Read Time:5 Minute, 52 Second

Eux, ce sont les dinosaures de l’industrie des courses, qui freinent, « year in year out » toute transformation d’un secteur qui en a pourtant grandement besoin pour franchir un nouveau palier dans son existence. Un palier importantissime pour assurer la pérennité d’une industrie, prise en otage par un groupe de privilégiés, connus comme les « Life Members » du MTC, mais dont l’ « input » en termes d’investissements de quelque manière que ce soit pour tracer les nouveaux contours du secteur hippique est nul. Nul sur toute la ligne. Zéro roupie comme investissement dans une industrie où ils exercent pourtant avec autorité leur contrôle et influence. Et ces gens-là sont accueillis comme des rois au Champ de Mars où ils se comportent plus comme des « bater bis ». Pas un seul sou ne leur est réclamé alors qu’ils ont droit à toutes les facilités existantes !

Voilà une des raisons princi- pales du naufrage à la Titanic du Mauritius Turf Club, naufrage d’un club qui entraîne dans la foulée celui des courses. L’effet domino dans un… « club domino » ! C’est cela la vérité, pas les bêtises et les allégations gratuites de Jean-Michel Giraud, le Bokassa du MTC. Tantôt, il attribue la chute de l’industrie des courses aux bookmakers, tantôt au gouvernement et à Jean-Michel Lee Shim, en refusant de voir la vérité en face car il faut, après tout, défendre les intérêts du grand capital et les intérêts politiques de ses cousins/ cousines.

Mais rendons à César ce qui appartient à César. Autant ces membres à vie sont responsables (on va vous dire pourquoi plus loin) de la descente aux enfers des courses, autant ils ont contribué dans le passé à les faire grandir et à évoluer. Nous devons donc les remercier pour leur précieuse contribution à l’industrie des courses de chevaux à une époque où ils investissaient et avaient légitimement droit à tout contrôle. Sans leur contribution, l’industrie, n’aurait non seulement pas survécu, mais n’auraient pas prospéré au fil des ans. Car ces gens-là investissaient, en tant que propriétaires, leur argent et de leur temps et ont fait de gros efforts pour faire prospérer l’industrie.

Or, que voit-on aujourd’hui ? Seulement 7 d’entre eux sur 185 sont enregistrés comme proprié- taires alors que dans le passé, à leurs “glory days”, plus de 80% d’entre eux étaient propriétaires de chevaux. A cette époque, ces vétérans étaient légitimement « l’avenir » de l’industrie des courses et ils avaient parfaitement le droit moral et légal en tant qu’investisseurs, de voter chaque année et choisir les commissaires/ administrateurs aptes à diriger leur club et le secteur hippique. Mais en 2022, ils ne peuvent en faire autant. Comment peuvent-ils choisir les dirigeants d’une industrie dans laquelle ils n’investissent guère ? De quel droit choisissent-ils à la place des propriétaires actuels, « the ones who pay the bills »?

THEY WERE ONCE THE FUTURE. TODAY THEY ARE THE PAST

Une autre catégorie est les « Founder Members » et comme les « Life Members » eux aussi à travers leurs votes, désignent nos dirigeants. Ils sont au nombre de 422 mais seulement 42 sont propriétaires.

Donc parmis 607 décideurs, ceux qui votent, seulement 49 sont propriétaires dont 8 %. Sur les 1300 propriétaires seulement 49 peuvent voter (3.7%). Voici la racine du mal.

Les propriétaires, dans leur trèsgrande majorité, n’ont pas droit au vote. Et les « Life Members », eux, ne votent plus nécessairement dans l’intérêt des courses, mais plus pour conserver le pouvoir et avec Giraud à la présidence, pour mener une bataille politique contre le gouvernement. C’est une guerre impitoyable entre le pouvoir économique et le pouvoir politique. On comprend mieux maintenant pourquoi le gouvernement, à travers la GRA et la HRD, entre en scène pour mettre fin à cette injustice, cette forme de discrimination. Car si le système actuel perdure, la fin des courses ne sera pas trop loin. Contrairement à ce que pense un certain JFL sur les réseaux sociaux.

Grand partisan de Giraud (« one of the greatest men I’ve encountered with in Mauritius », dit-il), il trouve que les courses n’iront pas loin sous le gouvernement Jugnauth. “Après, au-delà de JMG, je suis triste de voir l’obstination et l’acharnement avec lesquels certains veulent faire couler une institution comme le Mauritius Turf Club, qui traine 200ans d’histoire et a pendant toutes ces années assurer avec un éclatant brio la pérennité des courses. 200 ans les gars !!! Pas ici ça !!! Je me suis totalement désangagé (sic) des courses. Je ne comprends plus ce qui se passe. Mais mon troisième œil, AVEC CERTITUDE, vous dit que les courses de chevaux à Maurice ne survivront pas au MTC. C’est écrit, c’est comme ça.

Je suis prêt à miser très très gros là-dessus. Si Lee Shim et le gouvernement Jugnauth croient que se débarasser du MTC est LA solution, la claque sera sonore au bout de quelques années. La mort assurée des courses. Marqué, gardé…. Je le redis : je suis prêt à miser une somme astronomique là-dessus. En réalité, ce qui va se passer est simple…. S’en prendre au MTC, c’est s’en prendre à une communauté qui hatise des haines insoupçonnées alors qu’on lui doit beaucoup. Laquelle communauté, à travers le patronat, se raliera massivement derrière le PTr-MMM dans quelques mois. Et d’après vous, qu’est-ce qui se passera juste après ? La chasse aux sorcières. Et ce « juste après », c’est demain ça ! Les gars, vous n’allez plus comprendre ce qui va se passer… Et là, y a aura une VRAIE commission d’enquête qui va démonter tout ce mécanisme de la corruption enclenchée et croyez moi sur parole, beaucoup de têtes vont tomber et ne pourront pas se relever. » A chacun son opinion, bien sûr !

Mais ce qui est grave, c’est sa conclusion et remarquez que « au-delà de JMG », il n’a cité que deux noms dans cette intervention : « Lee Shim » et le gouvernenent « Jugnauth ». Voilà pourquoi, on s’attarde sur sa conclusion qui est la suivante : « Bon, j’imagine (…) que mon assassinat a déjà été commandité après ce commentaire… » On comprend un peu mieux pourquoi cet homme est un grand partisan de Giraud !

Quand on a une épouse-juge respectée et respectable, il faut pouvoir s’abstenir à tout commentaire désobligeant, car ce monsieur a, entre les lignes, présenté l’un des deux seules personnes dont les noms sont cités « au-delà de JMG » ou les deux à la fois comme extrêmement dangereuses puisqu’il parle « d’assassinat commandité ». Un commentaire indigne et inimaginable de la part de quelqu’un qui risque d’embarrasser la respectée et respectable madame la juge. C’est un faux-pas lamentable, contraire à l’éthique dans la position familiale qu’il l’est. Avez-vous déjà vu un commentaire répugnant, d’une telle malpropreté dégoûtante provenant de l’époux/ épouse d’une/d’un juge ? Mais rien ne nous choque vraiment quand un tel commentaire est signé de quelqu’un qui voit en Giraud « one of the greatest men ».

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Œil de lynx : Se débarrasser de ces esprits criminels et corrompus avec Giraud à leur tête
Next post Premier League : un Ronaldo record éperonne les Spurs, Liverpool talonne City
Close