Read Time:3 Minute, 18 Second

À l’Île Maurice, la population multiculturelle et multiethnique vit côte à côte sans aucune crainte ou amertume religeuse. L’appel à la prière musulman, c’est une pratique qui existe depuis des décennies et qui ne dérange personne, tout comme les cloches des églises pour célébrer la messe ou le pour le rituel matinal et les prières dans les temples rehaussées par haut-parleurs. Pour ne citer ces actes de dévotion à résonance. Ce qui fait la force et l’unité de notre pays. Le souhait unanime est que cette cohabitation dans l’harmonie la plus exemplaire perdure.
Malheureusement, il y a des exceptions à la règle, quand l’intolérance prend la forme d’un prétexte banal et donne lieu à des situations confuses et de nature à exacerber les passions et les ferveurs. Comme l’affaire de l’azaan en 2007.

Monsieur Gavin Glover, avocat et amis intime du Premier Ministre d’alors (Dr Navin Ramgoolam), se réveille brusquement de son sommeil pour protester contre l’utilisation de Haut-Parleur par la Mosquée Hidayat-e-Islam de Quatre Bornes. Cela faisait suite au jugement rendu par le juge PAUL LAM SHANG LEEN de la cour Suprême du 23 Mars 2007.
Ce Jugement avait entraîné une mobilisation tous azimuts des adeptes d’autres religions et dont les lieux de culte se servaient de haut-parleurs. LE Président de la Jamaat-ul-Ulamah (feu Mawlanas Jameel Chooramun) appelle à une mobilisation, au Kadhafi Square, pour une mobilisation de la communauté musulmane contre ce jugement, considéré par différentes forces vives, comme arbitraire contre la communautmusulmane. Le Vendredi 13 Avril 2007, environ 2000 personnes faisaient une marche pacifique, avec comme point de départ le square Kadhafi et s’achevant devant L’hôtel du gouvernment. Au début de la Marche Pacifique, le Mawlana Haroon Assen, dans son allocution posa une condition, à l’effet que le gouvernement « ena jusqu’au 31 Avril pou trouve ene solisyon, sans quoi nou pou manifester à la place d’armes le 1er Mai ».
La réaction de Shakeel Mahomed sur l’EXPRESS du 13 Avril 2007 fut percutant et sévère, à l’égard des maulanas et surtout du PM N. Ramgoolam. Il lâchera en substance : « Je suis écoeuré. À qui profite le crime ? ». L’Express parle « d’un Shakeel Mohamed outré qui a réagi hier ». Il dira sans ambages « Que les Mawlanas Chooramun et Haroon prennent leurs responsabilités devant la loi et le pays », déclarait-il à l’express… ». Avant de poursuivre : «  Dieu merci que ces deux Mawlanas ne représentent une infime partie de la communauté. Cela fait mal au cœur de voir que les gens ne veulent pas comprendre. C’est une honte pour la démocratie, je suis dégoûté. »


Dans le cadre de ce conflit, Shakeel Mohamed, député rouge, avait été mandaté par la direction de la mosquée, pour négocier avec Me Gavin Glover. Le député avait alors constitué une plateforme et lors d’une conférence de presse tenue dans ce contexte, il avait déclaré, entre autres choses, « Si le Premier ministre veut décanter la situation, le silence n’est pas une solution ni l’indécision… », Avant d’ajouter « doing nothing is not a solution ». Shakeel Mohamed avait même comparé l’immobilisme, voire le laxisme, de Navin Ramgoolam à la politique d’autruche laquelle, avait-il dit : « is putting one’s head in a hole and covering it with sand is not the way forward… ».


C’est pour dire à quel point Navin Ramgoolam laissait pourrir une situation, qui aurait pu être décantée en un jour. Que soit dit au passage, c’est ce même laxisme ou l’incapacité de prendre une décision qui avait enflammé le pays lors de l’affaire Kaya. Il était incapable de prendre la situation en main alors que cet évènement prenait une dimension extrêmement grave. Nombreux étaient ceux qui avaient dit haut et fort : « Si bolom ti la (Ndlr : parlant de Sir Anerood Jugnauth) sa pas ti pou arrive ziske la… ».

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Greta Thunberg, le test de Rorschach de la société russe
Next post Légère hausse des électeurs en 2019
Close