June 28, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Politique

Budgets sous le règne de Rama Sithanen

0 0
Read Time:4 Minute, 34 Second

Sous le régime de l’Alliance Sociale2005/2010, vu le tort qu’il a fait à l’économie, Rama Sithanen, Ministre des Finances, avait dû céder son poste. Cela était l’avis de l’opposition. Que reprochait exactement l’opposition à la taxation sur l’épargne et les dépôts (Fixed Deposit), qui étaient de nature à avoir des répercussions dramatique sur l’économie du pays?

Alors que l’opposition cherchait des explications percutantes, le Ministre des Finances, Rama Sithanen contenait à peine son impatience. La philosophie de libéralisme économique adoptée par Rama Sithanen était cruelle envers la population ; alors que le gros capital continuait à en profiter. Il faut citer l’intervention de Navin Ramgoolam sur le discours de Rama Sithanen en 1994: Navin Ramgoolam disait à cette époque que le Ministre des Finances l’avait surpris par sa décision de se ‘’tenir fermement à côté des capitalistes’’. Rama Sithanen répliqua: ‘’ Je préfère partir que subir les pressions politiques et le terrorisme intellectuel de certains lobbies puissants ».

L’Express faisait état dans son édition du 8 octobre 2007 d’une frustration de Rama Sithanen face à une campagne sournoise même à l’intérieur du gouvernement contre certaines de ses décisions. Ce mécontentement valut même l’annulation de deux missions du Ministre à l’étranger. Rama Sithanen insistait que la réforme économique était le programme de toute l’équipe gouvernementale. Toute attaque contre ce projet équivaudrait à une dénonciation de la politique du Premier Ministre Navin Ramgoolam. ‘’Certains n’ont pas le courage de s’attaque au Premier Ministre; ils essayent de s’en prendre à moi mais je ne vais pas être leur bouc émissaire. Enough is Enough’’ faisait-il savoir.

Nous sommes en 2010 et la campagne électorale vient de commencer. Rama Sithanen n’était pas candidat. Navin Ramgoolam est invité à prendre la parole lors d’une réunion de l’Alliance de l’Avenir au Heen Fo Hall à Port-Louis. Il précisa alors que l’introduction de la taxe sur l’épargne est une œuvre de son Ministre des Finances, Rama Sithanen et non de lui. Il essaya de se dissocier au maximum de Rama Sithanen. Par ailleurs, Navin Ramgoolam confiait qu’il préférait travailler avec Pravind Jugnauth que Paul Bérenger. Quant à Rashid Beebeejaun, candidat de l’Alliance de l’Avenir, pour sa part, avait déclaré que l’Alliance du Cœur ne cherchait qu’à diviser la communauté musulmane. Il demanda à la communauté musulmane de faire preuve de solidarité. Ce Même Beebeejaun essuyait de l’ingratitude en 2014 (dans le cadre de l’alliance PTR/ MMM) pour tous les sacrifices consentis, en étant mis à l’écart des négociations et subissait en plus l’humiliation en se voyant refuser l’accès au podium.

Le leader, Paul Bérenger, avait traité Rama Sithanen d’ultra libéral. Cet ultra-libéralisme était symbolisé par l’annonce de la baisse de la corporate tax qui passait de 25 à 15%. Pour lui, le Ministre Rama Sithanen n’avait pas changé; il était ‘’l’homme du secteur privé’’. R. Sithanen attirait aussi le courroux de tous avec son plan de repousser l’âge de la retraite à 65ans,(plan qui ne figurait pas dans le manifeste du gouvernement); de même que remettre en question l’universalité de la pension de base. ‘’Zot in couyone dimoune all the way’’ dénonçait le leader du MMM.

La colère grondait aussi par rapport à la National Residential Property Tax ( NRPT); une taxe scélérate et « dominere » s’insurgeait Vishnu Lutchmeenaraidoo. L’ancien Ministre des Finances avait été très sévère dans ses critiques à l’égard de Rama Sithanen, le qualifiant de « book-keeper » et qui n’avait aucune notion économique et qui ‘’pé balance so livre’’. V. Lutchmeenaraidoo estimait que la situation était très grave, « comme s’il était un laboratoire et nous les cobayes’ ».

Selon Vishnu, ‘’les mauriciens ont fait des sacrifices pour s’acheter une maison et des parents économisent et comptent sur leurs épargnes pour payer les études de leurs enfants. Je ne comprends pas la logique de Rama Sithanen de taxer l’épargne alors que les dividendes ne sont pas taxables et d’ajouter que l’épargne nationale a chuté de 28% à 16% ».

Le Ministre des Finances, Rama Sithanen, ne s’épargnait aucun effort dans sa quête de séduire les investisseurs, avec la réduction des taxes aux tarifs préférentiels et pour les services essentiels sur les perspectives d’investissement à Maurice. Ces mesures seront ‘’tailored on a case to case basis’’ notamment des réductions dans la corporate tax et dividendes non-taxables et équipe- ments importés et exemptés de duty. Le rapatriement des profits et de dividendes furent aussi évoqués.

La presse du 30 mai 2009 faisait le compte-rendu des travaux parlementaires de la veille à l’assemblée nationale. En réponse à une PNQ du leader de l’opposition Paul Bérenger.

Il en ressortait qu’en février 2009, le gouvernement avait remboursé à l’hôpital Apollo Bramwell en construction à Ebène, la somme de Rs 136 millions. Ce centre hospitalier, construit à l’initiative de la British American Insurance (BAI) devenait plus tard l’Apollo Bramwell. Le Ministre Rama Sithanen expliqua que le paiement s’élevait à Rs 136 millions, représentant des remboursements fiscaux dont ceux relatives à la taxe à valeur ajoutée (TVA).

La question qui reste posée ‘’Est-ce-que Rama Sithanen défendait les pauvres ou les riches pendant qu’il était le ministre des finances?’’ Sûrement pas les pauvre

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %