January 28, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

Libertés civiles : Ne mélangez pas nos droits les plus basiques avec les guerres de religion

0 0
Read Time:4 Minute, 7 Second

L’une de mes opinions les plus tranchées et les plus éloignées de la réalité est que les progressistes doivent redécouvrir le pouvoir politique des libertés civiles. De telles déclarations accompagnent généralement les controverses sur la liberté d’expression – un professeur a y le surprise d’annulé ces cours dans une université dont le taux d’acceptation est de 23%, tout le monde se met à tweeter pour savoir qui a le droit de dire quoi dans quel contexte, et lorsque tout est oublié deux jours plus tard, personne ne sait vraiment ce que signifie la liberté d’expression. J’avoue qu’en tant qu’absolu de la liberté d’expression, je ne suis pas immunisé contre de telles tentations. Mais je reconnais également que ces épisodes n’ont guère de rapport avec les libertés civiles. Au lieu de cela, ils utilisent une éthique de la liberté d’expression vaguement définie comme un accessoire dans une lutte à pouvoir en cours entre deux camps qui ont tous deux largement perdu le fil.

Tout cela est très malheureux parce que les citoyens de la république des deux côtés accordent encore beaucoup d’importance aux libertés civiles. Les sondages d’opinion sur ces questions sont toujours un peu incertains, car les questions supposent que les personnes interrogées ont toutes une idée fixe de ce que signifie “la liberté d’expression” ou “libertés civiles”. Mais pour l’amour des données, dans un recensement ont à constater au début de cette année que plus de neuf personnes sur dix étaient d’accord pour dire que “la protection de la liberté d’expression est un élément important de la démocratie de notre République”. Un sondage réalisé en 2021 a révélé que beaucoup des Mauriciens ont perdu la foi, au cours de la dernière décennie, que ce soit avec différents gouvernements de différentes alliances ont mandaté pour défendre notre liberté fondamentale qui est restée sans défenses.

Ce que devrait nous inquiéter, c’est que les controverses sur la liberté d’expression sont beaucoup plus susceptibles d’être défendues par toutes les parlementaires un moment où les législater de tout le bord propose et adopte des lois qui restreignent tout, de ce qui peut être enseigné dans les salles de classe aux lieux où les gens peuvent organiser des manifestations. Les travailleurs sociaux se sont opposés à la première, mais pas nécessairement sous couvert de libertés civiles. La réplique de l’opposition semble plutôt se concentrer sur la dénonciation du sectarisme de ces lois et des dangers qu’elles pourraient représenter pour la santé des personnes opprimées. Ces déclarations sont vraies, mais je ne crois pas qu’elles aient un grand pouvoir de persuasion en plus de ceux qui sont déjà convertis.

“Nous avons des endroits dans la ville où la violence armée est assez répandue et – traditionnellement, il y a des intersections et des coins où nous semblons voir la même chose se répéter encore et encore. Si nous avons des informations, par exemple, sur la possibilité d’un contrôle ponctuel dans les endroit specifique et que nous avons un groupe de personnes qui traînent dans un coin où tous les ingrédients sont réunis pour que cet événement se produise, pour moi, il est tout simplement logique d’être en mesure d’écouter si les caméras de surveillance sont là et appartiennent à des particuliers. “

C’est là que les travailleur sociaux devraient s’appuyer sur le langage des libertés civiles. En rappelant que la surveillance sans mandat et préventive est mauvaise et point final – vous mettez l’accent sur l’acte lui-même, et non sur le contexte plus large et plus glissant qui l’a motivé. Vous n’avez pas besoin d’argumenter, par exemple, que si les crimes violents sont en hausse, les autres crimes ne le sont pas. Ces arguments peuvent être vrais, mais il est extrêmement difficile de convaincre le public de ne pas s’inquiéter uniquement de la partie concernant les crimes violents et d’exiger que quelque chose soit fait. Tous les citoyens devraient être préoccupés par les excès de ce que ce quelque chose peut être. Pour parvenir à ce consensus plus large, vous devez faire valoir que cela pourrait potentiellement toucher la vie de tout le monde, et pas seulement celle des habitants des quartiers à forte criminalité.

Au cours des vingt dernières années, la prolifération des caméras de sonnette, des caméras de sécurité, du partage de données et même des vidéos de téléphones portables a jeté les bases d’un réseau de surveillance effrayant qui touche tous les aspects de notre vie, probablement d’une manière que nous ne pouvons pas encore appréhender. Mais même dans cette période vertigineuse, il est encore possible de faire des choix clairs. Refuser aux droit d’accéder à des milliers de caméras et de les utiliser sans limites clairement définies devrait être un choix facile, soutenu par une grande partie du public. Mais pour s’assurer que ces types de mesures sont repérés et font l’objet d’une résistance adéquate, nous devons prendre les libertés civiles au sérieux et ne pas les considérer uniquement comme un aliment pour les guerres culturelles.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.