July 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

Get away with…

Qui ne se rappelle du formulaire qu’il fallait OBLIGATOIREMENT signer, et exonérant l’Etat de toute poursuite en cas de malheur lors de la campagne de vaccination ? Il y a effectivement eu des décès durant la pandémie, mais il était de bon ton de dire que la personne était morte du Covid, et non d’effets négatifs découlant des vaccins. En faisant silence sur les réelles causes de décès, l’Etat se prémunissait donc de toute poursuite.

Mais en Europe, les yeux commencent à s’ouvrir. Les endormis se réveillent enfin et constatent par exemple que la menstruation n’est plus la même chez certaines femmes. Ainsi, en France 2 952 cas de troubles menstruels ont été déclarés avec le vaccin Comirnaty de Pfizer, et 515 avec le vaccin Spikevax de Moderna. Et les langues commencent à se délier. La PRAC, comité de pharmacovigilance de l’Agence Européenne des Médicaments(EMA) a reconnu que « les vaccins à ARN-messager contre le Covid-19 peuvent être à l’origine des saignements menstruels abondants, un symptôme apparu chez certaines femmes après leur vaccination. »

Peut-on en dire autant des médecins et pharmaciens Mauriciens ? Ont-ils respecté le serment d’Hippocrate, et mis en garde leurs patients contre les effets indésirables des vaccins ? L’Agence Nationale du Médicament, en France, reconnaît elle aussi que « ces saignements « peuvent être considérés comme un effet indésirable potentiel des vaccins » de Pfizer et Moderna. Ces effets seront désormais ajoutés dans les résumés des caractéristiques du produit (RCP) et les notices de ces deux vaccins. »

A-t-on expliqué cela aux Mauriciens, tant aux personnes âgées qu’aux femmes, voire à tous ceux qui se sont faits vacciner ? Leur a-t-on dit que « les troubles menstruels déclarés après la vaccination par un vaccin à ARNm, soit ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna, faisaient l’objet d’une surveillance attentive au niveau national et européen depuis leur détection. » ?

Les témoignages de femmes, qui affluaient depuis l’an 2021, évoquaient en effet « l’apparition de troubles après une vaccination anti-Covid, mais les autorités sanitaires n’avaient pour l’heure pas établi de lien de cause à effet. En juillet dernier, les femmes concernées avaient notamment été invitées par l’ANSM à les déclarer. L’agence du médicament rappelle avoir porté au niveau européen l’ensemble des données recueillies par le dispositif de pharmacovigilance français et les résultats des analyses réalisées. »
Les chiffres sont, par ailleurs, effrayants : »Entre juillet et septembre 2022, 2 952 cas de troubles menstruels ont été déclarés avec le vaccin Comirnaty (Pfizer/BioNTech), et 515 avec le vaccin Spikevax (Moderna). La majorité de ces déclarations ont été réalisées directement par les patientes. Certaines déclarations rapportent des événements très antérieurs, pouvant dater jusqu’au printemps 2021.

Les troubles menstruels déclarés concernent majoritairement des modifications de la durée et l’intensité des saignements associés ou non à des douleurs. Ils sont le plus souvent « non graves » et transitoires, précise l’ANSM.Chez certaines patientes, on observe toutefois une persistance possible de ces effets autour de 6 mois. Une analyse plus précise de ces cas se poursuit, précise d’ailleurs l’ANSM. »

Le ministère de la Santé, dans un souci de transparence, peut-il donner les résultats exacts liés aux effets des vaccins faits sur des Mauriciens, malades ou en bonne santé ? Les responsables de cliniques privées peuvent-ils en faire autant ? Ou bien les deux parties se contenteront-ils d’être satisfaits d’avoir vacciné, et non pas de connaître les effets post-vaccins ? Et dans des cas de mal fonctionnement des vaccins, qui paiera pour le décès d’un Mauricien bien portant par exemple ?

Il est dommage que le judiciaire, là encore, n’ait pas donné une indication claire et nette quant aux poursuites dans des cas de négligence médicale liés aux vaccins. C’est comme si dirait que tous ceux qui ont parrainé ces campagnes de vaccination ont pu get away with…

Fill in the blanks !

Leave a Reply

Your email address will not be published.