Read Time:3 Minute, 5 Second

Des ‘totes bags’ et d’autres produits à l’effigie de votre personnage manga préféré, le tout peints à la main. Peachie associe deux univers, l’art et la couture. Pleins feux sur Peachie.

« Nous étions en quête d’un nom mignon, mais qui surtout interpelle l’attention des gens », débute d’emblée Jenny Chue Kee Cheung, de la micro-entreprise, Peachie. Si, au début, la pomme semblait faire l’unanimité, c’est la pêche qui fut choisie. Ainsi, Peachie est le fruit de deux sœurs, l’une apportant son soutien financier – l’achat des matières premières et autres, mais surtout sans qui la micro-entreprise n’aurait jamais vu le jour -, et l’autre, soit Jenny Chue Kee Cheung, qui se penche sur la création et la confection des produits. Cependant, avant d’être cette micro-entreprise, flirtant avec des produits pétris de créativité, Peachie, vendait des produits importés.

Le COVID-19 a changé la donne. Début de la pandémie, les deux frangines se trouvent face à la difficulté d’importer des produits. Alors, le duo a une illumination, pourquoi ne pas se lancer dans la confection des produits et de les vendre, en ligne voire par le biais des réseaux sociaux. « Nous avions une machine à coudre qu’on avait délaissé. Et moi, je n’avais aucune expérience », raconte Jenny Chue Kee Cheung. La jeune femme raconte que c’est la grand-mère, autrefois, couturière, qui l’encouragea et l’initia à la couture. La grand-mère l’enseigne la confection d’un masque en tissus. Après cette première tentative, Jenny Chue décida de réitérer l’expérience, en confectionnant, toute seule, un autre masque en tissus.

Elle prend la décision de publier la photo de ce masque sur les réseaux sociaux. Contre toute attente, le masque fut encensé par les abonnés de Peachie. À tel point, que les commandes commencèrent à pleuvoir. Face à ce joli succès, d’autres produits comme les ‘pouchs’ ou encore, les ‘tote bags’ virent le jour.

La pandémie, une aubaine

Bien que la micro-entreprise changea de direction, Jenny Chue Kee Cheung désire également de se démarquer des autres entreprises évoluant dans le même domaine. « Aujourd’hui, de nombreuses micro-entreprises évoluent dans la confection des produits tels que les ‘tote bags’, les ‘pouchs’. Mais, Peachie se démarque de ces micro-entreprises. En effet, contrairement à elles, je conçois moi-même les designs. » En d’autres mots, les designs sont peints par Jenny Chue Kee Cheung – handmade -, et non imprimés, comme les autres entreprises les font. La jeune femme ajoute également qu’elle conçoit et respecte le choix des designs de ses clients. « Et quand, ils ont toute la peine du monde à choisir un design, ils me donnent libre cours et sont, tout le temps, agréablement surpris par le résultat final. »

Jenny Chue Kee Cheung laisse entendre que le COVID-19 a été une belle opportunité pour Peachie. « La pandémie nous a incité à être plus créatives et d’amener donc, Peachie, à une autre étape. » Plus encore, le COVID-19 a incité les Mauriciens à se tourner vers l’e-commerce voire à commander en ligne. « Nous avons donc vu une explosion des commandes. La pandémie a donc été quelque-part bénéfique à Peachie. »

Les deux sœurs caressent le rêve, qu’un jour, elles pourront ouvrir leurs magasins. Mais, ayant un emploi à plein-temps, Jenny Chue Kee Cheung avance que le mieux est de poursuivre avec les commandes en ligne. Autre projet, est que Peachie compte se lancer dans la confection des produits destinés à la gent masculine. Jenny Chue Kee Cheung désire également se consacrer à plus de produits créatifs, mettant en avant son talent artistique.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Faisons fi de toute discrimination pour toujours !
Next post Protégeons notre faune et notre flore !
Close