Read Time:3 Minute, 51 Second

Les parcs de loisirs, de randonnées et autres servant à des pratiques de sports et activités physiques à fortes sensations sont-ils rigoureusement en règle avec les exigences de sécurité de la part des autorités? On est en droit de se le demander, après les accidents survenus dans un passé récent et qui font suite à des chutes très graves depuis l’ouverture de ce parc.

Nous avons répertorié la mort d’une indienne et les blessures dont ont été victimes des familles dont celle de Nagama, cela parmi d’autres dénouements dramatiques. Celui qui a affecté l’ancien directeur du PRB et ses proches a dépassé le cadre d’une simple visite médicale et de mauvais souvenirs. Car, M. Apannah Nagama a intenté en 2018 des poursuites judiciaires, réclamant des dommages et intérêts de l’ordre de rs. 25 millions à Mare des Anguilles ltd, gérant de la vallée des Couleurs à Mont-Blanc, Chamouny. L’affaire déjà entendue en première session prendra son temps, puisque l’importante somme demandée fait que le procès prendra des années. Quatre années ont passé. Par contre, un touriste allemand s’est fait dédommager; alors qu’un jeune de 19 ans, paralysé à vie (selon une indiscrétion de la police aux deux dames quand elles ont fait enregistrer leurs plaintes). D’ailleurs, à leur arrivée au « casualty », une infirmière rompue à la fréquence des personnes blessées (venant de Chamouny) leur a lancées, sous la forme d’une boutade : «tyrolienne ou quadbike?»

Les dernières mésaventures dans ce parc dont les deux principales attractions sont des envolées sur des cinquantaines de mètres sur la tyrolienne et les voyages en “quad bike” se sont produites en janvier 2022. Les victimes avaient réagi le même jour, en faisant une déposition à Chamouny. Les séquelles [qui se sont manifestées quelque temps après] des coups occasionnés par le fait d’avoir été projetées à terre, de leur engin de “quadbike”, ne paraissent pas pouvoir disparaître. Le petit véhicule avait effectué un virage abrupt et une roue s’était enfoncée dans un canal [mal couvert par des planches en bois pourrissant]. Tout en retombant sur le sol, elles avaient été percutées par le “quadbike” lequel avait fait quelques tonneaux.

En dépit des traitements médicaux et autres sessions de physiothérapie, les douleurs persistent. De surcroît, l’addition des coûts se corse et aucune d’elles n’est couverte par une police d’assurance.

Pour évoquer le cas de ces deux malheureuses dames, précisons en premier lieu qu’il s’agit de deux amies résidant à Beau-bassin. L’une est desservie par des douleurs devenues chroniques , à la colonne vertébrale. Son médecin lui a même fait savoir qu’elle a frôlê la paralysie permanente, si elle avait été atteinte un centimètre plus près. L’autre a subi une fracture du bras.

Au-delà des acrimonies qui ont pris la forme des “injury claims” concrètes en mars, les autorités doivent ouvrir une enquête. Oui, les poursuites en Cour de Justice dans ce genre de drames traîne en années. À un moment, ceux qui intentent des procès en réclamations sont gagnés par l’usure et l’impatience, en sus des frais à encourir, et finissent par laisser tout tomber. Ce qui nous donne jusqu’ici de sérieuses déconvenues et des malheurs qui s’estompent dans l’oubli.

Il faut souligner que hormis l’accident sur le “quadbike”, tous les accidents graves survenus dans ce parc se sont produits au terme des traversées sur la tyrolienne. Cela dit, ailleurs, en Europe plus particulièrement, l’équipe qui gère votre expérience de tyrolienne est composée de professionnels accrédités. En outre, de nombreuses entreprises de tyrolienne n’installent pas seulement un système de freinage, mais aussi des freins de secours au cas où le premier jeu de freins tomberait en panne.

Aucune activité dans laquelle vous êtes haut dans le ciel ne sera jamais sûre à 100 %, mais la tyrolienne devient dangereuse quand toutes les dispositions ne sont pas satisfaites. Dans ce cas précis, vous ne serez jamais rassurés et ainsi vous ne pourriez pas vous concentrer davantage sur le plaisir de votre parcours de tyrolienne, mais plutôt sur la rupture de la corde !

Dans un autre d’idées, il est intéssant de noter que le taux de blessures dans les parcs d’attractions, selon une étude en France, est de 0,0127 sur un million, ce qui rendrait la tyrolienne moins sûre que la visite d’un parc d’attractions. Toujours selon les résultats de l’étude, la plupart des blessures dues à la pratique de la tyrolienne sont des fractures, jusqu’à 46 %. Par ailleurs, 15,2 % des personnes blessées souffrent de contusions, puis 15,1 % d’entorses et de foulures. 7 % subissent un traumatisme crânien fermé, comme une commotion cérébrale.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Assassinat de Manan Fakhoo : Multazaam Sadullah recouvre la liberté, quelle suite à l’affaire ?
Next post L’appétit d’ogre de l’urbaniste : Vrombissement de motos, senteur de bois de rose…
Close