January 28, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

Météo : La fiabilité du Doppler Weather Radar remise en question

0 0
Read Time:6 Minute, 41 Second

Alors que les critiques pleuvent contre la station météorologique de Vacoas, en ce qui concerne la précision des prévisions, le ministre de la Gestion des catastrophes et des risques, Anwar Husnoo assure la fiabilité du Doppler Weather Radar de Trou-aux-Cerfs à l’Assemblée nationale lors de la séance du 29 mars dernier. Le ministre a été aussi interrogé sur le décès de deux personnes post le cyclone Batsirai et à l’Alexandra Falls à la suite des conditions climatiques. Survol.

La station météorologique de Vacoas affiche son entière satisfaction par rapport au fonctionnement du Doppler Weather Radar à Trou-auxCerfs, en ce qui concerne la précision et l’actualité des prévisions météorologiques depuis le 1er janvier 2022. C’est ce qu’a déclaré Anwar Husnoo, vice-Premier ministre, ministre des Collectivités locales et de la Gestion des catastrophes et des risques, à l’Assemblée nationale, le 29 mars dernier. Il répondait à une question du député du PTr, Farad Aumeer, axée sur l’installation et le fonctionnement du Doppler Weather Radar. De plus, Anwar Husnoo a indiqué que le coût de fonctionnement du radar tourne autour de Rs 1,2 million annuellement.

Dans sa réponse, le ministre Anwar Husnoo a rappelé que le Doppler Weather Radar est opérationnel depuis le 1er avril dernier 2019. Le coût de fonctionnement du radar tourne autour de Rs 1,2 million annuellement et qui concerne les consommables et les factures de services publics tandis que les salaires du personnel, l’entretien du terrain et du bâtiment, entre autres sont issus du budget. Le Radar était sous garantie jusqu’en novembre 2021 et donc, aucun frais n’a été engagé concernant les pièces de rechange. « Selon la station de Vacoas, le Doppler Weather Radar a, depuis son installation, grandement contribué à l’amélioration des prévisions météorologiques à Maurice, y compris les prévisions météorologiques extrêmes, et a renforcé la capacité des services météorologiques mauriciens à surveiller les phénomènes hydrométéorologiques tout en contribuant dans le développement d’une nation résistante aux intempéries. Le radar a contribué au suivi des systèmes nuageux susceptibles de produire des précipitations ainsi qu’au suivi des cyclones tropicaux lorsque ces derniers se trouvent dans sa zone de détection, soit 450 km. Le radar a joué un rôle déterminant dans le suivi du cyclone tropical intense Batsirai et a permis des prévisions précises concernant les fortes pluies et les vents forts », a expliqué le ministre.

Et d’ajouter que toutes les prévi- sions météorologiques émises sont objectivement vérifiées par des méthodes statistiques robustes. La précision d’une prévision est basée sur le « Critical Success Index », une méthode d’évaluation de compétence largement utilisée et recom- mandée par la World Meteorological Organisation. « Le Critical Success Index moyen pour la période du 1er janvier 2022 à ce jour se situe entre 70 % et 80 %, ce qui est considéré comme satisfaisant. Il est en fait supérieur à la moyenne », précise le ministre. Il devait aussi affirmer que le personnel a été formé pour interpréter les données obtenues du radar météorologique Doppler. Anwar Husnoo a déposé à l’Assemblée nationale la liste du personnel qui a bénéficié de la formation dispensée par les experts japonais dans le cadre du « Project for the Improvement of the Meteorological Radar System ».

Le ministre devait aussi faire ressortir que la mise en service du radar météorologique Doppler a été achevée en mars 2019. Il a également déposé les détails concernant les exercices de maintenance préventive effectués à ce jour, généralement effectuée sur une base quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, semestrielle et annuelle. « Des calibrages et des réglages fins ont été effectués de février à mars 2019, à la suite desquels le radar est devenu pleinement opérationnel. Le dernier calibrage effectué par l’équipe japonaise, en présence du fournisseur du Radar, a été effectué au cours de la période du 3 au 18 novembre 2021. Sur la base des données supplémentaires recueillies, d’autres réglages fins seront effectués à distance sur une base annuelle pour assurer que le radar fonctionne à son niveau optimal », devait assurer le ministre Anwar Husnoo. Et de faire ressortir que même si le radar météorologique Doppler est entièrement automatique, il fonctionne selon un système de «shift » 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 avec deux ingénieurs en télécommunications et dix techniciens en télécommunications météorologiques qui opèrent sur un « roster basis ». « Il est important de noter que toutes les données obtenues du radar météorologique Doppler sont transmises au siège de Vacoas où les météorologues ont accès à ces données et les utilisent pour l’interprétation et les prévisions météorologiques », indique le ministre de la Gestion des catastrophes et des risques.

Décès liés au mauvais temps

Le député Farad Aumeer a également interpellé le ministre Anwar Husnoo sur la perte tragique de deux vies post Batsirai, soit le 3 février dernier ainsi que le décès d’un adolescent à Alexandra Falls le 13 mars à la suite des inondations. Le député du PTr demande si une révision des critères d’alerte météorologique après une levée immédiate des avis cycloniques est à l’agenda. Il a aussi interrogé le ministre Husnoo sur un éventuel système d’alerte des pluies torrentielles attendues en utilisant un service SMS d’alerte d’urgence à l’ensemble de la population. « Nous en avons discuté au National Disaster Center et nous travaillons sur le sujet depuis quelques temps. Nous allons introduire une nouvelle phase après un cyclone, soit à la levée de la classe IV », soutient le ministre, indiquant que c’est la priorité. En ce qui concerne l’alerte par SMS, le ministre Husnoo souligne qu’une entreprise s’en charge. Il a expliqué que les services d’un consultant belge ont été sollicités pour ce projet et qu’il travaille dessus depuis deux ans. Toutefois, en raison de la Covid-19, l’arrivée du consultant à Maurice a été retardée, ce qui explique d’ailleurs le retard accumulé pour la réalisation du projet.

La fiabilité du radar remise en question

Le député du MMM, Adil Ameer Meea a, quant à lui, interrogé le ministre de la Gestion des catastrophes et des risques, sur la fiabilité des prévisions du Doppler Weather Radar. « Comment se fait-il que récemment nos prévisions des services météorologiques aient été à côté de la plaque ? Je veux dire à côté de la plaque, ils publiaient des communiqués pour les pluies torrentielles alors qu’il pleuvait déjà. Dans certains cas après les pluies, des communiqués étaient publiés », a demandé le député mauve. Le député du MMM, Deven Nagalingum, s’est pour sa part intéressé aux « flash floods » du 13 mars dernier. Répondant aux deux parlementaires de l’opposition, Anwar Husnoo devait expliquer qu’un bulletin a été émis dans la soirée du samedi 12 mars, prévoyant des averses d’intensité modérée avec risque d’orage. Puis un deuxième bulletin a été émis le dimanche 13 mars 2022 à 11h30 avec mention que les averses seront modérées à fortes avec orages et qu’il pourrait y avoir des accumulations temporaires d’eau.

« Vers 12h30 le dimanche 13 mars 2022, des nuages convectifs se sont développés dans le sud-ouest de l’île et ont progressé vers l’intérieur avec des averses locales. De 12h45 à 13h30, une ligne de « squall » issue de cumulonimbus a traversé l’île du nord-est vers l’ouest et les nuages renforcés ont déclenché de violents orages et de fortes averses locales. Sur la base des données reçues à partir de 13h00 du radar météorologique Doppler, une alerte de fortes pluies a été émise à 13h20. Toute la couverture nuageuse s’est explosée très rapidement en environ 10 à 20 minutes à cause de la ligne de grains traversant l’île depuis le nord-est et il était difficile de prévoir la même chose avec précision. Normalement, ces nuages convectifs mettent environ 40 minutes ou plus à se développer, mais dans ce cas particulier, ils se sont développés entre 10 et 20 minutes, c’est une conséquence du réchauffement climatique. C’est ce qui explique les fortes précipitations enregistrées à Mon Loisir et Nouvelle Découverte avant d’atteindre les régions de Port-Louis», a expliqué le ministre.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.