July 2, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Politique

Kalpana Koonjoo-Shah dénonce les manigances de l’opposition

0 0
Read Time:7 Minute, 48 Second

Il est clair, souligne la ministre de l’Egalité des genres, que l’opposition n’a aucun argument valable pour contester la façon de faire du speaker, Sooroojdev Phokeer, au Parlement. Kalpana Koonjoo-Shah dénonce le comportement des élus de la minorité parlementaire, estimant qu’il est inacceptable que le leader de l’opposition conteste systématique les décisions du speaker. Elle demande à l’opposition de mettre un terme aux manigances et de se concentrer sur le développement du pays.

La ministre Kalpana Koonjoo-Shah évoque l’attitude déplorable de Joanna Bérenger.

Il n’est jamais trop tard pour changer» C’est le conseil que donne la ministre de l’Egalité des genres et du bien-être de la famille à l’opposition. Lors de son intervention sur la motion de censure déposée par le leader de l’opposition contre le speaker Sooroojdev Phokeer, Kalpana Koonjoo-Shah s’est évertuée à démontrer la mauvaise foi et les manigances des membres de la minorité parlementaire. Selon le leader de l’opposition Arvin Boolell, le speaker n’assumerait pas ses responsabilités correctement et serait «unfit for the Chair». Or, fait ressortir la ministre Koonjoo-Shah, tout au long de son discours, le leader de l’opposition a été très vague et imprécis sur les soi-disant impairs que le speaker aurait commis à l’encontre des membres de l’opposition. D’ajouter qu’il n’a pu présenter de preuve convaincante sur les «magouilles» du speaker et du gouvernement, ni n’a pu démontrer que le président de la Chambre est allé à l’encontre des règlements de l’Assemblée nationale dans sa manière de diriger les séances parlementaires.

Opposer dans le seul but de s’opposer

Au dire de la ministre de l’Egalité des genres, très souvent, le comportement et l’attitude du speaker sont directement liés à la conduite des députés. Le rôle du speaker est principalement celui d’un arbitre, un arbitre du fair-play et du respect des règles, souligne-t-elle. Parmi ces règles, le non-emploi de propos non parlementaires (unparliamentary words). Au cas où ceux ont été utilisés, le parlementaire doit se rétracter, indique Kalpana Koonjoo-Shah. Elle observe que le speaker n’a pas d’autre choix que de demander au député de se retirer de l’Hémicycle, ou de retirer ses mots. Aucun de nous ne peut s’attendre à ce que le speaker ou tout autre speaker fasse autrement, fait-elle comprendre. La ministre Kalpana Koonjoo-Shah explique que l’équité exige le devoir de considérer toutes les circonstances autour d’une situation donnée avant de décider de lancer des «piques» à un individu. La logique exige que les membres de l’opposition soient en mesure de changer leur propre comportement et leurs discours inacceptables avant de parler d’équité et de dire que le speaker n’est pas «fair» dans son approche. La ministre cite les Jeux des îles de l’océan Indien qui se sont déroulés sur notre sol en juillet 2019. Bien que Maurice ait remporté le titre de champion, les membres de l’opposition ont continué de s’en prendre au gouvernement et de décrier les efforts consentis, déplore Kalpana Koonjoo-Shah. Comment oublier, poursuit-elle, cet autre épisode ? Alors que le gouvernement s’affairait à acheter des kits essentiels pour sauver la vie des citoyens mauriciens pendant la pandémie de Covid-19, les membres de l’opposition n’ont pas hésité à qualifier ces initiatives de scandaleuses, s’insurge-t-elle. Autre exemple : bien que le gouvernement ait été élu démocratiquement en 2019, les membres de l’opposition ont allégué que c’était «enn eleksion kokin», rappelle la ministre Koonjoo-Shah.

Une opposition insatisfaite

Du reste, argue la ministre, quel est le rôle de l’opposition dans une démocratie, s’opposer au bon fonctionnement de l’Assemblée nationale ? Pour elle, il ne fait aucun doute que c’est ainsi qu’agissent les membres de l’opposition. La ministre Kalpana Koonjoo-Shah affirme que le leader de l’opposition semble toujours contester les décisions du speaker Phokeer, ce qui est inacceptable selon elle. Elle avance que le discours du leader de l’opposition n’a aucun fondement. La ministre de l’Egalité des genres s’est demandé de quelle Motion de censure contre le speaker Kalpana Koonjoo-Shah dénonce les manigances de l’opposition I l est clair, souligne la ministre de l’Egalité des genres, que l’opposition n’a aucun argument valable pour contester la façon de faire du speaker, Sooroojdev Phokeer, au Parlement. Kalpana Koonjoo-Shah dénonce le comportement des élus de la minorité parlementaire, estimant qu’il est inacceptable que le leader de l’opposition conteste systématique les décisions du speaker. Elle demande à l’opposition de mettre un terme aux manigances et de se concentrer sur le développement du pays. manière le speaker a muselé l’opposition. Elle n’en démord pas : les membres de l’opposition n’ont aucune preuve de ce qu’ils avancent. Car jusqu’a présent, clame Kalpana Koonjoo-Shah, elle n’a entendu ni argumentation ni raisons plausibles et valables. Et, pour elle, il y a peu de chance, voire pas du tout, que cela arrive pour la bonne et simple raison que l’opposition n’en a pas. Ce qui pousse la ministre Kalpana Koonjoo-Shah à dire que les membres de l’opposition sont des éternels insatisfaits. Au Parlement, il y a une ligne à ne pas franchir. Pourtant l’opposition le fait allègrement, note la ministre. En témoigne le nombre de fois que les membres de l’opposition ont provoqué le speaker et interrompu, de manière non-autorisée, le bon fonctionnement de l’Assemblée nationale, dans l’unique but de provoquer les élus de la majorité. Elle rappelle également l’utilisation de paroles dévalorisantes, de propos non parlementaires, qui ne font pas honneur au statut de parlementaire. Le mardi 16 juin dernier, les membres de l’opposition ont créé du désordre au sein de l’hémicycle en brandissant des pancartes interdites contre le Premier ministre adjoint d’alors, Ivan Collendavelloo, mêlé à l’affaire SaintLouis. Cet acte, selon la ministre Kalpana Koonjoo-Shah, est une violation des règles qui gouvernent l’Assemblée nationale. Comment aurait dû réagir le speaker face à un tel manque de respect envers le Parlement, demande-t-elle. Selon la ministre, l’opposition fait tout un drame là où il n’y en a pas. Ils tentent ainsi de s’attirer les faveurs de la population tout en ternissant la réputation des élus de la majorité. Avec un brin d’humour, Kalpana Koonjoo-Shah lance que les membres de l’opposition seraient plus performants sur scène.

Le manque de respect de Bérenger

La ministre de l’Egalité des genres dénonce, dans la foulée, le manque de respect dont a fait preuve Paul Bérenger envers le speaker. Kalpana Koonjoo-Shah soutient que le leader du MMM n’a absolument aucun respect pour le décorum, soit l’ensemble des règles qu’il convient d’observer. Elle en veut pour preuve une séance parlementaire lors de laquelle Paul Bérenger argumentait avec le speaker sur le manque de discipline que ce dernier manifesterait, avant de lancer, lui-même, le mot «batiara» à l’encontre d’un membre du gouvernement. Pour elle, c’est non seulement déplorable, mais aussi paradoxal et extrêmement contradictoire. Elle déclare encore que le leader des mauves aurait menacé en quelque sorte le speaker lorsqu’il lui a lancé les propos suivants : « I will put him to order différemment.»

L’attitude honteuse de Joanna Bérenger

La ministre a, par ailleurs, pris pour cible la députée mauve Joanna Bérenger. Elle a déploré le fait que la député du n˚16, Vacoas — Floréal, s’est permis de traiter les membres du gouvernement de «zako». Pour elle, c’est tout simplement déplorable. Avant de faire comprendre qu’il s’agit là d’une attitude très dangereuse pour la démocratie, pour la paix et l’harmonie qui règne au sein du pays et pour notre société multiculturelle et multireligieuse. Le terme utilisé par la jeune parlementaire mauve, insiste Kalpana Koonjoo-Shah, est révoltant, honteux et dégoûtant. Le député rouge, Shakeel Mohamed, a tenté tant bien que mal de défendre Joanna Bérenger, mais ses efforts ont été vains.

Patrick Assirvaden était hors-jeu !

Du bla-bla et du bruit pour rien. C’est ainsi que la ministre Koonjoo-Shah résume l’intervention du député travailliste, Patrick Assirvaden. Elle est catégorique : il n’a pu apporter d’éléments concrets sur la manière de diriger du speaker Phokeer. Il était tellement occupé à crier et mentionner le nom du ministre Alan Ganoo et de l’ancienne speaker Maya Hanoomanjee qu’on aurait pu penser que la motion de censure était, en réalité, contre ces derniers, ironise-t-elle.

Que l’opposition cesse ses manigances

Pour conclure, la ministre Kalpana Koonjoo-Shah est d’avis qu’il est injuste de la part des membres de l’opposition de présenter une telle motion de censure contre le speaker, sans pour autant avoir avancé des faits concrets. Raison pour laquelle elle invite les membres de l’opposition à cesser leurs manigances, et de consacrer leur énergie à transformer l’île Maurice en une puissance économique majeure dans le monde. C’est, rappellet-elle, avant tout l’objectif principal de chaque parlementaire.

ZM1621

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %