August 8, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
International

Diplomatie : les États-Unis « ne permettront pas » à la Chine d’isoler Taïwan

0 0
Read Time:2 Minute, 47 Second

Alors que Pékin, furieux de la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, multiplie les exercices militaires, la présidente de la Chambre des représentants américaine a assuré, vendredi, depuis Tokyo, que les États-Unis « ne permettront pas » à la Chine d’isoler l’île de 23 millions d’habitants.

Les États-Unis « ne permettront pas » à la Chine d’isoler Taïwan, a déclaré, vendredi 5 août, la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, à Tokyo, après une visite à Taïwan qui a suscité l’ire de Pékin.

Nancy Pelosi, 82 ans, qui était au Japon – dernière étape de sa tournée asiatique – pour la première fois depuis 2015, a provoqué la colère de la Chine en se rendant deux jours à Taïwan.

En représailles, Pékin a annoncé vendredi « imposer des sanctions » à l’encontre de Nancy Pelosi et de « sa famille proche ». Avec sa visite, la cheffe des députés américains s’est « gravement ingérée dans les affaires intérieures de la Chine et a porté atteinte à sa souveraineté et à son intégrité territoriale », a indiqué le ministère des Affaires étrangères, sans donner de détails sur ces sanctions.

Pékin considère ce territoire autonome de 23 millions d’habitants comme faisant partie intégrante de son territoire, et a répliqué en lançant, jeudi, des exercices militaires d’ampleur inédite autour de l’île, tirant notamment des missiles balistiques dont certains seraient tombés dans la zone économique exclusive du Japon.

« Les Chinois ont procédé à ces tirs, utilisant probablement notre visite comme un prétexte », a commenté Nancy Pelosi lors d’une conférence de presse, vendredi, à Tokyo.

« Ils ont essayé d’isoler Taïwan », a-t-elle ajouté, rappelant que Pékin avait, au printemps, rejeté l’appel des États-Unis à autoriser la participation de Taïwan à l’assemblée annuelle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Mais ils n’isoleront pas Taïwan en nous empêchant de nous y rendre. Nous avons eu des visites de haut niveau, des sénateurs au printemps, de manière bipartisane (…), et nous ne leur permettrons pas d’isoler Taïwan », a-t-elle lancé. « Ils ne décident pas de nos déplacements. »

Célébrer Taïwan, « une grande démocratie »

Cette tournée dans la région « ne visait pas à changer le statu quo ici en Asie, à changer le statu quo à Taïwan », a assuré Nancy Pelosi.

Depuis 1979, Washington ne reconnaît qu’un seul gouvernement chinois, celui de Pékin, tout en continuant à apporter un soutien aux autorités taïwanaises, notamment par le biais d’importantes ventes d’armes.

Cette visite, a-t-elle dit, « concernait le ‘Taiwan Relations Act'”, loi votée par le Congrès américain en 1979 et qui caractérise les relations entre les États-Unis et Taïwan, mais aussi “la politique États-Unis-Chine, tous les textes de loi et accords qui ont établi ce que sont nos relations ».

« Il s’agit de célébrer Taïwan pour ce qu’elle est, une grande démocratie avec une économie prospère, avec du respect pour toute sa population. »

Concernant les relations sino-américaines, elle a jugé que si les États-Unis « ne s’exprimaient pas au sujet des droits de l’Homme en Chine à cause de (nos) intérêts commerciaux, nous perdrions alors toute autorité morale pour parler des droits de l’Homme n’importe où dans le monde ».

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.