Read Time:3 Minute, 58 Second

Qu’est-ce qui peut justifier qu’un policier, trouvé coupable de faute grave, agression, trafic de drogue, vol ou viol, puisse encore être considéré comme faisant partie de la force policière, n’étant que « suspendu » ? Il n’y a aucune logique dans ce qui est clairement de la mauvaise gouvernance. Et il n’est pas normal que, année après année le directeur de l’Audit doive encore une fois pointer du doigt cette terrible faille ? A savoir qu’un policier suspendu pendant huit ans, a quand même pu toucher ses salaires, soit une somme de Rs 2.8 millions !!!

Comment est-ce possible qu’on soit policier, et donc défenseur de l’ordre et de la loi, mais qu’on puisse encore être toléré au sein de la fonction publique ? Si le fautif est suspendu, pourquoi son salaire également ne l’est pas ? Ces syndicalistes du service civil, qui gueulent pour tout et rien, trouvent-ils cela normal que l’argent public soit ainsi gaspillé ? Surtout pour un fonctionnaire qui a fauté ?

Nous crions donc haut et fort qu’il faut arrêter de soutirer les véreux et brebis galeuses de la fonction publique. Et s’il faut amender les lois, que le gouvernement demande à l’opposition de voter pour les amendements qu’il compte proposer au plus vite. Afin de mettre un frein à ce qui relève carrément du népotisme. Car, le rapport de l’Audit ajoute qu’il y a même des cas où des policiers « suspendus » ont réintégré la force. C’est du gros n’importe quoi, et nous sommes étonnés qu’après la publication d’un tel rapport, l’Etat et le Commissaire de police(les précédents et le présent) n’aient jamais pris aucune action pour que cela cesse. Clairement, si un policier(ou tout autre fonctionnaire) ayant fauté réintègre tranquillement son département, c’est qu’il y a eu lobbying pour qu’il puisse le faire. Et là, tous les gouvernements qui se sont succédé à l’Hôtel du Gouvernement sont fautifs si cet état de choses a perduré. Personne n’a pris conscience qu’il fallait amender les lois, pour que tout fonctionnaire qui faute puisse payer chèrement pour cela. On avait même suggéré que pour chaque fraude comptabilisée en millions, celui qui a commis la faute devait rembourser la somme. Si cela avait été mis en place, il est clair que ceux qui auraient voulu imiter les brebis galeuses et les véreux, auraient pensé à deux fois avant de vouloir mettre la main dans la pâte sale de la corruption !

Par ailleurs, si chaque année le Bureau de l’Audit fait honneur à la fonction publique, et au public, en dénonçant les dérives de certains fonctionnaires, quid de l’ICAC ? Pourquoi la Commission Anti-Corruption ne prend-t-il pas le relais dans les cas flagrants de malversations, de détournements de fonds publics, de vols organisés ? Pourquoi là encore, la Commission Anti-Corruption bizin get figir avant d’aller de l’avant avec des enquêtes sur les coupables ? Bizin aret soutire. Et si le Bureau de l’Audit a fait admirablement ce pour quoi il est payé, le relais doit ensuite être assuré par l’ICAC, et la police. Si ces deux instances assistent en spectateurs au gaspillage, et au vol !, de l’argent public, il y a de quoi désespérer.

Mettez donc la politique partisane de côté, messieurs du gouvernement et de l’opposition. Et venez avec des propositions concrètes, à être concrétisées le plus rapidement au Parlement au travers d’un vote unanime, afin que l’argent des contribuables n’aille plus « dan dalo ».Le pays est passé par deux confinements, avec ses séquelles sur le moral, et la poche, des Mauriciens. Si certains ont eu leur Stimulus Package et leur argent de poche, beaucoup d’autres peinent encore à joindre les deux bouts. Lire donc le rapport de l’Audit ne donne donc aucune joie. Au contraire, on a l’impression que ceux chargés de veiller au bon fonctionnement du Trésor Public laisse dévaliser les coffres de l’Etat. Et cela fait encore plus de peine, quand les petites gens doivent pratiquement mendier. Soit pour avoir une pension, ou pour aller se faire opérer à l’étranger. Et doivent faire avec le « Red Tapism »,la fameuse administration qui prolonge leur calvaire. Tandis que d’autres ont le tapis rouge déroulé sous leurs pieds. Même quand ils ont fauté. Ce dysfonctionnement ne peut plus durer. Bizin aret soutire ! Car, autrement on finirait par croire que les politiques sont aussi complices du vol de l’argent public !

Il y a un signal fort à donner à ceux qui fautent. Il ne peut en être autrement. Sinon, notre société deviendra l’otage des malfrats !

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Sky to Be en concert à Dublin … pas si sûr
Next post Harcèlement physique et moral à Pamplemousses : les persécutions d’un père envers ses enfants
Close