May 20, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Le Metro Express à St Pierre: le milieu rural connecté

Le Premier ministre, Pravind Jugnaut tient son engagement : la phase 4 A du Metro Express, reliant Réduit à Saint Pierre sera complétée en octobre 2024 au coût de Rs 9,9 milliards. Les travaux débuteront sous peu et l’un des endroits que cette extension desservira est ladite ‘smart city’ de Moka, qui est un projet majeur de développement du gouvernement. Selon Metro Express LTD (MEL), « une évaluation des lieux dans les régions concernées a été effectuée afin de mieux planifier les travaux préliminaires sur le terrain ainsi que les tests géotechniques et l’identification des services publics. » MEL a déjà mobilisé une partie de son personnel déjà présent à Maurice et elle déploiera le nombre de travailleurs nécessaires comme cela a été fait pour les phases déjà opérationnelles.

Quatre extensions

Il faut savoir que quatre extensions sont prévues sur l’extension jusqu’à St Pierre et selon MEL, « elles ont été conçues pour faciliter la connexion avec divers projets de développement en cours dans cette partie de l’ile. Une première station, qui sera surélevée, sera aménagée à proximité de Telfair Business Park qui abritera le nouveau centre d’affaires de la Smart City. Elle sera située à proximité de la clinique Welkin, des bureaux de l’ICAC et de la Moka Smart City. » La deuxième station sera aménagée près du Data Tech Park, qui accueillera des industries et des entreprises dans le domaine des technologies, des sciences et de l’innovation. Not but Least : la troisième station verra le jour à Helvetia, au cœur des investissements immobiliers du groupe ENL. La quatrième station sera située à St Pierre, à proximité du centre commercial Kendra, de la zone industrielle et du marché de St Pierre, notamment. Selon MEL, « trois stations, à savoir Helvetia, Telfair et St-Pierre, feront partie de la Smart City de Moka. Grace au partenariat public-privé entre MEL et plusieurs installations, ces stations seront intégrées à des développements durables, avec des chemins piétonniers, des pistes cyclables, des points de prise en charge et de dépose ainsi que des parkings relais. »

Bonnes intentions et problématiques

Il va sans dire qu’au-delà des bonnes intentions et compte tenu des problématiques rencontrées durant les phases initiales de ce projet historique, la réalisation de cette extension nécessitera la mise sur pied d’une planification spatiale cohérente en collaboration avec le secteur privé très présent dans cette région et avec le Conseil de District de Moka. C’est une opportunité unique pour que l’Etat, le privé et le Conseil de District de Moka fassent de leurs capacités de travailler de concert pour un projet de bien commun. Un des aspects les plus novateurs et modernes de cette extension en zone rurale sera la prise en compte du défi environnemental dans le cadre de l’aménagement des espaces. S’il est vrai que le centre de St-Pierre, à l’exception de Kendra, a connu un développement commercial des plus hideux, il faudra repenser les autres espaces dédiés au commerce et au résidentiel avec en-tête un aménagement intégré et esthétique. Mais tout cela a un coût et qui paiera pour les projets additionnels afin que la localité offre un nouveau visage attrayant ?

Perspectives

Il ne faut pas perdre de vue que cette extension ouvre des perspectives dans le domaine des nouveaux emplois grâce à la création d’entreprises nouvelles. Cela signifie que des jobs seront offerts aux habitants des localités desservies par la nouvelle ligne du tram, mais aussi à des personnes résident ailleurs. C’est, en perspective, de nouvelles zones d’habitation et de vie qui se profile et qui intègre des normes environnementales en phase avec l’ile Maurice. Mais il y aussi le danger que se développe une vie sociale et économique à deux vitesses en raison de son opposition. D’un côté, il y a le village traditionnel construit depuis les années 60-70 et qui s’est agrandi dans l’anarchie totale sans prise en compte de planification et de l’autre côté, on verra de nouveaux espaces de vie en phase avec les défis sur l’environnement, la sécurité individuelle et collective, l’accès aux soins de santé publics et privés et aux loisirs. Il y a aussi le risque que naissent deux styles de vie qui s’opposent et donnent lieu à des conflits. Car la modernité ne doit pas enlever sur son passage les acquis d’une vie traditionnelle saine et authentique. 

Zones commerciales 

 La tentation de tout raser pour faire émerger des zones commerciales, totalement inutiles est bien présente avec la menace sur des petits commerces de proximité dont l’une des fonctions est de souder les communautés. Dans de nombreuses régions périphériques urbaines, l’apparition des grandes surfaces et celle des galeries commerçantes dans des inter-espaces urbains ont complètement détruit le tissu communautaire et commercial qui permettait de maintenir la cohésion des communautés qui y habitent. Si bien que les petits commerces – dont les snacks ont disparu, les habitants préférant les food courts et les achats – parfois superficiels dans les galeries commerciales à multifonctions. Le gouvernement, les opérateurs publics de même que les collectivités rurales doivent veiller à ce que l’apparition du metro dans ces régions rurales ne donne pas lieu à des ruptures sociales, économiques et culturelles…

Leave a Reply

Your email address will not be published.