July 2, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

Resident Evil Village : une démo impressionnante qui fait frissonner

0 0
Read Time:6 Minute, 32 Second

Le moins que l’on puisse dire c’est que la démo de «Resident Evil Village» a enthousiasmé les joueurs, alors que «Resident Evil» fête, cette année, ses 25 ans. Le gamer Ben Buchoo nous donne son avis.

La démo de «Resident Evil Village», soit le huitième volet de la saga, sortie le 18 avril, a été chaleureusement accueillie par des gamers. Cette démo, qui démontre le «gameplay», est la première des deux démos de «Resident Evil Village» proposées durant les prochaines semaines.

Vous ne pouvez jouer qu’à cette démo, ainsi qu’à la démo «Castle» qui suivra la semaine prochaine. Celle-ci sera suivie d’une autre qui vous permettra de jouer aux deux démos pendant une durée totale de 60 minutes, à utiliser comme bon vous semble — soit 30 minutes pour les deux démos, soit une heure pour l’une d’entre elles, etc.

Mazavaroo a recueilli l’avis d’un gamer mauricien.

Ben Buchoo : «Cette démo m’a enthousiasmé !»

Dès la rencontre avec la vieille au début, il est indéniable que le jeu est beau, même sur ps4. On est sur RE engine, un moteur développé en interne chez Capcom et qui a déjà été utilisé dans le passé sur des titres tels que «Devil May Cry 5» et «Monster Hunter world». C’est un moteur somptueux capable de rendre d’énormes niveaux de jeux.

La deuxième chose qui frappe c’est l’ambiance, un côté «Resident Evil 4», mais cette fois dans un petit village d’Europe de l’est. On voit au loin un château qui promet un autre terrain de jeu énorme. Le travail sur l’ambiance sonore est encore une fois au diapason de ce qui se fait pour mettre le joueur en sueur s’il est avec un casque.

La première altercation dans un champ de blé avec les nouveaux ennemis renvoie à ce que «Resident Evil» a toujours fait, proposer des sensations fortes, de l’action, avec des clins d’œil au cinéma. Le plus admirable une fois la démo finie, c’est de ne pas en savoir plus. Le mystère autour du jeu est toujours entier. Quelle est l’origine de cette nouvelle affliction ? Rendez-vous le 7 mai pour plus de réponses.

A noter qu’il y a énormément d’options de réglages pour rendre le déplacement et la visée plus confortables.  Certes, la limite de temps rajoute une certaine pression à l’expérience mais il ne faut pas oublier aussi que c’est une célébration pour la Playstation, console sur laquelle la série a commencé.

Resident Evil célèbre ses 25 ans

Ce titre monumental a fêté ses 25 ans cette année, le premier volet étant sorti le 22 mars 1996. Cela a changé à jamais le paysage du jeu. Avec le tout aussi influent «Resident Evil 4», il reste la référence du genre qu’il a contribué à populariser, soit le «Survival Horror».

Les premiers volets

1996, «Resident Evil» est une lettre d’amour aux films d’horreur de série B. Il est centré sur les exploits d’une équipe spéciale de police de la ville fictive Raccoon City, dénommée S.T.A.R.S (Special Tactics And Rescue Service). Celle-ci enquête sur la disparition de certains de ses membres. Des créatures sauvages ressemblant à des chiens attaquent l’équipe S.T.A.R.S. dès qu’elle atterrit à la périphérie de la ville, la forçant à se réfugier dans un manoir apparemment abandonné. En incarnant Chris Redfield ou Jill Valentine, vous devez explorer le manoir infesté de zombies et de monstres pour découvrir quel sort funeste lui a été réservé ainsi qu’à Racoon City.

«Resident Evil» n’a pas inventé le genre du «survival horror», mais il l’a fait connaître du grand public. À l’époque, le jeu présentait des graphismes parmi les plus photoréalistes de l’industrie du jeu vidéo, notamment ses arrière-plans détaillés et pré-rendus. Les environnements statiques obsédants confèrent à l’ensemble du jeu une ambiance inquiétante. Des lieux banals comme les foyers, les jardins, les couloirs et les salles de bains racontent une histoire sans paroles qui renforce l’effroi ambiant. Le design sonore utilise avec tact et parcimonie une musique d’ambiance tamisée, ainsi que des craquements, bruits et gémissements inattendus provenant de lieux inconnus, ce qui accroît la tension.

L’intrigue secondaire concernant Racoon City et le destin du manoir se déroule à travers des lettres et des documents trouvés dans les environnements. La lecture de ces entrées de journal intime et de ces notes griffonnées emplit les joueurs d’un sentiment de malheur comparable à celui que l’on éprouve en entrant dans un couloir rempli de zombies ambulants.

L’une des premières lettres que vous découvrez est particulièrement effrayante, car elle montre la lente descente de l’auteur, qui passe du statut de scientifique érudit à celui de zombie sans cervelle. Les entrées du journal évoquent des images aussi troublantes que celles que l’on peut voir dans n’importe quelle œuvre de Stephen King ou de H.P. Lovecraft.

Un manoir pas comme les autres

La confrontation avec les morts-vivants suscite un niveau de tension plus immédiat. Les zombies qui se déplacent lentement ne semblent pas menaçants, mais en rencontrer un seul dans un hall ou un couloir étroit peut causer votre perte si ses doigts glacés se retrouvent autour de votre cou. Des horreurs cauchemardesques plus mortelles apparaissent à mesure que le jeu progresse. Des araignées surdimensionnées, des chiens morts-vivants voraces, des chasseurs aux griffes acérées et des abominations biologiques de deux mètres de haut feront battre votre cœur à toute vitesse. Tous ces éléments : environnements sombres, musique inquiétante, journaux de bord terrifiants et monstres meurtriers font de «Resident Evil» l’un des jeux les plus effrayants de tous les temps.

Les dialogues et les répliques de «Resident Evil» auraient pu nuire à son aura d’horreur. Heureusement, tous les dialogues risibles comme «Vous étiez presque un sandwich Jill» ou «C’est une arme. C’est vraiment puissant, surtout contre les êtres vivants», fonctionnent et ajoutent un peu de légèreté à l’aventure.

«Resident Evil» est sorti à une époque où les dialogues ringards ou carrément terribles des jeux vidéo étaient la norme. Cependant, on pourrait dire que les dialogues et les répliques sont intentionnellement mauvais. Après tout, il s’agit d’un film d’horreur schlocky sous forme de jeu vidéo. Quoi qu’il en soit, «Resident Evil» possède des dialogues parmi les meilleurs et les pires jamais entendus.

Une conception de jeu unique et non conventionnelle

Certains gamers modernes auront peut-être du mal à s’habituer aux «commandes de base» de «Resident Evil». Bien qu’il soit tentant de dire que ces commandes sont un sous-produit d’une conception de jeu ancienne, cette supposition serait inexacte. Beaucoup de gens n’ont pas apprécié le système de contrôle même en 1996. Cependant, comme il n’y avait pas d’autres titres comme «Resident Evil» à l’époque, les joueurs se sont accommodés des commandes qui, il faut l’admettre, sont devenues une seconde nature après quelques heures de jeu.

Le «gameplay» consiste en un jeu de «survival horror» standard comme l’exploration, la gestion de l’inventaire, la résolution d’énigmes et, bien sûr, les combats contre des créatures cauchemardesques. Les commandes du tank mises à part, tous ces éléments disparates forment un tout unifié. Le rythme soutenu du jeu et son «gameplay» varié vous tiennent en haleine, vous incitant à aller de l’avant pour voir ce qui se cache derrière la prochaine porte.

Oui, certaines énigmes sont carrément ésotériques et c’est ennuyeux quand l’emplacement d’une clé cachée vous échappe. Mais le sentiment de triomphe que l’on ressent après avoir relevé un défi difficile fait que toutes les difficultés en valent la peine.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %