January 27, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Lifestyle

Question au… Dr Nadia Ancharuz, médecin Généraliste de l’association Solidarite Marye Pike

0 0
Read Time:4 Minute, 6 Second

Ils sont 8 médecins dont 5 généralistes, 1 psychothérapeute et deux dentistes à apporter des soins médiaux aux bénéficiaires de l’association Solidarite Marye Pike (SMP). Ils viennent en aide à ceux qui luttent pour survivre (pauvreté, maladie, faim, communautés oubliées et négligées ou encore privées de soins de santé). Pour fournir des soins de qualité en toutes circonstances, il faut pouvoir s’appuyer sur une bonne base. C’est pourquoi SMP a été créée, permettant aux bénévoles de réagir en temps réel.

Etre dans l’équipe de SMP signifie que les bénévoles s’engagent à suivre certains principes et exposés dans la charte de SMP. C’est avec dignité et dans le respect que ces médecins soignent leurs patients avec impartialité en fonction de leurs besoins médicaux. Ils offrent des soins gratuits et de qualité aux bénéficiaires de SMP et ils sont prêts à travailler aux quatre coins de l’île.

Que propose SMP en termes de préparation au travail ? A quoi ressemble votre vie sur le terrain ?

Sur le terrain, nous avons des CSO’s (personnels formés dans le social) qui vont vers les personnes nécessiteuses de leur région. En premier lieu, il y a la visite des personnes en question avant un suivi pour identifier leurs besoins et leurs manques, entre autres. Une fois informés, nous allons rendre visite aux bénéficiaires en compagnie du CSO. Nous prenons leurs antécédents, nous les examinons et suite à cela, nous allons lui prescrire des médicaments, si besoin est, ou lui donner des conseils, un soutien psychologique, etc. Dans la majorité des cas, nous faisons le suivi de chaque bénéficiaire.

Existe-t-il des possibilités de formation et de développement sur le terrain ?

Tous les médecins de l’association avaient déjà une formation de base avant de travailler à SMP vu que nous devons compléter notre internat avant d’être enregistrés comme médecins généralistes. Puisque nous sommes une association et que nous n’opérons pas dans des cabinets de consultation ou à l’hôpital avec des facilités, la façon de procéder est différente. Au début, le Head du département médical, Dr Balloo et tous les autres médecins de l’association se sont réunis afin d’établir notre système d’approche et les diffé- rents protocoles à suivre tout en respectant les pratiques et éthiques médicales et médicolégal. Nous avons aussi fait la formation des CSOs sur les choses basiques dont la prise de tension et le taux de sucre dans certains cas d’urgence en attendant qu’un médecin vienne. S’il y a des cas jugés préoccupants et qu’on ne peut gérer à notre niveau, nous les référons à des spécialistes ou à l’hôpital.

En quoi SMP est-t-elle différente des autres associations ? La SMP s’occupe des personnes qui sont dans le besoin en plus d’autres services offerts. Ce sont des personnes dans le besoin, qui n’ont pas les moyens, qui ont des problèmes financiers et des difficultés à se déplacer et à avoir accès aux soins ou qui vivent seules… SMP leur vient en aide en leur donnant des repas chauds, un transport pour les visites à l’hôpital et les sessions de radiothérapie et de chimiothérapie. Il y a aussi des visites médicales et des distributions gratuites de médicaments, couches et suppléments, s’ils sont prescrits, tels que Fortimel, Clinutren, entre autres. Il y a aussi des sessions de physiothérapie pour les patients concernés et les services dentaires. Le but de SMP et celui de notre fondateur, c’est de pouvoir aider les personnes dans le besoin afin qu’elles aient une bonne nutrition et une bonne santé tout en améliorant leur qualité de vie.

Quelles sont les motivations à travailler pour SMP ?

Quand nous sommes sur le terrain, nous constatons plusieurs cas. Il y a certains que nous pouvons traiter afin que ces personnes aient une vie presque normale. Faute de finances ou si elles habitent seules ou sont alitées et ne peuvent se déplacer, ces personnes ne peuvent pas aller chez un médecin privé ou à l’hôpital pour bénéficier d’un traitement. C’est cette cause principale qui nous motive à continuer à visiter ces bénéficiaires et à leur procurer leurs traitements. La satisfaction de pouvoir leur donner un soulagement, une meilleure santé et améliorer leur qualité de vie et leur satisfaction et leurs bénédictions, sont notre plus grande motivation à travailler pour SMP.

Quels sont les principaux défis auxquels vous êtes confrontés ?

Le plus grand défi est d’expliquer aux bénéficiaires leurs problèmes de santé et l’importance des traitements et des médicaments car nous avons constaté beaucoup de cas où il y a un «poor drug compliance» de certaines personnes. Le but du traitement n’est donc pas accompli. Il y a des personnes qui sont vraiment difficiles. Le travail sur le terrain est un défi car on ne sait pas ce qui nous attend.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %