May 20, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Pétition électorale: L’appel de Suren Day entendu lundi devant le Privy Council

Plus que 48 heures à attendre. C’est lundi, en effet, que le Full Bench du Privy Council entendra l’appel de Suren Dayal, ancien candidat travailliste dans la circonscription No 8 (Moka/Quartier Militaire) contre le jugement de la Cour suprême qui avait rejeté sa pétition électorale contestant le résultat des élections générales du 7 novembre 2019 dans cette circonscription. Le jugement que rendra le conseil privé du roi est attendu avec impatience par l’ensemble de la classe politique car c’est le siège du Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, et ceux de ses deux colistiers, Leela Devi Dookun-Luchoomun, et Yogida Sawmynaden qui sont en jeu. 

Le Full Bench du Conseil Privé du roi, composé de cinq Law lords, à savoir, Lord David Lloyd-Jones, Lord Philip Sales, Lord Nicholas Hamblen of Kersey, Lord Ben Stephens et Dame Sue Carr entendra l’affaire à partir de 11h00. Le jugement ne sera pas prononcé avant trois mois. Si du côté de l’opposition parlementaire, plus particulièrement du Parti Travailliste, on soutient qu’il y a eu tricherie lors des dernières élections générales, du côté du gouvernement, et du MSM en particulier, on se dit serein. 

Le Premier ministre et leader du MSM a d’ailleurs déclaré à plusieurs reprises, dans le passé, qu’il n’est nullement inquiet et qu’il fait confiance aux Law Lords qui entendront l’affaire. Quoiqu’en dise Pravind Jugnauth, «une affaire en Cour n’est jamais gagné d’avance et il subsiste toujours une part de surprise», pour reprendre les termes du leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval. 

Accusation de «bribery électoral»

 Suren Dayal, qui s’était classé en cinquième position lors de ce scrutin, avait soutenu dans sa pétition que les résultats ont été faussés en raison de certaines promesses faites par le leader du MSM durant la campagne électorale, promesses qu’il qualifie de «bribery électoral». Parmi les points avancés dans sa pétition on relève la promesse d’une augmentation de la pension de vieillesse faite par le Premier ministre lors d’une rencontre avec les personnes du troisième âge, la promesse faite aux fonctionnaires de mettre en application les recommandations du rapport du Pay Research Burau sur les salaires avant la tenue des élections, les sommes excessives dépensées pour les élections au-delà du seuil autorisé et le rôle de la MBC/TV qui aurait ouvertement soutenu le MSM durant la campagne électorale, selon le pétitionnaire.

Il va sans dire que dans l’opposition, toutes tendances confondues, on souhaite  ardemment un jugement favorable à Suren Dayal car un tel résultat porterait un coup terrible au moral, non seulement du Premier ministre, mais de l’ensemble du MSM mais on n’en est pas encore là. D’ailleurs, les observateurs politiques prévoient trois scénarios possibles : tout d’abord le statu quo si l’appel est rejeté, deuxièmement que le Conseil privé renvoie l’affaire à la Cour suprême afin d’obtenir un éclairage supplémentaire et enfin que les Law lords acceptent les points mis en avant et invalident l’élection des trois élus du MSM dans la circonscription No 8.

Le moral dans les chaussettes

Dans ce dernier cas, cela ne signifiera nullement que le gouvernement aura à démissionner et à organiser des élections générales comme le souhaitent tous les partis d’opposition. La Commission électorale pourrait très bien organiser trois élections partielles à Moka/Quartier Militaire, ce qui pourrait bien changer la donne politique, le MSM abordant ces élections avec le moral dans les chaussettes. Quant au poste de Premier ministre, qui serait dès lors vacant, il suffira au leader du MSM de désigner un autre élu de son parti pour lui succéder le temps que ces élections partielles soient organisées. Et les candidats pour assumer cette fonction ne manquent pas.

Un petit rappel s’impose quant à l’issue des dernières élections dans la circonscription No 8 :  1er élu Pravind Jugnauth avec  21 327 voix soit 56,8%, en deuxième position Leela Devi Dookun-Luchoomun avec 17 898 voix et en troisième position Yogida Sawmynaden avec 15 054 voix. Ashok Jugnauth, ancien élu de cette circonscription, s’était classé quatrième avec 12 659 voix devançant Suren Dayal qui ne recueillit que 12 290 voix soit 32,7%.

Leave a Reply

Your email address will not be published.