March 3, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Public Accounts Committee: Les années se suivent et se ressemblent

Comme chaque année, le rapport du Public Accounts Committee (PAC), déposé à l’Assemblée nationale, lundi, fait état des mêmes manquements et des mêmes faiblesses concernant les dépenses publiques au niveau des ministères et des départements du gouvernement. Cette année encore, l’absence de contrôle a vivement été dénoncée par les organisations citoyennes qui rappellent que c’est l’argent des contribuables qui est gaspillé. Le président du PAC, le député Reaz Uteem, entouré des membres du comité, a réitéré, hier, la même demande que les années précédentes, à savoir, que les pouvoirs du PAC doivent être renforcés et que cette instance, qui est une émanation du Parlement, ait le pouvoir de sanctionner ceux responsables de la mal administration des fonds publics.

Dans le rapport qui a été rendu public, lundi, on note de grosses lacunes au niveau du ministère de l’Education autour de l’achat de 52 400 tablettes pour les élèves des grades  I à IV, entre 2017 et 2020. Il en est de même pour l’achat de manuels scolaires destinés aux élèves des grades 7, 8 et 9. Dans le cas des tablettes, le PAC note que les règles régissant l’octroi du contrat, pour l’achat de 52 400 tablettes tactiles, n’ont pas été respectées. Le rapport d’évaluation préalable et les recommandations du ministère n’ont pas été soumis au High Level Committee comme l’exige la loi. Le coût de ce projet était de Rs 722 millions, dont Rs 456 millions sous forme de subvention du gouvernement indien. 

Pour ce qui est des manuels scolaires, le PAC s’est intéressé à l’achat des livres qui devraient être distribués aux élèves à la rentrée de janvier 2020. Il y a eu des retards dans la livraison et il n’a pas été possible de vérifier si la totalité des 679 160 manuels scolaires ont effectivement été livrés. De plus, il n’existe aucun document attestant que 272 272 manuels scolaires ont été livrés directement à la Private Secondary Education Authority.En ce qui concerne les finances des collectivités locales, qui proviennent des fonds décaissés par le ministère des Finances, le PAC a pris note que des pressions ont été exercées, en 2021, sur la municipalité de Port-Louis et sur celle de Curepipe par des officiers du ministère des Finances et ceux du ministère des Administrations régionales pour que ces deux mairies laissent leurs dépôts à l’ex- banque Banyan Tree qui connaissait d grosses difficultés à l’époque. Les deux corporations municipales ont par la suite réclamé le retour de leurs dépôts de Rs 45 millions et Rs 91 millions respectivement après le rachat de cette banque par la Silver Bank qui a elle aussi fait l’objet de 

Leave a Reply

Your email address will not be published.