Read Time:11 Minute, 9 Second

Ça y est, ils sont là, les résultats des examens du Higher School Certificate (HSC). Quelque 8657 élèves pour Maurice et 318 pour Rodrigues, soit un total de 8975 élèves pour la république avaient pris part à ces examens pour la cuvée 2019. Ces résultats seront suivis des moments de joie, de tristesse et de regrets comme seule la masse estudiantine a le secret. À bien regarder les chiffres, nous constatons que certaines institutions de gros calibre ont maintenu leur présence sur la liste et d’autres ont tout simplement raté le train de la gloire. À l’instar du Queen Elizabeth College et du Dr Maurice Curé College côté filles, qui encore une fois ont brillé de par la performance de leurs protégées, soit sept pour le QEC et un de moins pour le Dr Maurice Curé. Chez les garçons, les deux Royal Colleges ont fait table rase sur la liste des lauréats. À noter la très bonne performance de la Rabindranath Tagore Secondary School, la SSS G.M.D Atchia de Port-Louis, le Modern College de Flacq et le Droopnath Ramphul State College.

Ces institutions sont les seules à avoir franchi la barre des 90% de réussite. On n’a pas pris en considération le pourcentage du Friendship College (Boys) et de l’Institute of Islamic & Secular studies avec un et 12 candidats respectivement.
Les lauréats du PCPL en compagnie de leur Recteur (au centre)

100 pour 100 de réussite pour le Royal College de Curepipe Le Royal College Curepipe a affolé les chiffres avec sa réussite de 100 pour 100. Ce n’est pas tous les ans qu’un tel résultat se produit. Tous les 108 candidats ont réussi avec brio à leurs examens. Les Royalistes de Curepipe ont devancé leurs semblables de Port-Louis que par 0.71% au tableau des honneurs. Chez les filles, c’est encore et toujours le Queen Elizabeth College qui garde jalousement cette pole position en haut du tableau. Les filles en vert devancent les filles de la Forest Side SSS par 0.75% au tableau. Comment ne pas souligner la très bonne performance de l’Institut Mahatma Gandhi de Moka avec un taux de réussite de 99.15%. Chez les autres institutions qui ont eu des lauréats, Le Dr Maurice Curé College enregistre un taux de réussite de 95.68%, le Droopnath Ramphul SC à 96.61%, le G.M.D Atchia à 94.89%, le Modern College à 84.89% et la Rabindranath Tagore SS à 92.59%. À noter aussi la performance du Hindu College qui arrive tout juste à dépasser la barre des 90%, soit 90.64% alors que le College du Saint Esprit n’avait besoin qu’un petit 0.06% pour toucher la barre des 90%. Fait cocasse pour le Friendship College qui a touché la barre des 100% de réussite avec le succès de son unique participant. À Rodrigues, le drapeau d’une seule institution flottera au haut du mât. Il s’agira de celui du Rodrigues College. Cette institution a raflé les quatre lauréats qui étaient convoités. Pour ce qui est des institutions qui ont déçu, il y en a pas mal. Mais l’heure n’est pas de rester les bras croisés et de jeter le blâme à droite ou à gauche. Il faut s’y mettre dès maintenant pour que 2021 soit meilleur à presque pareille époque. C’est tout le mal que l’on peut souhaiter à ceux qui ont laissé passer l’opportunité de briller. Pour avoir une idée plus claire des résultats, nous publions les chiffres ayant trait au score des différentes institutions qui avaient aligné des candidats pour les examens du HSC. Au niveau des pourcentages, Maurice arrive à se maintenir au-dessus des 75% de réussites, soit 75.21%. Les garçons réalisent un pourcentage de 71.12% et les filles 78.02%, meilleur que pour les garçons. Du côté de Rodrigues, notre dixième district stagne sous la barre des 70%, soit 67.92%. Même scénario à Rodrigues où les filles sont supérieures aux garçons, soit 72.13% de réussite contre 62.22%. Mais au total, la république enregistre un pourcentage de 74.95% de réussite. Ce qui fait que sur les 8975 candidats, 6727 ont réussi à leurs examens.

Mme Mitranee Khushiram, rectrice du Collège Royal de Curepipe

Il y a de quoi être fière et satisfaite en ce qu’il s`agit l’état d’âme de Mme Mitranee Khushiram, rectrice du Royal College de Curepipe. En effet, cet établissement académique de la ville lumière a enregistré un sans-fautes pour les examens du Higher School Certificate. Le collège a ramené six lauréats et plusieurs classés et surtout 100 pour 100 de réussite. Pas un seul élève n’est resté sur le pavé. Six victoires et 102 placés et zéro défaites pour 108 entrées pour reprendre une expression du jargon hippique.

M. Kirty, recteur de la Forest Side SSS

M. Kirty, le recteur de la Forest Side SSS s’est montré très avare en mots quand il fut approché par Mazavaroo pour commenter la performance cinq étoiles de l’établissement scolaire qu’il dirige. Sollicité pour une déclaration, il avait laissé entendre qu’il n’avait pas encore pris connaissance des résultats et il nous a renvoyés à lundi pour une déclaration. Notons que la Forest Side SSS, bien que privée de lauréates, a fini parmi les cinq meilleurs établissements de l’île avec un pourcentage flatteur de 97.56% de réussite.

Henry Wan Wing Kai, recteur du Collège Royal de Port-Louis: « Au RCPL c’est un travail d’équipe 

Apres une période d’incertitude, Henry Wan Wing Kai, le recteur du Collège Royal de Port-Louis, pourra maintenant pousser un ouf de soulagement. Les 9 lauréats ont confirmé que le collège est toujours au « top niveau ». Il a toutefois une pensée spéciale pour les étudiants qui n’ont pas réussi à être lauréat en dépit de leurs efforts. La recette du succès au RCPL selon lui, est connue de tous. « Tous les garçons qui aspirent à être lauréats ici savent que c’est un travail personnel qui continue à la maison, bien utiliser son temps, et une bonne dose de l’étude et des loisirs combinés, » nous indique-t-il. Outre, il n’oublie pas les contributions des professeurs du collège qui selon lui, sont très dévoués pourfaire réussir les élèves. « Au RCPL, c’est un travail d’équipe

Akhmez Oozeer, ancien recteur de GMD Atchia: «C’est la troisième année qu’on a des lauréates»

C’est un grand plaisir pour Akhmez Oozeer qui n‘est plus le recteur de GMD Atchia depuis le 1er janvier dernier. « . C’est une grande fierté pour l’école, » dit-il. Selon lui, il y a eu un grand suivi de la part des enseignants et de lui-même en personne. « Les élèves déposaient leurs travaux supplémentaires chez moi pour la correction», nous révèle-t-il. Il les exhortait à toujours aller plus loin.

Les lauréats du collège Royal Port-Louis Jeremy Tong Wah: « C’est un travail de qualité plutôt que de quantité »

Jeremy Tong Wah, lauréat au collège Royal de Port-Louis, est un grand partisan de la psychologie et de l’auto-motivation. Pour lui, c’est un travail de qualité plutôt que de quantité. « Vous devez prendre le temps de vous détendre également. Votre cohérence dans le temps déterminera votre succès », dit-il. Pendant les jours de la semaine, il se concentrait principalement sur ses devoirs et pendant le week-end, il consacrait du temps à ses passe-temps. Son secret de la réussite, poursuit-il, est l’équilibre qu’il a pu maintenir entre ses études et ses activités parascolaires. Il avoue qu’au cours de ces deux années il n’a pas accordé beaucoup d’importance aux réseaux sociaux. « Mais pendant les vacances, j’ai pris le temps de renouer avec des amis», poursuit le jeune homme. Il envisage de faire ses études en filière d’ingénieur à l’extérieur et pour retourner après à Maurice pour servir son pays. En ce qui concerne l’opportunité de travailler à Maurice, il est d’avis que si on a le potentiel et on est déterminé, les portes des opportunités s`ouvriront.

Ani-Keith Teeluckdharry : « Je suis fièr de mon collège »

Ani-Keith Teeluckdharry se dit vraiment fier de son collège. Ses professeurs étaient confiants pour lui. « Il y a beaucoup d’épreuves dans la vie que j’ai vécues en parallèle avec mes études. Souvent on se sent déprimé à cause de certains événements qui nous arrivent dans notre vie personnelle, c’est pourquoi je me sens redevable à l`école car ils ont toujours été là pour me soutenir, » nous confie-t-il. Même les enseignants qui ne travaillaient pas avec lui accordaient du temps et corrigeaient ses travaux supplémentaires. Tout cela a été pour Ani-Keith un grand encouragement. Sa mère travaille au ministère des infrastructures Publiques et son père travaille au MRA. «Je suis vraiment reconnaissant envers mes parents car ils m’ont toujours soutenu dans mes décisions, » dit-il. Leurs croyances en lui lui donné le courage de foncer. Les mots de son père il y a 7 ans quand il rejoignait le collège lui sont venus à l’esprit. Il lui a conseillé de travailler avec un objectif en tête. « C’est sa vision quelque part que je réalise», dit-il encore.

Fawwaaz Rusmaully : « La spiritualité m’a beaucoup aidé »


Rusmaully Fawwaaz, habitant de Triolet, attribue d’abord son succès à Dieu. La spiritualité est quelque chose qui lui a permis d’accéder à sa force intérieure. « Je ne quitte jamais mes prières, ce qui m’a donné la force intérieure pour travailler dur », déclare-t-il. Il estime que pour réussir on ne doit jamais négliger les conseils des enseignants. « Aussi, nous ne devons pas toujours dépendre de leçons particulières », conseille-t-il. Quant à la compétition, il explique qu’au Royal de Port-Louis, les étudiants travaillent en équipe au lieu d`entrer en compétition. Il raconte que certains amis s’attendaient également à devenir lauréats mais n’ont pas pu réussir. « Il n’y a pas de rancune entre nous, ils étaient très heureux pour moi aujourd`hui », confie le jeune lauréat. Il envisage de poursuivre ses études en filière de Mathématiques ou Economie.

Shameem Shamtaully: « J’étais surpris… »

Shamtally, habitant de Plaine des Papayes , n’a pas caché sa surprise lorsqu’il a entendu son nom figurer parmi les lauréats. Il attendait avec impatience ses résultats depuis le matin et il pourra finalement pousser un ouf de soulagement. Il affirme avoir travaillé dur et remercie sa maman pour son soutien et sa croyance en lui. Shameem Shamtaully poursuivra ses études à Maurice, du moins pour son undergraduate course. « Je veux faire carrière en comptabilité et finances», a fait ressortir le jeune homme de 18 ans. Ses parents sont séparés et Shameem vit avec sa maman dans une famille élargie. Prêter les oreilles aux instructions des enseignants est selon lui un facteur déterminant pour réussir dans ses études. « Aussi, lorsque vous recevez le soutien de chacun autour de vous, les choses deviennent faciles et vous restez motivé, » dit-il. Laila Rojid, la maman de Shameem , se dit être fière de la réussite de son fils. Elle relate que ce dernier n’est pas seulement un bon étudiant mais également un fils obéissant. « J’étais confiant en lui, » nous dit-elle. Son seul souhait maintenant ce que son fils obtienne un bon travail.

Steven Chung : « Je suis comme dans un rêve»

Steven Chung est lauréat côté science. Il est à sa deuxième tentative. L’année dernière il a été classé après les 100 premiers. « Tout cela me paraît comme dans un rêve et que toutes ces choses ne soient pas réelles ». Vu que dans sa famille, il y avait déjà un lauréat en filière d’économie, ses parents l’ont encouragé de tenter encore une chance pour la cuvée 2019. Et cette fois-ci, c’est le succès. Pour devenir lauréat, il estime qu’il faut « être cohérent avec les devoirs au quotidien ».

Les deux lauréates de GMD Atchia Eugénie Lam Cham Kee : « Je n’attendais pas à être lauréate »

Eugénie Lam Cham Kee se dit choquée quand elle a entendu son nom sur la radio. Elle ne s’attendait guère de décrocher le titre de lauréate. Elle compte poursuivre ses études en informatique au Canada. De sus, elle tient à remercier sa famille et notamment son père qui l’a beaucoup soutenue dans ses études. Elle fera de son mieux pour revenir au pays après ses études tertiaires, mais « si gagne rester mo pu rester, » nous confie-t-elle avec un sourire.

Bibi Nuha Shifa Krumatally: « Le dur labeur a porté ses fruits »

Bibi Nuha Shifa Krumatally quant à elle, a appris la nouvelle de sa mère. Elle se dit satisfaite de son dur labeur qui a porté ses fruits. « Je suis reconnaissante envers le Créateur et mes parents, » dit-elle. Concernant ses projets d’avenir, elle a préféré maintenir le silence. Elle est en oute redevable envers l’ancien recteur qui leur a apporté tout son soutien.

Fakuddeen Jilani

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Eurofoot : Lutte farouche entre le Bayern et le Leipzig
Next post Cavadee Ferveur, rituels et dévotion
Close