August 14, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

Discours rassembleur de Pravind Jugnauth : ce qu’il faut retenir

0 0
Read Time:4 Minute, 35 Second
Pravind Jugnauth : «Nando Bodha finn trayir le MSM.»

Ses cibles de choix : Nando Bodha, l’opposition et Paul Bérenger. Devant une assistance acquise à sa cause, le leader du MSM a réglé ses comptes tout en faisant la démonstration de la force de son parti.

Une salle municipale pleine à craquer, une atmosphère qui en dit long sur l’état d’esprit de l’électorat présent, un projecteur à l’extérieur du bâtiment pour ceux qui n’ont pas pu entrer… Le congrès du MSM, le mercredi 3 mars, à Vacoas-Phoenix, a été une véritable démonstration de la force et de la popularité du MSM et de son leader dans la circonscription n˚16.

Le Premier ministre avait à ses côtés le Parliamentary Private Secretary Kenny Dhunoo, Alex Lisis, président du régional n˚16, le député Ashley Ittoo, ainsi que le député Gilbert Bablee, entre autres.

Lors de son allocution, Pravind Jugnauth n’a pas épargné les différents partis de l’opposition, empêtrés dans un méli-mélo qui voit la décomposition de la soi-disant entente entre eux. Le leader incontesté du MSM s’en est aussi donné à cœur joie sur ce qu’il a appelé «la trahison» de Nando Bodha, démissionnaire du parti soleil.

Une confiance mal placée

Le chef de file du MSM n’a pas été avare de commentaires pour qualifier et la démission et les mensonges de Nando Bodha, ancien secrétaire général du MSM et ancien ministre des Affaires étrangères. Selon Pravind Jugnauth, un membre de l’exécutif du MSM a le droit de démissionner du parti. Sauf que l’argument avancé par Nando Bodha à l’effet qu’il n’était jamais disponible est une véritable «connerie», affirme-t-il. «Ou get sa bann konnri ki Nando Bodha pe dir lor rezon kifer li’nn kit parti-la ? Li pe dir Premie minis pa ti aksesib, sanse ermetik.»

Pravind Jugnauth rappelle qu’il est Premier ministre depuis 2017 et qu’il a toujours été accessible aux membres de son parti et aux citoyens. S’il ne l’était pas, comme le prétend Nando Bodha, ce dernier aurait-il eu un «ticket» dans la circonscription n˚16 ? «Zordi li al kritik MSM partou, mo konsider sa kouma enn veritab trayzon anver MSM.»

Le chef du gouvernement de révéler que Nando Bodha aurait rencontré Bruneau Laurette en catimini alors qu’il était encore ministre des Affaires étrangères et membre du parti Soleil. Evoquant la confiance qu’il avait placée en Nando Bodha, Pravind Jugnauth est revenu sur le soutien dont l’ancien ministre des Affaires étrangères a toujours bénéficié au sein du parti. Mais il semblerait que tout cela ne lui suffisait pas, «fode li ti vinn Premie minis lerla ki li ti pou satisfe».

Son ancien camarade de parti a aujourd’hui rejoint les rangs de l’opposition. Une opposition qui, soutient Pravind Jugnauth, ne peut digérer les deux grandes victoires d’affilée du MSM, en 2014 et 2019. Avec un brin d’humour, Pravind Jugnauth devait lancer : «Bann-la pe dir eleksion finn trike, aster Nando Bodha inn rant ek zot, be li osi biento li pou koumans dir eleksion trike la. Si koumsa, Nando Bodha ti bizin demisione !»

L’âne et la carotte

Le chef du gouvernement critique l’opposition qui se décompose à vue d’œil.

«Dir fran Nando, ou’nn anvi manz karot-la !» C’est ce qu’a déclaré Pravind Jugnauth en commentant la relation Bodha-Bérenger. Selon le Premier ministre, Paul Bérenger, comme à son habitude, avait besoin d’un pantin, d’une marionnette, pour s’occuper de ses basses besognes. Mais en vérité, toujours selon le Premier ministre, Nando Bodha est devenu l’esclave de Paul Bérenger. «Zordi Bérenger inn met enn kadna ar Nando Bodha.»

Pravind Jugnauth accuse Paul Bérenger de se servir de Nando Bodha. Au dire du Premier ministre, Paul Bérenger prône la division quand il se rend compte qu’il n’est plus sous les feux des projecteurs. «Paul finn kouyonn Nando ek enn karot, vini vini mo fer twa vinn Premie minis.»

Pravind Jugnauth demande à la population de ne pas oublier comment Paul Bérenger avait berné Madan Dulloo et «Chacha Ashok». Il rappelle qu’en 2005, Paul Bérenger était Premier ministre lors de la coalition MSM-MMM, et après la défaite aux législatives, Paul Bérenger a demandé à Pravind Jugnauth de «step down» comme leader du MSM afin de laisser la place à Ashok Jugnauth. «Mo dir li abon ? Ou ki pou deside kisannla pou Leader dan mo parti ? Zordi li pe fer mem zafer ek li pe rod plas leader lopozision.»

Une alliance Lion-CoqRequin-ScorponCorbeau

Le leader du MSM avance que cette alliance, ou cette entente, de l’opposition n’est qu’un leurre. La véritable raison de cette alliance «lion, kok, rekin, skorpion ek korbo» est leur haine commune envers le chef du gouvernement. Pravind Jugnauth avance que cette entente entre les partis de l’opposition ne repose que sur la fausseté, la démagogie.

Pour clore son allocution, le Premier ministre a tenu à remercier les «soldats» de la circonscription n˚16. Les partisans du MSM ont répondu positivement et sont venus en nombre. Le Premier ministre a dit reconnaître des visages de longue date. Cela envoie en message clair à Nando Bodha, que la population soutient toujours le gouvernement. «Mo bizin sirtou dir enn gran mersi tou ki la e ki dan lakour e ki pe soutenir nou dan moman dir.»

Zuhayr Dhunny

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %