July 12, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

Trafic de drogue allégué : Des soupçons sur Akil Bissessur depuis quelque temps déjà

L’avocat Akil Bissessur et sa compagne Doomila Moheeputh ont été reconduits en cellule policière hier, lundi 22 août, lors de leur comparution en cour de Rivière Noire. Les deux suspects devront à nouveau se rendre en cour ce jeudi 25 août.

Hier, l’avocat de Doomila Moheeputh, Me Neelkanth Dulloo, a présenté une motion de remise en liberté conditionnelle. La police a objecté à cette demande. Les débats autour de ladite motion auront lieu ce jeudi à 13 heures. Dimanche, l’homme de loi avait retiré sa demande pour finalement la présentée ce lundi 22 août.

Dimanche toujours, la police avait objecté à la demande de remise en liberté conditionnelle d’Akil Bissessur. Ce dernier a été appelé à la barre des témoins hier à la demande de son avocat. Il a expliqué qu’il compte respecter les conditions que la cour imposera s’il est relâché sous caution. L’homme de loi a indiqué que son passeport a expiré et qu’il l’a égaré. Il ne pourra donc pas quitter le pays.

L’avocat du suspect a soutenu que son client a nié les accusations portées contre. Celui-ci a également expliqué qu’il n’a pas besoin d’autres sources de revenus car il touche entre Rs 25,000 et Rs 300,000 par mois. Jeudi, l’Enquiry Officer, l’inspecteur Ritesh Ramlugun du Central Criminal Investigation Department (CCID), devra faire part à la cour des progrès de l’enquête mais aussi de l’évolution des ‘statements’ d’Akil Bissessur aux enquêteurs.

L’avocat et Doomila Moheeputh font face à une accusation provisoire de « drug dealing : possession of dangerous drug for the purpose of distribution », en vertu des articles 30 (1) (f) (i) et 47 (5) (a) de la Dangerous Drugs Act. Lors de la perquisition au domicile de Doomila Moheeputh à Palma, vendredi soir, 53 g d’une substance dangereuse, soupçonnée d’être de la drogue synthétique, ont été retrouvés selon la police. La drogue était dissimulée dans trois sachets en plastique transparent et six colis de cellophane. La valeur de la drogue saisie est estimée à Rs 260,000.

Les suspects nient avoir été en possession de quelconque substance illicite. Ils accusent la police d’avoir placé la drogue dans la maison. Or, l’inspecteur Ritesh Ramlugun affirme que la drogue se trouvait dans un sac gris et noir que le suspect a pris entre ses mains avant que les policiers n’entrent dans la maison. Il s’appuie sur une vidéo pour confirmer ses dires. D’ailleurs, la vidéo de la perquisition fait le tour des réseaux sociaux.

Réseau de drogue

Lors de l’audition en cour hier, l’inspecteur Ramlugun est revenu sur la chronologie des évènements de la soirée de vendredi. Il a souligné que les suspects ont refusé l’accès à la maison. Cela, bien que les policiers avaient un mandat en bonne et due forme. Un policier a ensuite vu Akil Bissessur prendre un sac pour se rendre dans la pièce d’à côté. L’assaut a alors été donné pour rentrer de force dans la maison. Une fouille a permis de saisir une quantité de drogue. Le sac gris a été retrouvé dans les toilettes. Des policiers ont également entendu la chasse d’eau des toilettes. Ainsi, l’ordre a été donnée pour cassé le tuyau d’évacuation des égouts. Une certaine quantité de drogue y a été découverte. L’inspecteur Ramlugun a également soutenu devant la cour que cette affaire pourrait mener vers un réseau de trafic de drogue et pourrait impliquer d’autres personnes. Et Akil Bissessur ferait partie de ce réseau. L’inspecteur Ramlagun a indiqué qu’il y a des soupçons d’un autre délit sans, toutefois, donner plus de détails.

Me Rubesh Dawoodharry du State Law Office (SLO) a, lui, déclaré que des équipements informatiques lors de la perquisition comme une tablette ont été saisis lors de la perquisition de vendredi. Ils seront examinés par IT Unit de la police.

Par ailleurs, la police a, une nouvelle fois, objecté à la remise en liberté de Dominique Seedeeal, connu comme Darren L’Activiste. Il a été reconduit en cellule policière. Il avait été arrêté samedi devant les Casernes centrales. Il lui est reproché d’avoir formulé de fausses allégations contre l’assistant-surintendant de police (ASP) Ashik Jagai lors d’un Live Facebook. Darren L’Activiste fait face à une accusation provisoire de « disseminating false news ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.