May 17, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News Turf

Hippisme – MTC/MTCSL : La démission de Jean-Michel Giraud ouvre la voie d’un possible début de saison

C’est contre toute attente, sans doute échaudé par le nouveau refus de la Gambling Regulatory Authority (GRA) d’accorder une licence d’organisateur de courses au Mauritius Turf Club Sports and Leisure (MTCSL) faute d’avoir un hippodrome, que Jean-Michel Giraud (JMG) a fini par soumettre, tôt hier matin, sa démission. En effet, la démission de JMG comme président du MTC, intervient aussi 48 heures après le jugement en chambre, de la juge Aruna Devi Narain, dans lequel elle refuse d’accorder au MTC une injonction contre la décision de la municipalité de Port-Louis, de mettre fin à la « Concession de Privilèges » que le club bicentenaire détenait sur le Champ de Mars.

En vérité, la décision de JMG de quitter son poste de président n’étonne personne tant dans le monde hippique mauricien que chez ceux qui suivent cette actualité depuis février dernier. Le ton qu’avait pris ce bras de fer entre le MTC/MTCSL et l’Etat, par le biais de la GRA et la HRD (Horse Racing Division), laissait clairement comprendre que le départ du président du MTC allait sans doute ouvrir la voie à un possible début de la saison hippique 2022. Rappelons que JMG avait poussé Jérôme Tuckmansing à soumettre sa démission comme directeur du MTCSL en février dernier, vu que le président agissait comme un Shadow Director, imposant ses décisions sur le board.

« Je pars pour sauver les courses et les emplois », a laconiquement lâché JMG dans la journée d’hier mais il sait pertinemment que son personnage était devenu un obstacle pour la pérennité des courses hippiques et que son départ de la scène était devenu inévitable pour un apaisement et un éventuel début de la saison. D’autant que mardi dernier, une grosse majorité des entraîneurs avaient signé une lettre pour réclamer son départ.

En effet, dans les coulisses du MTC/ MTCSL, on s’active déjà pour l’après-Giraud même si pour l’heure, on ne connaît pas son successeur. Cependant et puisque c’est la compagnie MTCSL qui doit faire sa demande de licence auprès de la GRA, la situation même chaotique dans laquelle se trouve le board des Commissaires Administratifs du MTC ne devait pas poser problème. Après la démission en février dernier d’Anoop Madhow et Denis de Spéville – considérant que leur mandat avait expiré trois ans après leur élection – qui ont été rejoints hier par JMG, il ne reste qu’un seul membre élu au sein du board des administrateurs du MTC, nommément Paul France Tennant qui n’a pas suivi la même logique que les démissionnaires alors qu’il a été élu en même temps qu’eux tandis qu’Anil Ramnarain et Nicolas Carosin sont deux membres nommés. Il va sans dire pour le MTC qu’il y a urgence d’organiser des nouvelles élections au plus vite afin de ne pas sombrer cette fois dans le ridicule. Le fait que le board des directeurs du MTCSL, avec Paul France Tennant comme président, est désormais au complet, sa démarche pour avoir une licence d’organisateur des courses peut démarrer. Même si au préalable, le MTC doit aller courber l’échine devant le ministère des Terres et des Logements pour obtenir le droit d’utiliser le Champ de Mars comme champ de course. Pour rappel, c’est une des conditions sine qua non pour que la GRA accorde au MTCSL son permis d’organisateur des courses.

En attendant, on parle d’un début de la saison 2022, soit pour le samedi 21 ou 28 mai. Au niveau de l’état physique des chevaux, il n’y a pas d’inquiétude à se faire puisque ceux en lice pour la compétition se sont entraînés sur l’hippodrome de la capitale grâce au soutien de la HRD, responsable des lieux actuellement. Le début de la saison 2022 dépendra surtout de la vitesse avec laquelle les démarches sont enclenchées auprès des autorités concernées. Il faudra aussi que HRD publie de nouvelles fixtures et mette les choses en place dans l’organisation même des courses, désormais sous sa responsabilité.