December 4, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

ANALYSE : Les conséquences à long terme de la pandémie Covid-19

0 0
Read Time:7 Minute, 47 Second

La pandémie de corona a plongé le monde dans un état de crise profonde et menace nos vies et nos moyens de subsistance. L’économie mondiale est confrontée à une grave récession. L’offre et la demande économiques se sont partiellement désintégrées en raison des mesures de confinement. Le commerce mondial s’est effondré et les chaînes d’approvisionnement ont été perturbées. Sur le marché financier, de nombreux paramètres (c’est-à-dire les conditions financières) se sont détériorés. Le cadre réglementaire pour les nouvelles dettes contractées par les États a été suspendu. Les politiques monétaires et fiscales convergent. Les libertés fondamentales telles que la libre circulation des voyageurs ont été restreintes. La solidarité internationale fait l’objet d’un examen minutieux. Les facteurs qui déterminent l’évolution future ne peuvent être évalués qu’avec une grande incertitude. Dans cet article, nous voulons esquisser quelques conséquences possibles à long terme.

L’ampleur de la crise

Le niveau d’incertitude a sensiblement diminué dans une seule dimension : les indicateurs économiques publiés pour mars et avril confirment l’hypothèse d’une chute drastique de l’activité économique. Dans son scénario de base, l’OCDE prévoit une baisse moyenne de 25 % du PIB à partir du moment où les mesures d’endiguement ont été lancées.

Durée de la crise

Les estimations de la durée de l’effondrement sont également plus fiables aujourd’hui qu’il y a un mois. Le taux de nouvelles infections a diminué depuis lors. Nous pouvons constater que les mesures de confinement ont été assouplies en mai. En fait, certains pays ont déjà commencé. L’approche «pas de prisonniers» pour contenir le taux de reproduction du virus a été obtenu grâce à un vaste ensemble de mesures générales : quarantaine, ateliers fermés, distanciation sociale, interdiction de séjour à domicile et interdiction de voyager. Ces mesures devront être remplacées par des mesures plus subtiles et plus ciblées afin de maintenir le taux de reproduction à un faible niveau (inférieur à 1) : une expansion massive des ressources consacrées à la recherche des contacts, aux tests (anticorps et infection), aux mesures d’hygiène et aux masques de protection.

Des incertitudes subsistent, de nombreux autres facteurs restent très incertains :

Les caractéristiques du virus (par exemple, les mutations) Le développement de médicaments et de vaccins (c’està-dire le temps de disponibilité) L’efficacité des mesures de confinement (nouvelles vagues d’infection) Le FMI prévoit une contraction du PIB mondial de 3,0 % en 2020, suivie d’une croissance de 5,8 % en 2021 si l’économie devait s’engager dans une reprise au cours du second semestre de l’année en cours. Le PIB qui a simplement été perdu au cours du premier semestre de 2020 ne sera pas récupéré d’ici la fin de 2021. La perte mondiale cumulative de biens et services non produits ou fournis et de revenus non créés est estimée à environ 9,000 milliards de dollars pour 2020 et 2021. La raison principale de la seule récupération partielle est la perte de revenus des entreprises et des employés, les retombées et les effets de retour entre les secteurs et les pays, ainsi que les mesures d’endiguement non coordonnées et leur relâchement.

Une dette élevée

Au moins un effet durable de la pandémie est évident. Le niveau de la dette va augmenter rapidement. Le FMI prévoit que les nouvelles dettes contractées par les États dans le monde (c’està-dire les déficits budgétaires) atteindront près de 10 % du PIB cette année. Cela fera passer le ratio de la dette publique mondiale de 83 % à 96 % en 2020. Le ratio de la dette publique dans les économies développées devrait passer de 105 % à 122 %.

Épargner ou investir ?

Jusqu’à présent, les différents gouvernements ont ajusté trois paramètres : les mesures concernant le virus (c’est-à-dire la recherche), les mesures de confinement et les mesures économiques visant à atténuer les effets des mesures de confinement. Un autre paramètre – non touché jusqu’à présent – pourrait déterminer l’environnement économique pour la prochaine décennie. Deux options s’offrent à vous : épargner ou investir. C’est sur cette base que l’on décidera si les pertes de bien-être (c’est-à-dire les 9,000 milliard sd’USD susmentionnés) seront permanentes ou si le PIB pourra être maintenu sur la trajectoire de croissance de ces dernières années.

Option numéro 1 – l’épargne

Si de nombreux agents économiques (État, entreprises, consommateurs) tentent en même temps de réduire leur endettement, les dépenses ou leur croissance sont touchées et, par conséquent, l’activité économique est étouffée. C’est également le cas tant que l’incertitude des consommateurs et des entreprises quant à l’évolution de la pandémie reste élevée. Le taux d’épargne des consommateurs pourrait augmenter (davantage), et le taux d’investissement (c’est-à-dire les dépenses d’investissement) du secteur des entreprises pourrait diminuer (davantage). Une relation de cause à effet fondamentale dans l’économie est que le total des dépenses et des revenus est égal. Cet environnement a un nom : la stagnation séculaire. Des taux de croissance du PIB, de l’inflation (voire de la déflation) et des bénéfices des entreprises durablement bas ; des taux d’intérêt à l’extrémité inférieure effective de la bande passante, et des chiffres de chômage élevés.

Option numéro 2 – investir

Si les pays disposant d’une marge de manœuvre suffisante mettent en œuvre des politiques de cycle économique (c’està-dire une dette plus élevée), il y a une chance de récupérer les pertes de bien-être et de maintenir le niveau de croissance antérieur. Toutefois, cela n’est pas si facile, car il faudrait un mélange de mesures axées sur l’offre et la demande. Quoi qu’il en soit, la situation se prête à une réorganisation structurelle de l’économie sous l’étiquette de «lutte contre le changement climatique».

Convergence des politiques fiscales et monétaires

Le choix n’est pas aussi évident qu’il peut paraître à première vue. Qui est censé payer les mesures supplémentaires financées par les pouvoirs publics et les politiques cycliques ? Le point d’origine est le rapport entre les taux d’intérêt et la croissance économique nominale. Tant que les taux d’intérêt sont inférieurs à la croissance économique, la dynamique de la dette publique est durable. Cela s’applique également aux niveaux d’endettement très élevés. Dans certaines économies importantes (États-Unis, Allemagne), c’est vraiment le cas. Toutefois, si les taux d’intérêt devaient dépasser la croissance économique, la banque centrale pourrait intervenir et plafonner les taux d’intérêt («contrôle de la courbe des taux»). Une autre caractéristique de la crise déclenchée par la pandémie est la convergence progressive des politiques monétaire et budgétaire. Le ministère des finances accroît le déficit budgétaire et la banque centrale augmente les achats d’obligations (également par le gouvernement). Théoriquement, la dette publique ne serait monétisée que si les achats d’obligations sont permanents. Les politiciens soulignent le caractère temporaire de cette mesure. Cependant, en réalité, les obligations d’État resteront longtemps dans les livres de la banque centrale. Par conséquent, les liquidités supplémentaires créées par la banque centrale restent également en circulation, et les taux d’intérêt directeurs restent bas pendant longtemps. Cela est vrai pour les deux options (c’est-à-dire l’épargne ou l’investissement), bien que l’option 2 conserve une chance de s’en sortir.

Inflation

Une stimulation excessive de la demande (par rapport à l’offre) dans un contexte de monétisation simultanée de la dette publique entraînerait (théoriquement) une hausse de l’inflation. Il est généralement difficile de trouver la bonne quantité de stimuli du côté de la demande qui soutienne la reprise économique (reflation). Cela est particulièrement vrai dans la situation actuelle. Trop de stimulation pourrait provoquer l’inflation, trop peu, la déflation.

Productivité

D’autres effets permanents de la crise déclenchée par la pandémie sont l’altération possible du capital physique et humain. Ces deux éléments entraîneraient une croissance (encore) plus faible de la productivité. Si la phase de chômage élevé (c’est-à-dire de la pandémie) était excessive, les compétences pourraient être perdues. En outre, le stock de capital physique pourrait rester endommagé de manière permanente dans certains secteurs (points de vente, tourisme, transports, immeubles de bureaux, usines, gastronomie, cinéma, sports). La pression pourrait s’accroître pour que certains produits soient fabriqués en plusieurs endroits. L’accumulation des licenciements entraînerait une baisse de l’efficacité et une hausse des coûts au profit d’une plus grande sécurité d’approvisionnement. Ici aussi, des politiques fiscales axées sur l’offre pourraient être utiles. Enfin, un démantèlement général et partiel de la mondialisation entraînerait une baisse de la croissance de la productivité et une augmentation de l’inflation.

Conclusion

À court terme, les effets de la pandémie de corona sont désastreux. À moyen terme, les effets négatifs seront encore perceptibles, car le ralentissement de la croissance que nous allons connaître du premier semestre 2020 à la fin 2021 ne sera probablement pas récupéré. À long terme, au moins un effet est prévisible : les taux d›endettement vont augmenter. La question de savoir comment faire face à ce phénomène pourrait dominer la prochaine décennie.

Par Zybrann Hassen Dhunny, lauréat 2015 du College St.Esprit et étudiant en <Actuaire> à l’Université de Cape Town, Afrique Du Sud.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %