January 27, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

Pravind Jugnauth a 60 ans – Happy Birthday, Prime Minister

0 0
Read Time:5 Minute, 15 Second

Pravind Kumar Jugnauth, fils du regretté Sir Anerood Jugnauth et de Lady Sarojini Jugnauth (née Ballah), fête en ce samedi 25 décembre 2021, ses 60 ans. Il est né le 25 décembre 1961 à La Caverne, Vacoas.

Leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM), il est Premier ministre de la République de Maurice depuis le 23 janvier 2017 quand son père se retirera comme chef du gouvernement. Le début de son deuxième mandat premier-ministériel surviendra à la suite de la victoire de son alliance aux élections générales de novembre 2019. Il est, depuis cette date, Premier ministre, ministre de l’Intérieur et ministre de la Défense de Maurice.

Enfant, Pravind Jugnauth a fréquenté l’école primaire de Glen Park à Vacoas. Il fera ses études secondaires au collège Royal de Curepipe. C’est à l’université de Buckingham et à l’université d’Aix-Marseille qu’il réussira ses études de droit avant de prêter serment comme avocat.

Il rejoindra le MSM, parti fondé en 1983 par son père, SAJ, en 1987. Il sera élu conseiller municipal à la mairie de Vacoas-Phoenix aux élections municipales d’octobre 1996. Aux législatives du 11 septembre 2000, il sortira en tête de lice au No11. Ministre de l’Agriculture, il sera promu vice-premier ministre et ministre des Finances et du Développement économique en 2003 quand son père quittera l’Hôtel du gouvernement pour la State House. Après la victoire de l’Alliance Lepep en 2014, il sera fait ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation. Marié à Kobita Jugnauth (née Ramdanee) depuis 1992, Pravind Jugnauth est père de trois filles, Sonali, Sara et Sonika.

Nous lui souhaitons un joyeux anniversaire, longue vie et beaucoup de succès au service de la nation.

En ce jour singulier et marquant, comment ne pas évoquer la fulgurante et remarquable prestation de PKJ au sommet de l’État. Pravind s’est mué en un Premier ministre qui n’a d’égal que l’imposante carrière à ce poste de SAJ. Il n’existe aucun Chef d’État qui dirige un pays sans anicroche, mais grâce à deux mandats clairs et encore des années pour réaliser ses engagements, Pravind Jugnauth peut avec une certaine sérénité et unité, avancer vers le futur, sans triomphalisme aucun, car des temps difficiles sont encore à l’horizon. Lucide, le Premier ministre est pleinement conscient de défis à venir.

La gestion du pouvoir d’État n’est pas chose aisée, c’est vrai. Gérer les hommes requiert beaucoup d’attention, de maîtrise de soi, de tact, de clairvoyance, d’habileté et de stratégie de gestion des hommes, de courage. C’est à la fois simple et simpliste de critiquer P. Jugnauth, de le salir, surtout pour le seul besoin de se positionner pour reprendre le pouvoir.

On ne vient pas au pouvoir pour régler ses comptes. On ne vient pas au pouvoir pour ruser avec le peuple. On ne vient pas au pouvoir pour se retourner contre le peuple électeur dont on n’ignore pas la misère. On vient au pouvoir pour œuvrer au développement de son pays sur la base d’un programme d’actions dont la mise en œuvre effective requiert l’apport de tous, d’une manière ou d’une autre.

Mais lorsqu’on se fait des ennemis, lorsqu’on s’engage dans des choix contestés ; et lorsque le destin s’acharne d’une façon persistante, on doit aviser et se raviser. Le peuple est le premier censeur. Aussi, ne faudrait-il pas attendre que les partenaires techniques et financiers tirent la sonnette d’alarme avant de prendre les mesures qui s’imposent. Pravind Jugnauth a été prévoyant, voire clairvoyante concernant la gestion de la Covid-19, ce qui a permis au pays d’éviter le pire.

Les Mauriciens devaient avoir apprécié comment Pravind Jugnauth a gouverné le pays avec dextérité jusqu’ici, ce qui l’a maintenu au pouvoir en 2019. Nous l’admettons, ces jours-ci sont compliqués, mais il faudrait être habité par une candeur naïve pour croire que la gestion d’un pays s’offre sur un plateau avec que des jours heureux. PJ l’a bien saisi, ce cas de figure, et conserve la tête bien vissée sur les épaules. Il faut prendre son courage à deux mains et prendre des mesures fortes et procéder à des réformes. C’est ce que Pravind Jugnauth est en train de réussir, malgré l’impatience des uns et des autres. Cette prise de position téméraire est vouée à porter ses fruits. À cet effet, les Mauriciens doivent savoir que celui/celle qui est patient ne sera jamais privé de succès.

Si diriger c’est prévenir, alors P. Jugnauth a su prendre les décisions qui s’imposent pour la bonne marche du pays. Pravind sait fort bien qu’il est le premier serviteur de la Nation et en tant que tel il est en première ligne pour s’attirer parfois l’impopularité pour ses actions courageuses, mais payantes à la longue.

Toutefois, le PM ne peut pas tout faire tout seul. Les défis sont nombreux à relever et tous les Mauriciens doivent se mettre au diapason. Oui aux critiques constructives pour faire avancer le pays mais non à la démagogie, aux calculs bassement politiques ! L’Île Maurice d’aujourd’hui n’a plus besoin de tensions sociales. Il a besoin de la paix dans les différentes formes de gouvernance qu’elles soient locale ou politique et dans les différentes composantes sociales.

Pravind Jugnauth ne permettra pas, cela à juste titre, à ce que le pays soit l’otage de l’impatience et de l’anarchie de quelques-uns et une partie des Mauriciens ne sauraient non plus être les otages d’un système de revendications auquel, de jour en jour ils ne semblent ne plus comprendre grandchose vu les oscillations de ceux qui les manipulent, et qui naviguent à vue d’œil.

Pravind a prouvé au peuple mauricien que la politique politi- cienne ne mène à rien de bon. Il a démontré que le pays n’avance que lorsque le Chef du pays s’approprie les bases de la politique de développement pour une île Maurice gagnante et émergente. Malgré les tensions, le feel good factor subsiste au sein de la population qui peut fêter la Noël en famille, en respectant les mesures sanitaires certes mais sans avoir à devoir se plier au confinement.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %