May 21, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

L’ICAC saisi de documents à la CNT

L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a effectué une descente au siège de la Corporation Nationale du Transport (CNT), vendredi, et a procédé à la saisie de plusieurs documents administratifs qui contiendraient des irrégularités. C’est surtout le département «Procurement», qui s’occupe principalement des marchés publics, qui est concerné par cette descente de l’ICAC. Les documents saisis, en vertu de la section 52 du Prevention of Corruption Act (POCA), concernent l’acquisition d’autobus électriques, l’achat de pneus et la publicité sur et dans les autobus.

Cela fait quelque temps déjà que des allégations de fraude et de corruption agitent ce corps para étatique donnant lieu à toutes sortes de spéculations tant au sein du personnel administratif que parmi les chauffeurs, les conducteurs et les mécaniciens. Déjà dans notre édition du 25 février dernier nous faisions état de ces soupçons de fraude et de corruption basée sur une lettre anonyme envoyée par quelqu’un qui, visiblement, est parfaitement au courant des rouages et des procédures qui ont cours à la CNT. Cette personne se présentait comme «un employé bienveillant» Dans sa lettre, il donnait des exemples précis de cas de corruption et disait détenir des preuves de ce qu’il avance sous forme de documents et de photos.

L’auteur de la lettre qualifiait ces cas de fraude et de corruption de «CNTgate». Il  disait avoir alerté la Financial Intelligence Unit (FIU) et la Mauritius Revenue Authority (MRA). Les allégations qu’il formulait à l’époque tournaient autour de l’octroi de plusieurs contrats où des négociations privées auraient été tenues avec des fournisseurs pour l’achat de pièces détachées, de pneus mais aussi pour assurer la sécurité et le gardiennage de l’entreprise. 

Pour soutenir ses allégations, l’auteur de la lettre avait cité en exemple le contrat alloué pour l’installation d’un système de billetterie électronique. Il soulignait que le soumissionnaire choisi avait été favorisé alors que ce même fournisseur avait été pointé du doigt dans le passé après avoir installé une centaine de ces Electronic Ticketing Machines durant ces cinq dernières années. L’auteur de la lettre soutenait également que le contrat pour l’acquisition de bus électriques aurait été préparé de manière à favoriser un fournisseur spécifique.

Leave a Reply

Your email address will not be published.