July 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Politique

Lutte contre le trafic de drogues – PMQT : le PM a réaffirmé son engagement hier à l’Assemblée nationale

« Comme je l’ai déclaré à maintes reprises, mon gouvernement est pleinement engagé dans la lutte sans relâche contre le fléau de la drogue, et les saisies diverses et fréquentes de drogues prouvent que rien n’est négligé pour faire face à la situation de la drogue dans le pays », a souligné avec force le PM à la fin de sa réponse.

La question de la députée de la circonscription No 4 avait pourtant l’air anodin, mais les éléments de réponse donnés en substance par le Premier ministre, à l’heure du Prime Minister’s Question Time (PMQT) ont donné une orientation nationale à cette question. Pourtant Johanne Tour, voulait savoir de Pravind Jugnauth le nombre de cas lié à la drogue élucidés à l’aide de caméras et d’autres éléments du projet «Safe City» et aussi le nombre de caméras et d’autres éléments du projet «Safe City» installés dans sa circonscription.

Dans sa réponse, le Premier ministre devait rappeler que le projet Safe City a été mis en œuvre pour préserver la sécurité nationale et la sécurité publique. En tant que tel, ce projet donne la possibilité à notre force de police de s’acquitter efficacement de leurs fonctions en vertu des lois en vigueur et d’autres fonctions qui peuvent lui être conférées en vertu de toutes autres lois.

« Le projet «Safe City» comprend un large éventail de sous-systèmes axés sur la technologie. Leur intégration et leur interopérabilité sont des outils efficaces pour obtenir des renseignements plus fiables pour les décideurs afin de leur permettre d’être proactifs et d’optimiser les réponses aux situations de maintien de l’ordre, contribuant ainsi à améliorer la sécurité des citoyens mauriciens et des visiteurs », a indiqué le PM dans sa réponse.

Pravind Jugnauth a rappelé à la députée de la majorité que le projet comprend entre autres la fourniture, l’installation et la mise en service de 4 000 caméras de vidéosurveillance intelligente (IVS) sur 2 000 sites. Il y a aussi la mise en service de 300 caméras de surveillance intelligente du trafic (ITS) sur 75 sites. Un autre aspect de ce projet, a indiqué le PM, c’est la fourniture, l’installation, les essais et la mise en service de 45 sites Enterprise/Enhanced Long Term Evolution (eLTE), y compris 4 500 liaisons radio multimédias et 500 terminaux montés sur véhicule. De plus qu’un centre de commandement et de contrôle centralisé, comprenant un centre principal de commandement et de contrôle, un système moderne de gestion intégrée des interventions d›urgence au 999, sept centres de commandement secondaires, un centre de gestion et de contrôle du trafic et une baie de surveillance dans chacun des 71 postes de police.

Pour ce qui est du contrôle du trafic des drogues dans la circonscription No 4, Port-Louis Nord – Montagne Longue, le Premier ministre a souligné que le Commissaire de police a pris les mesures suivantes pour lutter contre ce trafic. Parmi les mesures prises, dira le PM se trouve être que les policiers de l’Unité Anti drogues (ADSU) travaille conjointement avec l’Unité Spéciale de la SSU le Groupe D’Intervention pour répondre à toutes tentatives de trafic dans la région.

L’ADSU, avance aussi le PM dans sa réponse, travaille conjointement avec la SSU, le Groupe d’intervention de la police mauricienne (GIPM), la police locale, les garde-côtes nationaux (NCG) ainsi que d’autres agences externes, telles que la Customs Anti Narcotics Section (CANs) de la Mauritius Revenue Authority (MRA), la Mauritius Port Authority (MPA), la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL) et la Central Post Office, afin d’empêcher l’entrée de drogues illégales, tant dans les régions que dans le pays et de réprimer d’autres activités illégales le long de nos zones côtières .

Le PM a indiqué qu’il y a eu ces dernières années une augmentation des ressources humaines et de la logistique de l’ADSU tout comme des mesures rigoureuses aux points d’entrée, notamment au port et à l’aéroport. Les autorités mauriciennes ont aussi intensifié le travailler en étroite collaboration avec les agences régionales et internationales de lutte contre la drogue. Le PM a même indiqué que des opérations régulières de répression ciblées sont organisées tout comme une formation sur mesure pour le personnel de l’ADSU afin de renforcer ses capacités par le biais d’une collaboration étroite entre l’ADSU et d’autres organismes chargés de l’application de la loi, tels que la cellule de renseignement financier, la commission indépendante contre la corruption (ICAC), la division d’enquête sur le recouvrement des avoirs (ARID) .

Les mesures supplémentaires suivantes sont également prises pour endiguer le trafic de drogue telles que la surveillance des mouve- ments des navires entrant dans les eaux territoriales de Maurice est étroitement surveillé par la salle des opérations de la NCG grâce au système d’identification automatique (AIS) et au système de radar de surveillance côtière (CSRS) qui sera remplacé par un système de surveillance moderne sous peu.

Par ailleurs, les personnes et les bateaux de plaisance suspects sont contrôlés par les agents de la NCG, les agents des douanes du MRA et les agents des pêches. Concernant les eaux mauriciennes des patrouilles régulières de surveillance aérienne de nos eaux côtières sont effectuées par des avions Dornier de la NCG et des hélicoptères de la police. Des patrouilles maritimes sont effectuées par des navires du NCG, CGS Barracuda, CGS Valiant et CGS Victory, des bateaux lourds et des bateaux d’interception rapides. Des opérations conjointes de répression sont menées par des officiers du NCG, du MPA, de l’ADSU, de l’Unité cynophile, du GIPM, du MARCOS, du SSU et du MRA, tandis que les colis et les courriers suspects sont contrôlés par les agents des postes en présence des agents des douanes de l’ADSU et du MRA.

Les agents de renseignement sur le terrain du NCG, affirme le PM, recueillent des informations sur les exploitants de bateaux de plaisance équipés de moteurs de forte puissance et les mouvements de ces bateaux sont surveillés par la cellule de renseignement maritime du NCG.

Une ligne directe 177 est disponible pour signaler les activités suspectes ; et un officier de la NCG est basé au Centre d’opérations de coordination régionale (RCOC) aux Seychelles et un autre au Centre régional de fusion des informations maritimes (RIMF).

Un officier du GCN basé au centre régional de coordination des opérations (RCOC) aux Seychelles et un autre basé au centre régional de fusion des informations maritimes (RMIFC) à Madagascar fournissent également des renseignements sur les mouvements maritimes lorsqu’il y a suspicion de trafic de drogue. Des ressources supplémentaires seront fournies au cours du prochain exercice financier afin d’accroître les capacités opérationnelles et de collecte de renseignements de l’ADSU.

«Comme je l’ai déclaré à maintes reprises, mon gouvernement est pleinement engagé dans la lutte sans relâche contre le fléau de la drogue, et les saisies diverses et fréquentes de drogues prouvent que rien n’est négligé pour faire face à la situation de la drogue dans le pays », a souligné avec force le PM à la fin de sa réponse.