July 12, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

N’ayons pas peur de l’étranger !

L’Occident peine toujours à comprendre les traditions qui lui sont étrangères. Ce fut encore le cas dimanche dernier, quand Tamim ben Hamad al-Thani, l’Emir du Qatar, a revêtu un bisht sur Lionel Messi, avant que ce dernier n’aille soulever la Coupe du Monde.

Ce manteau noir, mais qui peut aussi être d’autres couleurs, est un signe de royauté et de richesse. Et en le faisant porter par le vainqueur de la Coupe du Monde, le Qatar offrait ainsi le plus beau cadeau qui soit, tant à Messi qu’au monde. Mais visiblement, si Gianni Infantino, le patron de la FIFA, n’y a rien trouvé à redire, des voix se sont élevées en Occident pour condamner le geste de l’Emir.

Ainsi, pour ne pas changer, c’est de l’Angleterre que sont venues les voix discordantes concernant ce manteau. Ces Mauriciens qui défendent l’Angle- terre coûte que coûte, malgré ses prestations décevantes dans des tournois majeurs, savent pourtant que chez nous le sari, le churidar, le kabay, la robe, le costume-cravate, le tee-shirt et autres habillements venus d’ail- leurs sont acceptés depuis toujours. Nous n’avons aucun problème avec l’accoutrement vestimentaire de notre prochain. Mais visiblement, nous ne voyons aucun danger dans le fait que l’Occident ait un problème avec un symbole vestimentaire étranger.

Pablo Zabaleta, ancien joueur de la sélection Argentine, et qui a notamment joué à West Ham, trouvait qu’il « n’y avait aucune raison de faire ça ».Tandis que Gary Lineker, ancien joueur de la ligue Anglaise, très connu à Maurice, ajoutait que « c’est une honte qu’ils aient recouvert son maillot pendant ce qui était un moment magique. ». De fait, la presse occidentale trouvait que le Qatar a fait enfiler « une tenue de deuil » à Messi.

Mais, en fait il n’y a aucune surprise dans ces réactions d’Occidentaux. Au début de la Coupe du Monde, n’est-ce pas d’ailleurs l’Angleterre qui voulait montrer sa « solidarité » avec les LGBTQ, tout en sachant pertinemment bien que l’homosexualité est interdite en Islam, et donc dans les pays Arabo-musulmans. Harry Kane et compagnie préféraient faire ça plutôt que de respecter les croyances religieuses du pays qui les recevait.

Nos politiciens n’en finissent pas de le ressasser, même si leurs discours sont toujours teintés d’arrière-pensée : L’île Maurice est un exemple de cohabitation multiculturelle, multireligieuse et multiethnique. Sur ce bout d’île se côtoient, mais ne se mélangeant pas trop, Hindous, Créoles, Tamouls, Blancs, Chinois, etc. Pour autant, si nous sommes effectivement un exemple d’harmonie, les bagarres raciales et les émeutes de février 1999 sont là pour rappeler combien notre fameux « tissu social » est fragile.

Et il l’est encore plus quand le sport met son nez dans nos demeures, via le petit écran, mais aussi sur les terrains. Si notre football est mort, c’est parce que le gouvernement d’alors ne prit pas le taureau par les cornes. Préférant abolir le football « communal » plutôt que de sanctionner l’équipe, et ses supporteurs, coupables des dérives qui eurent lieu au stade Anjalay. Le sport rassemble, mais quand on le mêle à la politique, qui aime diviser, le cocktail est explosif.

Et c’est pour cela que beaucoup de Mauriciens aiment toujours se moquer des « Africains » de l’équipe de France, alors que les joueurs des Bleus sont tous né dans l’Hexagone. Ce refrain raciste est sorti à chaque apparition des Bleus, et à ce jour, aucun responsable de parti politique n’a condamné cette dérive langagière. Puisque leurs propres partisans pensent ainsi ! Chez nous, il y l’Inde, l’Afrique, la Chine, l’Europe et l’Arabie. Et nous ne voyons pas de problème à passer d’un de ces mondes à l’autre. C’est normal pour nous de nous accoutrer d’un vêtement traditionnel hindou, musulman, Européen ou Chinois si nous sommes invités dans les fêtes y relatives. Mais rappelons-nous des moqueries que dut subir Jean-Michel Lee Shim quand il s’était habillé de vêtements traditionnels hindous lors de Divali, au Champ de Mars. On avait fait un éditorial pour condamner ces esprits étroits qui osaient se moquer de l’homme d’affaires.

C’est pour cela que nous devons nous dissocier de tous ceux qui ont osé critiquer le Qatar pour le bisht drapé sur les épaules de Lionel Messi. Tamim ben Hamid Al Thani voulait montrer au monde la beauté de la culture Arabo-musulmane. Mais l’Europe a oublié que les Maures lui ont enseigné les bonnes manières. Et c’est ainsi que les Mauriciens qui se joignent aux racistes qui polluent le monde du football aident à perpétuer la haine.

La langue créole entre pratiquement partout dans les écoles maintenant. Et c’est une bonne chose. Car, c’est la langue-ciment de l’unité mauricienne. Qu’on l’utilise pour enseigner à nos enfants pourquoi il ne doit y avoir aucune honte à adopter la culture de l’autre. Car, cela nous enrichit. Cessons donc avec les blagues et autres observations racistes autour du foot. Il n’y a que la race humaine. Et la terre est un seul pays. Montrons à l’Occident que nous n’avons aucun problème avec tout ce qui est étranger !

Leave a Reply

Your email address will not be published.