February 9, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

La vérité triomphera-t-elle ?

0 0
Read Time:3 Minute, 21 Second

Soopramanien Kistnen et Sushant Singh Rajput. Deux hommes nés dans deux pays différents, mais morts pratiquement dans des circonstances troubles. Le premier a été exécuté et cela fera deux ans maintenant que sa veuve appelle à un dénouement dans cette triste affaire. En Inde aussi, les fans de l’acteur Sushant crient au complot, et appellent au boycott des films de Bollywood, estimant que les grosses têtes de cette industrie ont causé la mort de ce jeune prometteur, qui menaçait le trône des Khan et des Kapoor, avec des films qui trouvaient du succès en salles.

Ce qui rapproche les deux cas, c’est le fait que les familles des deux parties estiment que la police n’a rien fait pour trouver les coupables. D’autant plus qu’il y a un proche de ministre impliqué. Ce qui indique que les autorités ne bougeront pas le petit doigt. Comme quoi, même dans la mort l’Inde et Maurice se retrouvent rapprochés. Non pas pour de bonnes raisons, mais pour des soupçons de complot au plus haut niveau de l’Etat.

C’est en tout cas ce que pensent ceux qui peinent à croire que la police ait vite conclu au « suicide » dans les cas de Sushant et Soopramanien. Les deux cas ont fait grand bruit, tant en Inde qu’à Maurice, mais comme dirait Shakespeare, much ado about nothing. Car malgré un rapport damning d’une magistrate, saluée pour son courage, et des experts disant que Sushant n’ait pu se suicider, la police ne semble guère encline à traquer le/les suspects.

En fait,quand de tels cas ne sont pas résolus, nous passons clairement d’un Etat de droit, où la police et l’Etat sont tenus de le faire respecter, à un Etat d’extrême-droite, où tous les abus sont permis. Mais ce qui est pire dans les affaires Kistnen et Rajput, c’est que ce ne sont pas les premiers cas de morts suspectes. En Inde, on a déterré les affaires d’autres actrices, également mortes par « pendaison »,mais qui auraient en fait été tuées. Nous pensons là à Disha Salian, actrice et agente, qui aurait été projetée d’un bâtiment de dix étages, et sa mort ensuite maquillé en suicide.

De même, il n’y a pas que le cas de Kistnen. D’autres personnes sont mortes à Maurice, sans que la police n’ait jamais résolu ces meurtres. Ce ne sont pas les familles de Vanessa Lagesse, Nadine Dantier, Michaella Harte qui nous diront le contraire. Et on peut aussi ajouter les décès du dénommé Kanakiah, dont le cadavre fut retrouvé dans le sud du pays. Il était Procurement Officer, un travail désormais sous haute tension dans la fonction publique !

Alors, saura-t-on jamais la vérité sur les décès de Kistnen à Maurice, et de Sushant en Inde ? Oui, dans les deux cas, si la police a la volonté de le faire,elle peut montrer qu’elle a à cœur de résoudre ces énigmes. Au cas contraire, si les « limiers » attendent des ordres venus de plus haut pour commencer à bouger, nous n’aurons plus que les yeux pour pleurer. Personne ne mérite de mourir dans les circonstances aussi atroces qu’ont connus Sushant Singh Rajput et Soopramanien Kistnen. Et un peuple qui ne réclame pas la vérité ne mérite que la honte d’être mouton toute sa vie. Les fans de l’acteur ne baissent pas les bras, et plusieurs films de grosses vedettes Bollywoodiennes ont été des flops, suite à leur campagne de boycott. Preuve que les Indiens sont conscients de leurs devoirs et responsabilités. Tel n’est pas le cas à Maurice. Car, à part les Avengers, qui les premiers ont crié au crime dans le cas de Kistnen, la presse et tardivement l’opposition, la grosse majorité des Mauriciens trouvent normal qu’un des leurs meure aussi atrocement. Sans demander justice et la paix de l’âme pour les défunts. Quel nom donner à un tel peuple ?

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.