August 14, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

Analyse – Le monde a le choix : coopérer ou s’effondrer

0 0
Read Time:5 Minute, 52 Second

C’est une réaction naturelle et politique de l’homme de se replier sur lui-même lorsqu’il est menacé par une crise qui semble au-delà de sa volonté. Le monde fait face à plusieurs forces simultanément : les pénuries alimentaires, l’inflation, la persistance de la Covid-19 et les effets du réchauffement de la planète. Ensemble, ils menacent la stabilité et la prospérité des nations au niveau mondial. Cette menace pourrait accélérer le déclin de la mondialisation et de la coopération internationale qui a déjà commencé dans de nombreux pays.

Ce n’est pas ce qu’il faut retenir. La Covid-19, les changements climatiques et maintenant le spectre d’une crise alimentaire mondiale démontrent clairement que les problèmes mondiaux sont étroitement liés, tout comme les solutions. La puissance de la coopération a été soulignée dans la réaction coordonnée à l’agression de la Russie. Davantage de coopération est nécessaire, et non moins, pour trouver une solution aux autres crises.

Même avec l’inflation, un problème aigu que les citoyens de notre pays, comme les citoyens d’un si grand nombre d’autres pays, s’attendent à ce que leur gouvernement règle. L’inflation n’a jamais été aussi élevée depuis le début des années 1980, ce qui signifie que de nombreuses personnes n’ont pas les moyens de continuer à acheter les mêmes biens et services. L’opposition a cherché à faire porter la responsabilité de la hausse des prix au gouvernement, qui a pour stimuler l’économie nationale avec des fonds de secours en réponse à la pandémie, et les analystes économiques conviennent généralement que cela a joué un rôle.

La banque centrale, responsable de la maîtrise de l’inflation, a d’abord mis du temps à réagir. Mais elle agit maintenant de manière urgente pour réduire la demande de biens et de services. L’inflation élevée dans d’autres économies développées souligne que la hausse des prix est un phénomène mondial, causé en grande partie par les perturbations mondial des flux de pétrole, de nourriture et d’autres biens. Ainsi, la banque centrale comprime la demande, le gouvernement fait de son mieux pour soulager les difficultés économiques en s’efforçant d’augmenter la disponibilité des biens et des services. Certains des obstacles sont nationaux : le gouvernement doit continuer à s’atteler sérieusement le produit alimentaire nécessaire qui représente la dépense la plus importante pour la plupart des familles au bas d’échelles. Si l’on ajoute une foule d’autres facteurs liés à la guerre – les sanctions imposées au Belarus et à la Russie qui ont réduit l’approvisionnement mondial en potasse, un engrais essentiel, les greniers détruits par les bombardements russes, les pays comme l’Inde qui interrompent la plupart de leurs exportations de blé pour s’assurer, ce qui est compréhensible, que leurs propres besoins sont satisfaits – il devient évident que la guerre de Vladimir Poutine a des répercussions dévastatrices sur l’approvisionnement et les prix des denrées alimentaires bien au-delà des frontières ukrainiennes.

Comme c’est souvent le cas, le pire coup est porté aux pays les plus pauvres, et l’histoire montre que la faim peut rapidement s’avérer mortelle. Le Nigeria, la Somalie, l’Éthiopie, l’Egypte et le Yémen ressentent déjà la douleur des pénuries alimentaires, la hausse des prix a déclenché des protestations en Argentine, en Indonésie, en Tunisie et au Sri Lanka, entre autres pays.

Le principal obstacle aux exportations de céréales ukrainiennes est l’impossibilité pour le pays d’utiliser son principal port de la mer Noire, Odessa. L’Ukraine a essayé d’expédier ses céréales par la route, le rail et le fleuve, mais ces méthodes sont bien en dessous de ce qui pourrait être exporté par les ports ukrainiens. Avant l’invasion russe, l’Ukraine exportait annuellement une moyenne de 3,5 millions de tonnes de céréales. Ce chiffre a chuté à 300,000 tonnes en mars pour atteindre un peu plus d’un million de tonnes en avril.

Le Port Odessa qui pourrait gérer le volume, et c’est toujours sous le contrôle de l’Ukraine. Le problème réside dans le blocage de la navigation par les navires de guerre et les mines. La Russie a fait savoir qu’elle était prête à ouvrir une voie de communication sécurisée depuis le port Odessa, mais qu’elle attendrait en échange de la levée de certaines sanctions. Les États-Unis et leurs alliés se sont opposés au retrait des sanctions.

Il est urgent d’agir. Le blé d’hiver est mûr, et environ 25 millions de tonnes de céréales, selon les estimations des Nations Unies, pourraient pourrir en Ukraine si leur exportation n’est pas rapide. Même un accord immédiat pour dégager la voie vers le port Odessa nécessiterait des semaines pour organiser une grande flotterie prêtent à prendre le risque d’entrer dans une zone de guerre et à payer l’assurance et l’escorte nécessaires. L’utilisation de navires de l’OTAN pourrait engendrer le danger d’une confrontation directe avec les navires de guerre russes, ce que les alliés recherchés ont évité.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré qu'”il n’y a pas de solution efficace à la crise alimentaire sans réintégrer la production alimentaire de l’Ukraine, ainsi que les aliments et les engrais produits par la Russie et le Bélarus, dans les marchés mondiaux, malgré la guerre”. Il a suggéré, en fait, que les États-Unis et l’Europe assouplissent les sanctions existant sur les exportations agricoles russes et biélorusses en échange de la possibilité de laisser les céréales ukrainiennes circuler sans entraves dans le monde.

Il n’est pas illégal de tenter de placer l’approvisionnement alimentaire mondial au-dessus des exigences d’un conflit, mais l’assouplissement des sanctions que réclame la Russie – celles imposées aux exportations et aux transactions financières russes, comme l’a déclaré un vice-ministre russe des affaires étrangères, sur les médias d’État – reviendrait à céder à l’agression et à la tentative de chantage humanitaire de la Russie.

Ce qui pourrait quand même fonctionner, c’est un appel conjoint à Vladimir Putin de la part de pays qui risquent d’être les plus touchés par la crise alimentaire. Vladimir Putin a rencontré séparément les dirigeants de la Turquie, d’Israël et de l’Union africaine, entre autres, et a insisté publiquement sur le fait que la responsabilité des crises alimentaires et énergétiques mondiales émergentes incombe entièrement à la cupidité et aux sanctions occidentales. Il a réitéré vigoureusement ce message dans un discours prononcé vendredi devant le Forum économique international de Saint-Pétersbourg, accusant les États-Unis d’être responsables de l’instabilité du monde.

Mais il pourrait avoir plus de difficulté à rejeter un appel lancé par des nations menacées par la faim, en particulier celles qui ont jusqu’à présent résisté aux pressions occidentales pour se joindre à la politique d’ostracisme à l’égard de la Russie. Les États-Unis devraient encou- rager et appuyer un tel appel, qui ferait participer ces pays d’une manière qui serve leurs intérêts essentiels. Et si l’appel comprend une proposition pour escorter les navires battant pavillon ukrainien, l’Ukraine peut se sentir moins suspicieux

La confiance et la coopération internationales font cruellement défaut, mais c’est la seule issue à ces crises étroitement liées. L’administration américaine devrait considérer ce moment comme crucial pour le leadership des L’Amérique dans le monde, et être à la hauteur de la tâche.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.