June 28, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

À ALEXANDRE LARIDON : L’esbroufe mal placé

0 0
Read Time:4 Minute, 4 Second

On entend souvent les gens évoquer le manque criard dans le renouvellement de la classe politique. À chacun ses vérités, mais si la politique, les partis avec, devaient s’encombrer de nouvelles têtes d’œuf pour se pérenniser, alors là ils se passeraient bien de ce douloureux exercice de perpétuer leurs effectifs. C’est flagrant que la prétention et la mauvaise conscience de certains jeunes se manifestent en toute impunité, sans la moindre honte, eux qui n’ont rien à faire avec les intérêts du pays, de notre peuple et qui ne voient pas plus loin que leur nez et qui, au travers d’une carrière politique, trouvent un moyen de se remplir les poches et d’exhiber leur nouveau statut.

C’est le grand drame qui empoisonne notre politique. Autant qu’on soit conforté par l’émergence de quelques nouvelles recrues, avec l’honnêteté intellectuelle qui coule dans leur veine, autant qu’on assiste à l’apparition d’une bande de faux jetons qui fait frémir et qui donne l’envie de vomir, quant à l’avenir de la politique qui s’assombrit avec ces caricatures remplies d’eux-mêmes. Dans cette coterie de jeunes pourris de la politique, nous citerons Alexandre Laridon, fils d’Alain. Malgré quelques retours de veste durant sa carrière, le père est reconnu aujourd’hui pour sa discrétion sacro-sainte et son sens de la mesure, au point de toujours s’effacer. C’est malheureux de constater que sa progéniture n’a pas suivi ses traces. Il est vrai qu’on ne peut pas faire le destin de son propre fils, celui-ci choisissant le sombre destin de décevoir, de ne pas s’assumer. Mais, le père doit sûrement se morfondre et se recroqueviller la tête entre les mains par gène, en voyant Alexandre le petit se donner en démonstration inutile et exécrable. Alexandre s’est permis de se répandre en absurdités et divagations sur le compte des affaires professionnelles de Jean Michel Lee Shim, outre le fait d’avoir l’outrecuidance de conjecturer (appât et promesses à la clé) quelque uns de nos journalistes, tout récemment dans nos rangs et dont les cas sont proprement considérés. Si nous le laissons se contenter du niveau pour lequel il est fait, nous devons le stopper dans sa vile démarche de se poser en politique « clean ». Se donnant des airs de pamphlet, de plumitif et s’encombrant de tellement d’esbroufe qu’il en oublie sa raison d’être, Alexandre pratique le déni et ne se rappelle plus qu’il fût jeté en pâture par Navin Ramgoolam lors du dernier scrutin de 2019.

Ce petit cabot prétentieux, rongé par l’ambition et le désir de prendre une autre échelle que celui prise par son père, s’emploie d’une telle manière que dans son cas l’échelle est faite pour descendre, non pas pour escalader. Oui, en novembre 2019, il subit un coup d’arrêt brutal, alors qu’il croyait que NCR lui vouait une confiance certaine et dut se réduire en pâle figurant aux côtés des trois candidats rouges. Tandis qu’il se voyait déjà sur le strapontin du parlement. Rigoureusement spécialisé en n’importe quoi, il doit savoir que son maître politique n’apprécie pas que les adhérents du PTR en rajoutent et surtout se donnent en spectacle en public. Nous devons lui remettre en mémoire une vilaine histoire de mœurs, qui a coûté cher à un prétendant rouge dans la circonscription où il arpentait en long et en large. L’homme labourait le terrain en petite et grande surfaces. Si le leader-supremo excelle dans ce genre de « panic hobby » (qui a du reste causé sa perte), il ne tolère pas ce mauvais attribut dans le CV de ceux qui postulent à être candidat.

À ce jeune empressé, au risque de demeurer pendant longtemps au grade de politique-stagiaire, nous lui dédions par générosité de cœur cette phrase en forme de dure réalisme (attribuée à tort à l’acteur-comédien américain Groucho Marx) de Sir Ernest Benn, éditeur et publiciste politique britannique : « Politics is the art of looking for trouble, finding it whether it exists or not, diagnosing it incorrectly and applying the wrong remedy ». Pour faire plus simple pour notre homme, mentionnons la traduction : « La politique est l’art de chercher l’ennui, de le trouver, d’en donner un diagnostic erroné, puis d’appliquer le mauvais remède ». Il est grand temps Monsieur Laridon de cesser vos aboiements qui résonnent dans le désert, mais dont l’effet de boomerang est connu.

D’autant qu’il ne serait pas surprenant d’apprendre qu’une tentative de sa part pour intégrer le groupe de rébellion de Yatin Varma aurait été à l’ordre du jour, avant le confinement. Ce qui serait en totale contradiction avec l’initiative du papa de faire installer le fiston comme président de l’aile jeune du PTR.

Cassam DHUNNY

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %