April 23, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Politique

Plateforme de l’opposition : la guerre des tickets électoraux

Le leader de PTr, le Dr Navin Ramgoolam le pressentait : la plateforme de l’opposition doit se maintenir jusqu’aux prochaines législatives. Mais il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir apparaitre les premières fissures au sein de cette plateforme, soit depuis l’annonce de la répartition des investitures, avec comme on le sait le PTr s’octroyant la part du lion. La problématique reste comment déterminer la balance entre le PTr, le MMM et le PMSD dans les 20 circonscriptions de l’ile sans que l’un des trois partis ne soit pas privilégié au détriment des deux autres, ce qui le mettrait en position de déterminer le choix des ministères et autres postes, si par malheur, la Plateforme gagne les élections.

Bastions du MMM

En effet, le PTr et le PMSD souhaitent chacun qu’un de leurs candidats soit aussi investi à   Stanley/Rose-Hill et Beau-Bassin/Petite-Rivière, deux circonscriptions présentées comme des bastions du MMM. Or, les mauves s’opposent à toute tentative de diminuer leur hégémonie dans ces deux circonscriptions. Le PTr veut que les résultats des prochaines élections représentent sa ‘force’ au niveau de Maurice et lui permettent d’avoir la main haute sur la nomination des ministres, PPS, ambassadeurs et autres chief executive des corps paraétatiques. On sait qu’à ce sujet l’appétit des rouges ne connait pas de limite. La question des investitures a donné à des débats houleux au sein des instances des trois partis de la plateforme de l’opposition mais c’est a Rose-Hill que les propos les plus durs ont été tenus à   l’égard du Dr Ramgoolam, certains n’hésitant pas à rappeler sa responsabilité dans les deux cuisantes défaites de 2014 et 2019. Les mêmes ‘militants’ sont allés jusqu’à demander à leurs dirigeants locaux de veiller aux plus petites déclarations publiques du leader des rouges, voulant rappeler qu’il n’est pas à   un ‘dérapage’ prêt. C’est dire que la confiance est loin d’être de mise.

Bataille des tranchées

A Port-Louis, la bataille des tranchées entre quelques dirigeants locaux rouge a déjà pointé son nez, en raison de l’ingérence du Dr Ramgoolam dans le choix des investitures. Mais cette manie de ce dernier n’est pas que dans la capitale, elle est nationale ! Si bien que de nombreux candidats quasi-désignés du PTr en sont à  se demander s’il vaille qu’ils travaillent le terrain alors que c’est le Dr Ramgoolam qui aura le dernier mot sur l’officialisation des candidats. On se souviendra que durant les dernières élections générales, des candidats désignés par le PTr s’étaient vus coiffer au poteau par des proches du leader au moment de la nomination officielle des candidats. Rien n’a changé, le Dr Ramgoolam, pourtant absent au Parlement et sur le terrain, a encore son comportement de grand seigneur, recevant à son domicile des personnes de son choix sans grand rapport avec la politique, l’économie, le social entre autres. Paul Bérenger et Xavier Duval le savent – cela leur a été rapporté – mais ils préfèrent dire que cela relève de la cuisine interne du PTr. Or, ce n’est guère vrai car des députés rouges eux-mêmes critiquent vertement cette démarche de leur leader. 

Grande hantise

La grande hantise du MMM et du PMSD est celle-ci : est-ce que le Dr Ramgoolam est-il capable d’avoir des discours cohérents au lieu des affabulations et attitudes dont il s’est rendu coupable durant les campagnes de 2014 et 2019 ? Tout le monde – même chez les rouges – surveille cela comme le lait sur le feu. Or, le bon docteur (et avocat !), on le sait, n’aime pas se faire la leçon. Alors que Paul Bérenger et Xavier Duval sont proches de leurs bases, lui préfère ‘recevoir’ à   River Walk se mettant prématurément dans les habits d’un Premier ministre.

Le feu dans la maison

Pourtant la question des investitures devrait le préoccuper au plus haut degré car il y a le feu dans la maison, le MMM n’étant pas prêt à partager ses ‘bastions’ avec le PTr et le PMSD. En effet, en fin et froid calculateur, Paul Bérenger et Xavier Duval savent que le MSM sera difficile à battre dans les régions rurales, aussi se disent-ils, il ne sert à rien à s’investir lourdement – financièrement – dans ces régions, la priorité étant de consolider leurs assises urbaines respectives. Le doute sur la capacité du Dr Ramgoolam à mener à fond cette future campagne législative – qui apparait déjà intense avec ses coups fourrés – ,  a même fini par gagner les rangs du PTr, où de nombreux rouges de toutes les tranches d’âge s’interrogent sur la capacité de conviction de leur leader face à un Pravind Jugnauth en pleine possession de ses moyens et qui n’en finit pas de consolider son bilan économique et social. Aujourd’hui encore, ces mêmes rouges très sceptiques ruminent  sur l’occasion qui se présentait au PTr de remplacer le Dr Ramgoolam à la tête de leur parti au lendemain de la lourde défaite de 2014. Avec quel projet économique alternatif peut venir la plateforme de l’opposition PTr-MMM-PMSD face à un gouvernement qui su empêcher la casse sociale et politique à la suite de la pandémie et, mieux, a su relancer l’économie ? A ce jour, de nombreux soutiens potentiels de cette plateforme reconnaissent n’avoir pas grand-chose à reprocher au gouvernement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.