et, surtout, que l’on peut réaliser ses rêves si l’on croit en soi.

Shikha Bhatoolaul en est la preuve. Celle qui, petite, rêvait de porter la robe noire, travaille aujourd’hui comme conseillère juridique après avoir obtenu une licence en droit de l’université de Middlesex. Avec les élections villageoises de 2020, elle se retrouve propulsée au-devant de la scène.

Shikha Bathoolaul participe à cette joute électorale pour la première fois. Elle fait partie de Lekip Movement Democratic de Roche-Terre qui remporte la mise dans ce village de plus de 2 900 habitants. Et le 26 novembre dernier, elle est élue présidente du conseil du village. «Mon équipe m’a fait confiance et m’a élue présidente. En tant que femme, malgré mes 25 ans, ils m’ont donné l’opportunité de montrer mon talent et d’être au service des villageois.»

La jeune femme explique qu’elle n’a pas tardé à se mettre en contact avec le secrétaire parlementaire privé (PPS) Anjiv Ramdhany et à travailler en collaboration avec lui. Shikha Bhatoolaul confie que le travail de terrain est une formation accélérée. «On ne peut pas savoir ce qu’il va se passer, surtout lorsqu’on est jeune avec des responsabilités d’une telle envergure. On n’a pas de vécu dans ce domaine, on ne sait pas comment ça marche. C’est dessus qu’on se forme, c’est sur le tas et on se rend compte des besoins et des demandes des habitants de Roche-Terre.»

Les jeunes et les femmes sont l’une des priorités de la jeune présidente du conseil du village de Roche-Terre. Pourquoi ces deux groupes en particulier ? Shikha Bathoolaul est d’avis que de nos jours, les fléaux de la société déroutent les jeunes, tandis qu’il y a des femmes qui veulent montrer leurs talents. «Ena bann fam ki anvi montre zot talan me pena enn platform pou vinn de lavan.»

Comment se déroulent les réunions du conseil ? Chaque première semaine du mois, les conseillers se rencontrent au Village Hall de la localité en présence du représentant du conseil de district de Rivière-duRempart pour faire avancer le travail. De fil en aiguille, avec l’aide de tout un chacun, ils ont bétonné leurs projets et les premiers résultats sont plutôt encourageants, affirme la jeune femme. «Nous avons fait ré-asphalter les chemins, les lampadaires ont été remplacés, ce qui est un avantage pour les usagers de la route.»

Ce n’est pas tout. Avec son équipe, elle a organisé un «psychological counselling» à l’intention des habitants. «Ils étaient plus d’une cinquantaine à être présents à cet événement», se réjouit-elle

Aussi, Lekip Movement Democratic de RocheTerre, en collaboration avec le PPS Ramdhany et Kailesh Jagutpal, ministre de la Santé, a organisé un Health Day, à l’école du village. La dynamique Shikha Bhatoolaul dit être très à cheval sur le sujet de la santé. «Avoir une bonne santé c’est la base», souligne-t-elle. Au programme : dépistage du cancer du col de l’utérus et du cancer du sein, examen dentaire gratuit et campagnes de don de sang. Très actifs sur le terrain, les membres de Lekip Movement Democratic de Roche-Terre ont, un dimanche pendant le second confinement, procédé à la distribution de pain à tous les habitants.

Et la présidente du conseil du village de Roche-Terre ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Les projets foisonnent. Les élus veulent, entre autres, installer 14 lampadaires dans les rues du quartier et faire installer des radars automatiques sur la route.

Certes, étant donné que le pays est toujours dans la deuxième phase de déconfinement, les travaux ralentissent. Alors Shikha Bathoolaul et son équipe prennent leur mal en patience et attendent le feu vert des autorités concernées pour entamer leurs nombreux projets, notamment l’organisation du zumba en plein air, d’un concours culinaire et d’une randonnée en montagne ; l’aménagement d’un terrain de foot ; et des cours d’alphabétisation.

«C’est une équipe qui travaille ensemble», fait comprendre Shikha Bathoolaul. Avoir la responsabilité de plus de 2 900 habitants n’est pas une mince affaire. Mais la jeune femme est loin de se laisser démonter. «Les défis me permettent de grandir, de rencontrer et côtoyer beaucoup de personnes. J’aime être au service des autres.»


Face à la Covid-19, «chaque citoyen doit prendre ses responsabilités»

Que pense Shikha Bathoolaul de la pandémie ? «Chaque citoyen doit prendre ses responsabilités», répond-elle d’emblée. Elle est optimiste quant à l’avenir. «Dans les jours à venir, nous serons en mesure de combattre cette pandémie. Si la population se fait vacciner, nous serons en sécurité», assure la jeune femme.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %